Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

14/01/2013

Consoles, la nouvelle vague

La Libre, Momento, Pixels, consoles, CES, Project Shield, nVidiaMalmené par Android et Linux, l’univers cloisonné des consoles de jeu est sur le point d’exploser. Les imminentes Steam Box, GameStick et Ouya en témoignent. Dernier exemple en date, la Project Shield de nVIDIA a fait crépiter le buzz au CES de Las Vegas cette semaine.

Aux manettes: Michi-Hiro Tamaï


QUI SE SOUVIENT DE LA N-Gage de Nokia ou de la Jaguar d’Atari ? Ces consoles de jeu vidéo au destin tragique ont beau être nées à des époques différentes, elles possèdent un point commun : un échec cuisant dû à l’absence de jeux propulsés par des éditeurs tiers. Fourni en productions ludiques (d’intérêt variable), Android pourrait à termes résoudre ce problème. La Ouya et la PlayJam de GameStick y croient en tout cas dur comme fer. Les deux consoles qui entendent porter le succès du jeu vidéo smartphone sur les grands écrans des salons ne sont toutefois pas les seuls exemples en la matière.
 
Habituellement braqués sur l’E3 de Los Angeles, les regards des joueurs se sont en effet attardés cette semaine sur le CES de Las Vegas. En cause, l’annonce surprise par nVIDIA du projet Shield, console portable puissante équipée du Tegra 4, dernier né des processeurs mobiles “à tout faire” du californien. Le design de cette nomade Android apte à taquiner la Nintendo 3DS et la PlayStation Vita n’est pas forcément original. nVIDIA mise ainsi sur une manette ressemblant à celle d’une Xbox première génération. Et y ajoute simplement un écran “capot” recouvrant le tout lorsqu’il est fermé.
 
Ecran tactile multi touch en 720p et connectivité classique (Mini HDMI, micro USB et MicroSD) tapissent la liste des specs annoncées. Pour les parties en réseaux, le Wi-Fi répond à l’appel sans que la 3G n’aie été évoquée. Contrairement à la PS Vita, impossible donc de jouer en ligne dans le train. Signe des temps, aucun port cartouche n’est en outre envisagé sur cette nomade attendue aux USA pour le deuxième trimestre prochain.
 
Acteur majeur des graphismes haut de gamme sur PC via ses cartes graphiques, nVIDIA recycle ici le catalogue Google Play. A savoir des titres à la réalisation visuelle nettement moins ambitieuse que ce qui se fait sur consoles classiques. Et surtout, des jeux pensés pour une prise en main avant tout tactile… Pour montrer ce qu’elle a dans le ventre, nVIDIA met toutefois en avant six jeux optimisés pour la bête. Un sextet qui se limite surtout à des copies opportunistes de genres qui fonctionnent bien sur consoles classiques.
 
Pour que le grand spectacle soit au rendez-vous, le joueur devra rester à la maison. La société californienne met ainsi en avant la possibilité de streamer des jeux vidéo depuis son PC vers l’écran de la Shield. Le tout pour un usage exclusivement sédentaire évoquant en fait le jeu vidéo “off screen” de la récente Nintendo WiiU. nVIDIA n’est toutefois pas le seul acteur du jeu vidéo à s’intéresser de près aux consoles de salon. Valve lancera ainsi cette année la Steam Box (nom de code Big Foot), un “standard” de console de jeu qui pourrait être assemblé par n’importe quel constructeur high-tech, à l’image du format Blu-ray.
 
L’idée de l’éditeur est de porter Steam, son magasin de jeux PC en ligne, au cœur des salons. Un art de la récup’ qui évoque le Shield de nVIDIA. Editorialement et techniquement, le catalogue est toutefois nettement plus impressionnant. La grande inconnue reste toutefois liée à la prise en main des jeux. Le catalogue de Steam étant taillé pour être pratiqué à la souris et au clavier, Valve devra mettre les bouchées doubles pour livrer une manette capable de les remplacer. Encore mystérieuse à ce sujet, la société évoque, sans entrer dans les détails, un périphérique équipé de capteurs détectant les mouvements des yeux et la morphologie du joueur.
 
Ces noms du jeu vidéo ayant pignon sur rue ne sont toutefois pas les seuls à vouloir taquiner Nintendo, Sony et Microsoft sur leur terrain de prédilection. Grâce à Kickstarter, la Ouya (voir Momento du 29 décembre dernier) débarquera ainsi au printemps prochain aux USA. Plus récemment, le site de financement participatif a également vu le projet de GameStick de PlayJam proche de la concrétisation. Tour de passe-passe de cette console tournant sous Anrdoid Jelly Bean ? Une manette rectangulaire dans laquelle se cache un stick HDMI (de la taille d’une clef USB), à brancher directement sur le téléviseur.
 
La société jusqu’ici spécialisée dans les casual games annonce 200 titres de Google Play compatibles avec sa console attendue ce mois d’avril aux USA (uniquement). Malgré un prix plancher d’une soixantaine d’euros, l’intérêt de voir des jeux smartphone portés sur un téléviseur reste, ici encore, discutable. D’autant que comme pour la Shield de nVIDIA, ces derniers n’ont pas été développés pour une prise en main à la manette. Nintendo, Microsoft et Sony peuvent encore dormir tranquille…
 
 
Ph.: nVIDIA

Les commentaires sont fermés.