Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

25/11/2012

Comptine jardinière

La Libre, Momento, Dehors, chiffres, jardinVoici le 200e numéro. Déjà ! L’hiver est bientôt là, les bourgeons aussi. Le jardin n’a pas fini de faire parler de lui. Et nous de lui servir d’interprètes.

Sur le bout des doigts: Marie Pascale Vasseur et Marie Noëlle Cruysmans

TOUTE LA RÉDACTION se réjouit. Un jubilé, cela se fête. L’idée a germé alors d’en faire une thématique un tantinet mathématique, tout en chiffres et en nombres. Pour cultiver le temps qui passe et celui qui vient. Mais pas de panique pour autant. En vérité, raisonnements logiques et théorèmes savants ne sont pas trop notre style. Pas de sudoku jardinier en perspective… Trêve de plaisanterie, lançons-nous dans le sujet.
 
Commençons par le chiffre 1. 1 main verte, 1 jardin d’Eden, 1 sol fertile, 1 tondeuse tonitruante, 1 précieuse fourche-bêche, 1 doux parfum de rose… Non, pas de litanie. Arrêtons-nous plutôt à un dicton bien connu des jardiniers : “1 binage vaut 2 arrosages”. En ces temps de réchauffement climatique et de restriction d’eau, il vaut son pesant d’or et demande quelques explications. Biner revient à casser la croûte du sol et l’aérer délicatement pour éliminer les petites herbes dites mauvaises. A pratiquer sans retenue au printemps et en été. La binette est un de nos outils fétiches. Tout simplement, une lame métallique horizontale affûtée au bout d’un long manche en bois que l’on enfonce dans le sol de l’avant vers l’arrière. Enfantin et idéal pour reposer quelques neurones fatigués.
 
Le chiffre 2 nous entraîne vers des choses sérieuses. Nous pensons au mot “dioïque” en botanique. De di = deux et oicos = habitation. Une plante est dioïque lorsque les fleurs mâles et les fleurs femelles se retrouvent sur des pieds distincts. En d’autres termes, certaines plantes ne portent que des fleurs mâles et d’autres que des femelles. Le compagnon rouge, Silene dioica, et le houx, ilex aquifolium, par exemple. Pour que votre houx porte des fruits, il faudra donc impérativement planter un mâle à proximité d’une femelle, seule à fructifier. Informez-vous auprès des pépiniéristes spécialisés qui privilégient aujourd’hui les variétés à fructification spectaculaire. A toute règle, une exception. Eh oui, quelques houx polygames existent. Le cultivar assez populaire ‘J.C van Tol’ développe des fleurs des deux sexes qui s’autopollinisent sans qu’il soit nécessaire d’avoir d’autres spécimens dans les parages. A bon entendeur.
 
 
3 évoque le fraisier aux feuilles trilobées ou, pour les initiés, le Magnolia tripetala à trois pétales. Pour celui qui cultive son lopin avec la Lune, ce chiffre suggère les 3 phases de son astre préféré. Pour l’architecte paysagiste, il représente le triangle, la structure, l’espace, la 3D. D’autres l’associent au cercle. Avec un minimum de 3 points, il est vrai qu’il est aisé d’en tracer la circonférence. Enfin, plus terre à terre, il y a l’autre dicton “jamais deux sans trois”. Oui, le jardin est parfois le théâtre de quelques déconvenues. Mais comme la patience est la vertu principale du jardinier, il ne laissera pas tomber la bêche à la première mésaventure. Au contraire, il tentera jusqu’à trois fois l’intégration d’une nouvelle recrue avant d’abdiquer.
 
4, c’est facile ! Les 4 saisons me direz-vous, les 4 points cardinaux et les 4 éléments – feu, air, eau et terre. En cherchant un peu, les 4 symboles fondamentaux : le carré, le cercle, la croix et le centre. Le carré et la croix imposent d’ailleurs par eux-mêmes le chiffre 4. Le plan en croix des jardins arabes et moyenâgeux divise en effet l’espace en 4 carrés. Enfin un petit clin d’œil au potager avec la tétragone cornue ou épinard d’été, et au jardin de collection avec Tetracentron sinense dont le fruit est divisé en 4.
 
 
Avec 5 , cela se corse. Il y a bien les cinq sens et les cinq doigts de la main. L’étoile aussi souvent reprise dans les réalisations paysagères. Il y a encore Parthenocissus quinquefolia, la vigne vierge à 5 folioles. Sans oublier la célèbre gamme des chiffres impairs 3, 5, 7 à utiliser sans modération lors des plantations. Elle nous vient d’outre-Manche, de Gertrude Jekyll plus précisément, la papesse des mixed borders qui estimait, à juste titre, que les déclinaisons impaires étaient plus abouties, plus harmonieuses et naturelles. Principe appliqué, par ailleurs, dans l’art des bouquets.
 
 
6 ne nous inspire qu’à moitié. Pas grand-chose nous vient à l’esprit à part le 6e sens. L’intuition féminine.
 
 
Passons à 7. Les 7 jours de la semaine et de la période lunaire. Et, soyons ludiques, les 7 nains de jardin. Avec leurs chapeaux pointus et leur barbe blanche, ils sont adulés ou détestés. En tout cas, ces petits gnomes ne laissent personne indifférent.
 
 
Les 8 directions de la rose des vents, les 12 mois de l’année… Et plus précisément, en 2012, quelques numéros festifs. 20 pour les 20 ans de la Fête des plantes et du jardin des Jardins d’Aywiers à Lasne, 25 pour les 25 ans des Plantes rares et de collection de la Feuillerie à Celles, 30 pour les 30 ans des Journées des plantes de Courson près de Paris...
 
...et enfin 200, pour l’happy birthday qui nous intéresse aujourd’hui !
 
 
La Libre, Momento, Dehors, chiffres, jardinPetite digression à Througham Court (photos)
En mai dernier, la Librejardin, partie fureter sur les routes des Cotswolds, a terminé sa balade jardinière par Trougham Court, un jardin contemporain. Un peu spécial. Caché derrière une magnifique demeure dans le plus pur style typique Arts and Crafts du XVIIIe, la composition de sa propriétaire Christine Facer est détonante. Médecin expert de la malaria, scientifique pure et dure, elle s’est découvert une fibre d’architecte paysagiste.
Elle a dessiné son jardin en y appliquant des théories mathématiques liées aux lois de la nature et aux chiffres cosmiques. Déconcertant et pas toujours facile à comprendre pour le visiteur lambda.
Ceci dit, le résultat final était magique. Unanimement nous avons aimé la sinueuse promenade de Fibonacci le long de l’alignement des bouleaux, la porte du chaos, le trou noir et le jardin de l’évolution cosmique dévolu au chiffre 6. Ah ce chiffre 6 !
 
 
Ph.: MNC & MPV

13:00 Publié dans Dehors | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : la libre, momento, dehors, chiffres, jardin | |

Les commentaires sont fermés.