Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

03/11/2012

Vinam, 34 années consacrées aux vins américains

La Libre, Momento, Papilles, Vins américains, VinamFin 1979, Jan Desmet importe son premier container de vins californiens et commence un véritable travail de prédicateur pour convaincre l’amateur belge de l’alternative américaine.

Mise en bouteille: Baudouin Havaux


JAN DESMET EST UN DES RARES BELGES qui possèdent un diplôme d’œnologue et le seul qui l’a obtenu à la très renommée Université de Davis en Californie, qui est, en matière de formation et de recherche en œnologie, considérée comme le pendant de l’Université de Bordeaux pour le Nouveau Monde. Son initiation au vin avait commencé bien avant. Dès l’âge de 12 ans, chaque dimanche, son père, passionné de grands crus, faisait déguster à ses quatre enfants à l’aveugle les bouteilles de sa cave. S’ils découvraient l’origine du cru, ils recevaient la même bouteille qui était soigneusement conservée jusqu’à leur majorité dans un caveau à leur nom. Cette astucieuse manière de former ses enfants à la culture du vin a eu une influence déterminante sur le parcours professionnel de ses deux fils, Jan et Geert, qui sont aujourd’hui à la tête de Vinam, une société spécialisée dans l’importation de vins américains depuis 1979.
 
 
Entre 1975 et 1980, on assistait déjà à une hausse significative du prix des vins français et, sur ces cinq années, le prix des Grands Crus de Bordeaux avait doublé. Le problème était donc d’apporter une réponse à cette augmentation de prix et de trouver des alternatives avec d’autres vins de qualité similaire. Ce n’était pas si simple car, dans les années 80, le consommateur belge ne jurait que par les vins français et il n’existait aucune ouverture pour les vins appelés “étrangers” (à croire que les vins français étaient considérés comme des vins nationaux). A part quelques Valpolicella consommés dans les pizzerias, notre horizon vinicole s’arrêtait aux frontières de l’Hexagone. Fin 1979, Jan Desmet importe son premier container de vins californiens et, fort de ses connaissances œnologiques, il commence un véritable travail de prédicateur pour convaincre l’amateur belge de l’alternative américaine.
 
L’importation de son premier container correspond aux derniers jours de la présidence de Jimmy Carter et à un taux de change de 27 francs belges/US dollar, très favorable. L’arrivée au pouvoir de Ronald Reagan et de sa politique visant à donner de l’oxygène à l’économie américaine prônant le “buy now pay later” a eu comme conséquence une parité au dollar en 1985 de 60 francs belges/US dollar. Un taux beaucoup moins confortable pour les importateurs de vin américain, qui mirent fin à leurs activités de négoce. En quelque sorte, ce fut une opportunité pour Vinam qui, voyant ses concurrents se désintéresser du marché, se retrouva le seul à continuer à offrir du vin californien en Europe. Profitant de sa position monopolistique, il négocia avec ses fournisseurs, soucieux de maintenir un courant d’affaires avec l’Europe, une remise de 35 %, le temps que se rétablisse le court du dollar. Soixante pour cent de ses fournisseurs ont accepté l’offre afin de ne pas perdre leurs marchés, ce qui a permis à Vinam de consolider ses relations avec ses meilleurs fournisseurs.
 
 
Aujourd’hui, Vinam propose à sa carte 75 vins provenant de 30 domaines américains. Ce sont tous des vins d’un bon rapport qualité/prix qui se situent entre 6 et 40 € la bouteille. Il a refusé de distribuer les vins de certains domaines très prestigieux situés dans la Napa Vallée dont il estime que le prix est plus en relation avec la notoriété qu’avec la qualité. Il privilégie plutôt les petits propriétaires du nord de la Californie et maintenant de l’Etat de Washington, situé au nord de l’Oregon et au sud de Toronto au Canada. C’est là qu’il a découvert des vins plus fins qui, profitant de températures nocturnes plus froides, jouissent d’un allongement de la période de maturation. On obtient, par conséquent, des vins plus frais, plus complexes et plus fruités. C’est particulièrement frappant pour les merlots. Véritable découvreur de crus, Vinam propose également des vins de “Garage Winemaker” qui ne produisent que 100 ou maximum 1 000 caisses par an.
 
 
Les coups de cœur de Jan Desmet
 
Columbia-Crest, Merlot, Grand Estates, Columbia Valley, Washington, 2007
Un bel exemple d’un 100 % merlot dont la maturité a été influencée par la fraîcheur du fleuve Columbia. Fruité, long en bouche, et élevé exclusivement en fûts de chêne français. Une bouteille qui peut tenir dix ans. A servir sur un gigot d’agneau, du lapin ou du gibier à plume.
Prix : 9,90 €.
 
Villa MT Eden, Grand Reserve, Chardonnay, Santa Maria, California, 2007
Un bel équilibre entre la vivacité et les notes beurrées, toastées et de noisettes obtenu grâce à une technique particulière : 78 % de la récolte ont subi une fermentation alcoolique classique en cuve inox (ce qui assure la fraîcheur), 12 % ont réalisé une fermentation malolactique (ce qui donne de l’ampleur), et 10 % ont été vinifiés en fut de chêne de 60 litres (ce qui ajoute la délicate touche beurrée et toastée).
Prix : 16,95 €.
 
Irony, Cabernet Sauvignon, Napa Valley, 2005
Un vin classique qui révèle le meilleur de ce qu’est capable de produire le terroir d’origine volcanique du cœur de la Napa Vallée. Un cabernet sauvignon aux tanins fins et délicats signé par la troisième génération de ce domaine familial.
Prix : 15 €.
 
Kenwood, Zinfandel, Sonoma Valley, 2008
En Californie, on ne peut pas manquer un 100 % zinfandel, le cépage emblématique de la région identifié grâce aux analyses ADN comme le primitivo originaire d’Italie. Le seul cépage qui trouve son épanouissement dans des fûts de séquoia. Un vin aux arômes de fruits rouges, framboises et groseilles et aux notes épicées.
Prix : 16,50 €.
 
 
Ph.: B.H.

Les commentaires sont fermés.