Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

08/12/2012

Oman, voyage au cœur de l’Arabie heureuse

La Libre, Momento, Escapade, OmanEntre raffinement et paysages à couper le souffle, le sultanat d’Oman ne doit pas jalouser son somptueux voisin, le Yémen. En bord de mer, dans le désert, au pied des montagnes ou encore à l’abri des palmeraies, c’est une plongée au cœur des Mille et Une Nuits…

Découverte: Stéphanie Carion

APAISANT, OMAN SEMBLE figé à l’époque de Sindbad le marin, contrairement aux pétromonarchies voisines. Mais l’insouciance, le respect, l’accueil et la tradition ne freinent certainement pas le progrès, qu’il soit économique, social ou culturel. D’ailleurs, le Sultan Qaboos veille sur une nation qui le vénère comme un père bienfaiteur. Ici (et pour faire taire les mauvaises langues), il n’est pas question d’une étendue uniquement désertique comme c’est le cas dans une grande partie de la péninsule arabique. Entre l’Inde et l’Afrique, Oman est un pays montagneux aux contrastes saisissants, entouré de sable et d’eau, avec des palmeraies qui respirent l’abondance et la fraîcheur. Les falaises enivrent, les dunes se déclinent en rouge et or… Un véritable paradis !
 
Mascate, la capitale, est impressionnante. Même si son côté “peu pratique” empêche les piétons de flâner à l’envi, sa situation ancrée dans la roche et son architecture valent le détour. Liée à l’histoire du Portugal, la cité est un témoignage du phénomène géologique d’obduction. C’est en effet un des seuls pays au monde constitué de roches provenant du plancher océanique, une véritable caverne d’Ali Baba pour les géologues qui explorent l’un des plus spectaculaires charriages d’ophiolites (roche verdâtre). Dans la baie de Mutrah, tout semble prendre vie, des souks parfumés à l’encens jusqu’au marché aux poissons, en passant par la sortie de la mosquée. Plus loin, le vieux Mascate, dominé par deux forts portugais, reste l’une des fiertés architecturales du monde arabe. Et parmi les incontournables de la capitale, on retrouve la majestueuse Grande Mosquée du Sultan Qaboos. Ou encore, les immenses plages de Qurm, animées par la jeunesse omanaise au coucher du soleil.
 
Le long de la côte, vers le Sud, neuf hameaux se nichent sur les hauteurs de Tiwi dans le wadi (canyon). Entre palmiers dattiers et bananiers, des femmes en habits colorés lavent leur linge et des enfants courent pieds nus dans les ruelles escarpées. Tout en suivant le Falaj (système d’irrigation perse, classé au patrimoine mondial de l’Unesco), le promeneur se retrouve au pied des immenses rochers et peut, en toute quiétude, se baigner dans les vasques d’eau émeraude. En fin de journée, depuis Tiwi, une petite balade en barque dans le golfe d’Oman ne se refuse pas, surtout si le pêcheur attrape sous nos yeux un immense poisson.
 
Après une nuit en barasti (cabane de pêcheur) sous la chaleur de Ras-al-Add (connue pour ses criques bleu saphir et ses tortues de mer), direction Sur, une charmante ville de pêcheurs réputée pour ses boutres. Ces fameux bateaux ont fait et font toujours la fierté de la région. En visitant l’un des chantiers, on s’aperçoit que ces embarcations de bois sont fabriquées de manière purement artisanale, sans plan, un savoir-faire transmis de génération en génération. Le marché aux poissons vaut le détour pour ses scènes de vie typiques.
 
Direction wadi Bani Khalid, une des plus belles oasis de tout le pays. A la sortie du village, les plantations sont riches et leur fraîcheur n’est pas du luxe sous ce soleil brûlant. C’est en se plongeant dans les profondeurs du canyon, les pieds dans la rivière, qu’on découvre de magnifiques vasques d’eau bleu turquoise, idéales pour la baignade.
 
On quitte les plantations pour passer la nuit dans un campement aménagé au Wahiba, le désert de dunes magistrales qui se décline de toutes les couleurs orangées. Sous un air de guitare locale, la soirée s’égaye de quelques pas de danse sur les tapis persans. Réveil à l’aube et les dunes immaculées s’ouvrent aux visiteurs le temps d’une promenade, avant la visite d’un camp bédouin.
 
Pour un aperçu quasi complet des joyaux du sultanat, il reste à explorer les montagnes du Hajar occidental. Longtemps inaccessible, le Djebel al-Akhdar (montagne verte) est l’une des plus belles barrières rocheuses d’Oman. Ici, pas question de s’aventurer sur les pistes autrement qu’en 4x4, vous serez arrêté au check point. Niché à près de 2 000 m, le plateau de Saiq offre de magnifiques panoramas du haut des cultures en terrasses et des villages pittoresques perdus dans cette verdure. En fin de journée, au pied des montagnes, les souks animés de Nizwa sont agréables. Pas de racolage à outrance et des souvenirs traditionnels garantis (surtout l’argent vendu au poids).
 
 
Le lendemain, la visite du village fortifié de Birkat Al Mawz (le bassin des bananes) vaut le détour tant pour ses maisons de terre ocre, que ses portes de bois sculptées. Plus loin, on retrouve le village en pisé de Al-Hamra, vieux d’une cinquantaine d’années, en grande partie à l’abandon. Cap ensuite vers le Djebel Shams (montagne du soleil) qui culmine à 3 010 m. Du haut du plateau, la vue sur le Grand Canyon d’Arabie est exquise et enivrante. Attention aux personnes sujettes au vertige !
 
Après une nuit très fraîche (presque 20 degrés de moins) au sommet des montagnes, la route vers le village de Balad Sayt est impressionnante à travers le wadi Bani Awf. La traversée du hameau coloré en terrasses s’impose, chaleur et tradition omanaise garanties, avant de rentrer sur la capitale Mascate pour s’imbiber une dernière fois de la richesse culturelle du sultanat.
 
 
Ph.: S.Carion

12:00 Publié dans Escapade | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : la libre, momento, escapade, oman | |

Les commentaires sont fermés.