Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

11/12/2012

Les Belges de Bordeaux

La Libre, Momento, Papilles, Vins, vignerons belges, BordeauxActuellement, on dénombre l’implantation et l’implication économique de près de trente-sept familles belges dans les vignobles bordelais. Hommage leur a été rendu par le CIVB.

Mise en bouteille: Baudouin Havaux


LES BELGES AIMENT LE BORDEAUX, et réciproquement Bordeaux aime les Belges. Ils l’ont démontré la semaine dernière lors d’une réception officielle organisée par le Comité Interprofessionnel des vins de Bordeaux (CIVB) à l’occasion de la sortie du livre “Vignerons belges de Bordeaux”. Tous les Belges propriétaires de vignobles à Bordeaux ont été reçus par leurs collègues bordelais et un hommage leur a été rendu non seulement pour leur précieux apport à cette importante activité économique, mais aussi pour leur tempérament, leur passion, leur esprit d’innovation et leur convivialité, caractéristiques qu’ils ont, tous à leur niveau, insufflé dans la région.
 
 
De tout temps, depuis l’origine du négoce des vins de Bordeaux, les Belges ont été présents dans l’activité commerciale et ensuite, bien plus tard, dans la production viticole. En cette année 2012, on dénombre l’implantation et l’implication économique de près de trente-sept familles belges à Bordeaux. L’influence des Anglais à Bordeaux est historique, l’achat de propriétés viticoles en Gironde par des Chinois est à chaque fois largement médiatisée, mais ce que l’on sait moins, c’est que ce sont les Belges les premiers investisseurs étrangers dans cette région qui abrite les plus prestigieux vignobles du monde.
 
La région possède depuis toujours une culture d’ouverture à l’étranger. Pas étonnant que de nombreux représentants des pays de l’Europe du Nord soient venus s’installer à Bordeaux dès le XVIe siècle. Ce sont eux, bien entendu, qui ont développé en premier lieu l’image des vins de Bordeaux. Ensuite, bien plus tard, les pionniers belges sont arrivés dans le vignoble.
 
La famille Thienpont en 1921, avec l’achat du Château Troplong-Mondot par Georges, le patriarche qui allait donner le ton à toute la famille. Ensuite, bien plus tard, Patrick de Coninck, Jean-Pierre Hérail, la famille de Schepper allaient réellement créer un mouvement d’implantation belge qui s’est fortement accéléré dans les années 1990.
 
 
D’où vient donc cet engouement pour les vignobles bordelais ? Sans doute de l’énorme attrait qu’a toujours occasionné auprès des consommateurs belges la production girondine. Ensuite, parce que, pour un Belge amateur de vin, produire du vin bordelais est considéré comme la consécration d’un rêve fou. A Bordeaux de surcroît, cela correspond à la conquête du Graal. Notons aussi que le Belge arrive sans a priori quand il commence une nouvelle activité viticole. Il a la volonté de bien faire, une vision plus large du marché et ne s’encombre pas de traditions ou usages culturaux ou vinicoles hérités de génération en génération sans qu’ils ne soient remis en question.
 
 
LE LIVRE
“Vignerons belges de Bordeaux”
L’auteur, Dirk De Mesmaeker, avec la collaboration de Bernard Sirot, présente dans cet ouvrage vingt-huit producteurs d’origine belge. Il s’intéresse beaucoup à l’homme ou à la femme derrière le vin proprement dit, à sa décision d’investissement, à son approche de la production mais aussi à son implication dans le Bordelais spécifiquement. Chaque propriété est amplement décrite, son histoire, son terroir, jusqu’à l’âme des propriétaires s’écoulent entre les lignes de l’ouvrage. Le livre est aussi une source d’informations importantes sur la région car chacun nous livre ses meilleures adresses : restaurants, curiosités, marchés locaux, ainsi que d’excellentes adresses de produits régionaux. Une source d’information unique pour tout amateur d’œnotourisme. Tous les vins ont été dégustés par un panel de journalistes belges spécialisés qui ont livré leurs commentaires et leurs coups de cœur.
Prix en Belgique : 29,50 €. Editions Standaart. ISBN : 9789002252457. 255 pages.

Commentaires

est-ce qu'on compte tous les expatriés français dans le lot (j'en connais au moins quatre), ou bien s'agît-il des Belges de souche (belle expression en vérité pour dédisner des vignerons)

Écrit par : Guillaume | 13/12/2012

Les commentaires sont fermés.