Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

21/01/2013

La Petite Rochelle, un jardin… que dis-je, un paradis !

La Libre, Momento, Dehors, La Petite RochelleEn hiver, prenez le temps de piquer des idées. Préparez l’une ou l’autre visite de jardin, lisez et surfez sur Internet à la recherche d’inspiration, d’astuces et de savoir-faire jardiniers.

En balade: Marie Pascale Vasseur et Marie Noëlle Cruysmans


C’EST À RÉMALARD, UN VILLAGE du Perche, que se situe La Petite Rochelle. Un des plus beaux jardins de France. Il a reçu en 2004, le fameux label “jardin remarquable”. A chaque saison, il s’y passe quelque chose. Le talent de sa propriétaire, Hélène d’Andlau, est inégalable. Cela fait plus d’une trentaine d’années que, infatigable, elle lui dédie le plus clair de son temps. La composition de départ a évolué petit à petit. Deux jardins sont venus compléter les six premiers. Quelques marches par-ci, un jardin en creux par-là, quelques bassins, des chambres de verdure. Pour ne pas tout découvrir en une seule fois et éveiller la surprise.
 
 
Hélène d’Andlau est avant tout une artiste. Gravure et sculpture sont ses domaines de prédilection. Elle devient jardinière lorsqu’elle hérite, en 1976, d’un lopin d’un peu plus d’1 ha à l’arrière de deux maisons de village. A part quelques arbres, haies et murs existants, il n’y a rien. Tout est à réaliser. Elle se lance dans l’aventure. En commençant par la botanique. Avec l’idée de mêler les harmonies de couleurs, associer les formes et les structures, réunir goût du beau et expérimentation des végétaux. En quelque sorte, peindre un tableau avec la nature.
 
Une fièvre de chineuse et un grand enthousiasme lui font courir par monts et par vaux l’Angleterre, la Belgique, les Pays-Bas, l’Italie ou la Suisse à la recherche de la perle rare et de la pépinière spécialisée. Découvertes toujours aussi excitantes pour cette collectionneuse dans l’âme : “Je ne crois pas que le chercheur, découvrant une pépite d’or ou un diamant, puisse éprouver autant d’excitation qu’un amateur de jardin affamé, allant de plante en plante, penché sur des étiquettes inconnues, ne sachant où porter ses pas dans ces alignements de pots qu’il voudrait tous emporter !
 
 
Membre de différentes sociétés horticoles, Hélène d’Andlau a l’occasion de côtoyer la fine fleur du monde jardinier dont le Prince Peter Wolkonsky, créateur du fabuleux jardin de Kerdalo en Bretagne, le Vicomte Charles de Noailles, connu pour ses réalisations à Hyères et à Grasse, et les célèbres Harold Hillier, Lionel Fortescue du Garden House dans le Devon ou Ann Palmer du jardin de Rosemoor. Sans oublier Robert et Jelena de Belder, les Belges de Kalmthout et d’Hemelrijk. Cette dernière a préfacé le livre qu’Hélène d’Andlau a consacré à son jardin : “Je n’ose presque pas décrire mon émotion et mon admiration devant sa manière de dire le bonheur qu’a été pour elle la réalisation de sept jardins successifs et les joies vécues au fil des douze mois de l’année. Mais qui pourrait résister à la tentation d’un paradis sur terre !
 
 
La Libre, Momento, Dehors, La Petite RochelleLes collections
Plusieurs collections de végétaux sont présentées dans ce jardin d’exception. Il s’agit des Pieris et des daphnés. Les Pieris, communément appelés andromèdes, sont intéressants pour leur feuillage persistant et leurs jeunes pousses souvent colorées. Ils offrent au printemps une longue floraison blanche, rose ou rouge et demandent un sol acide proche de celui des rhodos, à l’ombre des sous-bois et à l’abri des grands froids. Pour avoir de beaux spécimens, Hélène d’Andlau ajoute
à la terre, un tiers de tourbe et un tiers de terre de bruyère. Elle les plante près des érables japonais qui ont besoin des mêmes conditions pour prospérer. Les daphnés, des arbustes au feuillage persistant, semi-persistant ou caduc, ont quant à eux cette particularité d’offrir une floraison parfumée. Ils sont trop peu utilisés dans les jardins sans doute parce qu’ils ne sont pas si faciles à cultiver. Ils exigent une exposition mi-ensoleillée ou mi-ombragée et un sol neutre, drainant et constitué d’humus. Le jardin compte aussi beaucoup de cornouillers. Surtout les Cornus florida et kousa. Leur port est élégant, leur floraison somptueuse et leur feuillage joliment coloré à l’automne. Hélène d’Andlau leur octroie du sulfate de potasse dès le mois de septembre.
 
 
Ph.: MNC & MPV

Commentaires

Toutes nos félicitations pour cet article, un des meilleurs écrits jusqu'ici sur le jardin. Ma mère vous en remercie.
Deux nouveaux jardins ont été créées au cours de l'année 2012 et le travail se poursuit en 2013...
Pouvons nous donner le lien au comité des parcs et jardins de Normandie ?
Cordialement. Laurence de Bonneval et Hélène d'Andlau

Écrit par : de Bonneval Laurence | 03/02/2013

Bravo pour les nouveaux aménagements et pour les projets en cours. C'était un plaisir pour nous d'écrire cet article présentant non seulement un jardin exceptionnel mais aussi une jardinière hors pair!
Oui, vous pouvez donner le lien.

Les Marie

Écrit par : les Marie | 04/02/2013

Quelle surprise, incroyable. Cette nuit, j'ai trouvé des lettres très vieille (un demi-siècle) et aussi très jeune.
Rechercher dans le Web avec succès, c'est que j'ai trouvé: Le Jardin. Voir le jardin, votre paradis de la Rochelle a touché moi profondément. Voir vous avec votre mère, la Comtesse d'Andlau, de même. Merci. G.

Écrit par : Gerd J. Zimmermann | 29/11/2013

Les commentaires sont fermés.