Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

17/11/2012

Android tout sourire

la libre,momento,pixels,smart camera,androidAndroid s’installe sur deux appareils photo compacts de Nikon et Samsung. Infinies, les perspectives d’applications séduisent. Mais l’écosystème d’apps, fermé ou non, pose question.

Mise au point: Michi-Hiro Tamaï


DEPUIS PLUS DE DIX ANS, les barphones suivis (plus récemment) des smartphones tentent de se rapprocher du monde de la photo classique. Des 41 millions de pixels du récent Nokia Pure View 808 aux clichés en 3D du LG Optimus 3D, les exemples – parfois plus marketing qu’utiles – ne manquent pas. Cette tendance qui met à mal les ventes d’appareils photo numériques traditionnels (APN) voit une autre s’y opposer avec l’arrivée des premières smart cameras tournant sous Android. Depuis, le système d’exploitation (OS) se retrouve en effet sur deux APN conçus par Nikon et Samsung. Une conquête de plus pour l’OS qui anime la concurrence tablettes et smartphones face à Apple.
 
Jouer à Angry Birds et poster des messages Facebook sur l’écran tactile de son appareil photo ? A priori, utiliser Android sur un compact tient plus du gimmick (souriant) que de l’absolue nécessité. Mais à y regarder de plus près, le rayon photographie de l’énorme logithèque de Google Play gonfle sérieusement les fonctionnalités habituellement “fermées” des appareils photo classiques. Tri intelligent des fichiers photos (un éternel problème), édition d’image et autres logiciels pour hipsters comme Retro Camera (1) sont autant d’arguments plaidant en faveur du système d’exploitation aujourd’hui fort de plus de 600 000 apps.
 
Cette ouverture inhabituelle dans le monde de la photo effraye toutefois certains acteurs comme Panasonic. Bien qu’intéressé (2) par le phénomène, le constructeur nippon s’inquiète de la garantie de ses appareils, qu’il ne pourrait plus offrir au client vu le trop grand nombre d’apps“poubelle” qui circulent sur Google Play. Cette explication sert avant tout de prétexte à la défense d’un pré carré de logiciels internes à l’appareil “verrouillé” par le constructeur. Les récents
Alpha NEX-5R et NEX-6 de Sony en sont un parfait exemple. Ne tournant pas sous Android, ceux-ci s’ouvrent à des apps à télécharger dans un catalogue Sony.
 
De son côté, Polaroid semble peiner à concrétiser son projet de SC1630 Android. Présenté en janvier au CES de Las Vegas, l’APN offre 16 millions de pixels avec zoom optique 3X. Si le constructeur parle de smart camera, son lecteur de carte SIM et surtout son binôme micro/haut-parleur le glissent plus dans la catégorie smartphone.
 
Bien concret par contre, le Galaxy Camera de Samsung (photo) fait crépiter le buzz autour de sa sortie belge, ce week-end. Officiellement annoncé à 550 € mais vendu à 450 € sur des sites web comme celui de la Fnac (en France), il offre un écran tactile similaire à celui du Galaxy S III, dernier né des smartphones du coréen. Ses 16 millions de pixels restent dans la moyenne tandis que son zoom optique grossissant 21X impressionne.
 
Avec un nom comme Galaxy, aucun doute n’est permis sur ses intentions qui entendent livrer des prestations dignes de celles des tablettes et smartphones du géant coréen. Son capot abrite donc un processeur quadruple cœurs véloce, tandis qu’il a également la bonne idée de s’accompagner de la dernière version d’Android (Jelly Bean 4.1). Last but not least, toutes ses photos et vidéos (Full HD) peuvent être balancées sans fil sur un PC ou dans le cloud via Allshare. En plus du Wi-Fi, le Galaxy Camera offre de fait la 3G. Sans toutefois déployer, comme chez Polaroid, un micro et un haut-parleur.
 
Affichant un prix annoncé de 379 € mais vendu aux alentours de 300 € chez des webmarchands, le Nikon Coolpix S800c se profile comme une smart camera Android plus accessible aux bourses mais moins performante. Contrairement à Samsung, exit la 3G ici. Il faudra donc se contenter de Wi-Fi pour télécharger des apps et publier ses photos en direct sur Facebook. Alourdi d’un allumage assez lent selon les tests complets de Clubic et The verge, le S800c tourne également avec une version 2.3 plus datée d’Android. Reste qu’avec un zoom X 10 et un capteur de 16 millions de pixels, il se profile comme un compact a priori tout à fait respectable à ce tarif. Après tout, l’important c’est l’image.
 
(1) L’équivalent du célèbre Hipstamatic sur iPhone.
(2) Dans une interview accordée à TechCrunch.
 

Ph.: Samsung

Les commentaires sont fermés.