Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

24/12/2012

Merveilles de Noël chez    Fouquet

La Libre, Momento, Escapade, château, Vaux le Vicomte, NoëlA quelques jours de Noël, le château de Vaux le Vicomte, quatrième bien privé le plus visité de l’Hexagone, se pare de ses atours de fête : illuminations, décors flamboyants, sapin gigantesque...

Des étoiles plein les yeux: Philippe Farcy

LE CHÂTEAU DE VAUX LE VICOMTE est situé à 50 km au sud-est de Paris, sur la commune de Maincy, non loin de Melun. Du 22 décembre au 6 janvier (fermé les 25/12 et 1/01), on pourra accéder à cette maison incroyable, toute embellie de décors de Noël. Les illuminations débutent dès la cour d’honneur, posées avec goût sur des rangées de sapins. Puis elles se poursuivent dans le parc recréé avec ses broderies de buis, comme il était en 1660 quand Le Nôtre l’inventa. Des bougies sont là, par milliers. A et en la nuit tombée, c’est de la magie pure. A l’intérieur, c’est un festival inouï de décors flamboyants, au demeurant totalement fournis par une firme anversoise. Dans le grand salon ovale placé sous la coupole, un sapin immense monte à sept mètres. Il scintille de toutes parts, d’autant mieux qu’il porte 4 000 objets. Tous les salons du rez-de-chaussée sont animés de nature morte d’arbustes, de champignons, de bouquets séchés, de choses diverses et colorées.
 
Vaux possède un patrimoine mobilier exceptionnel. Il a une histoire brillante, intense. Avec son parc et son domaine de 550 ha, il a de quoi faire frémir d’envie 96 % des maisons castrales françaises.
 
 
C’est en effet ici qu’est né vers 1650-1660 le grand style Louis-quatorzième par la réunion d’artistes de génie comme Louis Le Vau, Charles Lebrun et André Le Nôtre, amenés sur une terre quasiment vierge par le Surintendant des Finances du roi et de la régente, Nicolas Fouquet (1615-1680). Fouquet (ce qui veut dire écureuil et justifia la devise familiale : “Jusqu’où ne montera-t-il pas”) avait acheté Vaux en 1645 déjà. Il occupa diverses charges officielles, allait devenir intendant des finances à la demande de Mazarin, chargé de la Recette. Et issu d’une puissante famille de marchands de draps angevine, détenteurs d’une compagnie maritime, il ne manqua pas de fortune. Il fit donc construire Vaux par les meilleurs artistes de son temps.
 
On sait que le bal d’inauguration qu’il donna le 17 août 1661 lui servit de marchepied pour la prison. Louis XIV fut invité à cette fête par trop grandiose. Le roi était déjà venu voir les travaux en juillet 1659 et douze mois plus tard encore avec sa jeune épouse. Mais en 1661, le roi qui n’était pas encore solaire prit ombrage de ce palais plus beau que les siens et, surtout, comprit que l’ambition de son Surintendant était trop grande, perverse et dangereuse. Sur les conseils de Colbert qui détestait ce ministre de la finance, Louis XIV confisqua les biens de Fouquet.
 
 
Louis XIV employa alors les artistes de ce chantier fameux et Versailles naquit dans son ampleur contemporaine, écrasant Vaux comme le palais de justice de Bruxelles écrase la Marolle. La rivalité entre les deux châteaux perdure d’ailleurs. Vaux allait connaître une vie finalement calme pendant plus de deux siècles, passant dans diverses familles dont les ducs de Villars (celui de la bataille de Denain) puis aux ducs de Choiseul-Praslin. Le château faillit être détruit vers 1860 mais on procéda à une vente publique et le domaine, privé de ses jardins, éventré en ses communs et vidé de ses meubles, fut acheté par un industriel du nom d’Alfred Sommier. Celui-ci sauva la bâtisse et ses décors pour la plus grande gloire de la France et de ses propres héritiers, les comtes de Vogüé.
 
A eux donc la charge immense de tenir cette maison qui accueille 300 000 personnes par an et emploie plus de cent collaborateurs. C’est le quatrième bien privé le plus visité de l’Hexagone et malgré cela, il est difficile de tenir les budgets en équilibre. Les toitures du château viennent d’être totalement renouvelées à l’ancienne, ce qui a coûté une fortune dont les maîtres de céans couvrent 40 % des charges. Et le domaine ne possède même pas le titre de patrimoine exceptionnel. Certains châteaux belges ont de la chance, car chez nous, pour autant que la Région wallonne paye, dans un cas comme celui-ci, ce sont 95 % qui sont pris en charge par la communauté publique. Mais c’est une autre histoire.
 
 
La Libre, Momento, Escapade, château, Vaux le Vicomte, NoëlPour faire tourner ce qui est une vraie entreprise, la famille Vogüé ne manque jamais d’idées. Celle d’organiser des illuminations de Noël qui participent à l’éblouissement des visiteurs. Cela renforce la réputation magique du lieu que l’on visite des sous-sols au rez-de-chaussée, communs compris où se trouvent cuisines et selleries. Ceci dit, pendant ces journées festives et glaciales (se munir de gros vêtements n’est pas sot), on ne peut monter au premier étage ni gravir les marches qui mènent au lanternon du dôme central.
 
 
Infos:
Vaux le Vicomte 77950 Maincy – France
Tél : +33 (0) 1.64.14.41.90
E-mail : chateau@vaux-le-vicomte.com
http://www.vaux-le-vicomte.com.
Château seul : 16 €/adulte et 13 €/enfant, gratuit pour les – 6 ans.
 
 
Ph.: Fabrice Milochau & David Blondin

Les commentaires sont fermés.