Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

04/12/2012

Un sacré coup de pouce

La Libre, Momento, Autoportrait, Patrick MestdaghPatrick Mestdagh est un antiquaire spécialisé en armes, bijoux et ethnographie des continents non européens. Avec son épouse, il tient une galerie au Sablon.


PATRICK MESTDAGH EN 6 DATES

27 mars 1968 : cadet d’une fratrie de quatre garçons, disons que j’ai rapidement découvert certains aspects de la vie… S’ils en ont vu de toutes les couleurs, nos parents doivent aujourd’hui être heureux de voir les liens qui nous unissent, et ils adorent leurs dix petits-enfants…

1er août 1978 : à 10 ans à peine, un grave accident de ski nautique me cloue sur un lit d’hôpital durant un mois. Il était “moins une”… J’ai eu très chaud, et, entre autres, j’ai rapidement pris conscience que la vie ne tenait qu’à un fil !

1er octobre 1991 : sans véritable bagage, mais avec l’aide d’un confrère établi et le soutien de mes parents, je m’installe comme antiquaire dans 4 mètres carrés avec 45 objets au “Village des Antiquaires” aujourd’hui disparu. L’aventure continue et nous nous sommes installés en mars dernier dans notre nouvel espace de la rue des Minimes.

3 juillet 1999 : Ondine et moi nous marions ! Depuis notre rencontre, nous travaillons ensemble et si, depuis 2011, Ondine s’est lancée avec brio dans la création de bijoux superbes, elle m’a beaucoup apporté, énormément soutenu, et encore plus supporté… Chaque journée est belle !

26 octobre 2011 : une date essentielle, fondamentale ! La naissance de notre premier enfant : Simon. En une fraction de seconde, la vie bascule, tout est renversé… Une nouvelle vie commence, avec de nouvelles priorités. C’est la plus belle aventure humaine terrestre. Et OUI, la vie vaut vraiment la peine d’être vécue !

29 novembre 2012 : l’inauguration des Nocturnes du Sablon 2012, avec une toute nouvelle formule mise sur pied par le Comité dont Pierre Marcolini et moi sommes co-présidents. C’est une invitation à (re)découvrir le Sablon ! Un concours de “sapins de Noël” revisités par les élèves de la Cambre, du “Street Food” par les chefs étoilés et prometteurs, le tout agrémenté de concerts de musique. Ça promet d’être grandiose…


UN EVENEMENT DE MA VIE

Un jour, un confrère antiquaire me croise dans la rue et me suggère de passer le voir “à l’occasion” car il a un objet susceptible de m’intéresser. Après quelques jours, nos chemins se recroisent et il décide de me dessiner l’objet. Immédiatement, je reconnais le trésor ! Un objet rarissime, le rêve de beaucoup de confrères dans le domaine des arts non européens. Je n’en crois pas mes yeux.
Le lendemain, il me la présente et je suis conquis. La pièce est universelle et à la question de savoir pourquoi il m’avait choisi comme acheteur, mon confrère me répondit : “Ton état d’esprit est différent !” Une belle claque à laquelle je ne m’attendais pas, et surtout un beau compliment. Pouvoir présenter cette pièce d’exception, aussi tôt dans ma vie professionnelle, représente une chance unique, un sacré coup de pouce inoubliable.


UNE PHRASE

“Quand je n’ai plus de bleu, je mets du rouge.”
Pablo Picasso
Il y a avant tout la démarche de l’artiste que rien ne semble pouvoir arrêter. Il y a surtout l’idée que, dans toutes les situations, une solution existe, souvent plus simple qu’il n’y paraît.


TROIS LIVRES

“Perestroïka”, de Mikhaïl Gorbatchev
Un homme politique, un homme d’Etat capital dans l’histoire récente du monde dont l’action aura bouleversé la géopolitique de la fin du XXe siècle. Aller au bout de ses convictions malgré les obstacles et les possibles conséquences ! A l’occasion, je partagerais bien un stoemp saucisse avec lui, “Chez Richard” par exemple !

“Le voyage de Luca”, de Jean-Luc Outers
Un road-movie plein de tendresse aux parallélismes évidents avec mon histoire récente, et un plongeon dans des merveilleux voyages que nous faisions en famille là-même où l’écrivain nous emmène. Et fatalement, d’autres idées de voyages à venir. Mon épouse et moi sommes tentés par un tour du monde en 365 jours, avec notre fils comme guide…

“Le livre du thé”, de Okakura Kakuzo
Bien plus qu’un livre sur le thé, une invitation à découvrir un art de vivre élevé au rang de religion au Japon. Ecrit il y a 100 ans, il n’a pas pris une ride et regorge de vérités essentielles que notre société moderne oublie parfois trop vite. Chaque page regorge de citations, véritables points de départ pour la méditation.


TROIS COULEURS

Noir
Pour les petites merveilles de Pierre Marcolini, insatiable créateur capable de mille et une idées en une journée. Un personnage, une rencontre surtout ! Un chouette compagnon dans l’aventure du Sablon au sein d’un Comité plein de jeunesse d’esprit, d’idées et d’énergie.

Jaune
La couleur “or” d’une œuvre de Walter Leblanc à notre mur, merveilleux artiste belge. Notre pays regorge de formidables talents souvent méconnus !

Rouge
Les chaussures de notre ami Charles Kaisin, un génial gai luron bouillonnant d’idées qui a su retranscrire à merveille nos envies en transformant notre nouvelle galerie. Le résultat est au-delà de ce que nous imaginions !


TROIS MOTS

Passion
Celle qui m’habite depuis plus de vingt ans dans mon métier où chaque jour réserve sa part de surprise et d’inconnu. C’est un privilège de pouvoir dénicher l’objet rare qui ravira le collectionneur qui, souvent, devient un ami tant les partages d’émotions sont vrais.

Voyages
Professionnels ou d’agréments, ils sont toujours source d’inspiration, de découvertes et d’ouverture d’esprit vers de nouveaux horizons.

Musique
Elle est omniprésente dans ma vie ! A la radio ou à la galerie, des concerts à l’occasion. De Billie Holiday à Godspeed en passant par Satie et Radiohead… Je craque pour Om, groupe belge de Loupoigne à l’album éponyme. Guitare et percussions sèches et nettes dans un esprit “world music”. De la pure poésie…


UNE DATE

Le 9 novembre 1989
La chute du Mur de Berlin, le mur de la honte !
Sans vraiment y réfléchir, un ami et moi partons pour “vivre” cet événement. La route de nuit, le passage du rideau de fer sans parler un mot d’allemand et finalement les coups de marteau sur le Mur… Seuls les Berlinois étaient autorisés à “traverser” le Mur ! Un moment intense et inoubliable. Berlin est devenue capitale, une ville incroyable en perpétuel mouvement. Il reste encore de nombreux murs à faire tomber !


Ph.: Ch. Bortels

Les commentaires sont fermés.