Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

22/01/2013

Pas de répit pour Repos

La Libre, Momento, Ludo, jeux de société, tablette, Repos ProductionLes champions belges du jeu de société jouent.

Maître du jeu: Yves Cavalier


E
NTREZ. BIENVENUE ! Mais vous avez au moins dix minutes d’avance… Donc je vous propose de venir vous installer à notre table de réunion. Nous terminons un test. Vous allez y participer.” Surprenant cet accueil que nous réserve Thomas Provoost, l’un des deux fondateurs – avec Cedrick Caudron – de Repos Production. Nous devions nous voir pour évoquer avec lui, l’évolution de cette jeune société bruxelloise.
 
Elle a commencé ses activités il y a moins de 10 ans en se lançant dans l’édition de jeux de société. Ou plus précisément d’un jeu de société : une licence rachetée à une société américaine. Il s’agissait de faire deviner le nom de joueurs de base-ball, ou quelque chose du genre. Ce jeu confidentiel est devenu mondialement célèbre sous le nom de Time’s Up.
 
Avec ses différentes déclinaisons aujourd’hui, la notoriété de ce jeu de cartes dépasse, en termes de ventes, un jeu comme Uno édité par le géant Mattel.
 
Installez-vous, poursuit Thomas Provoost. Nous sommes justement en train de tester un prototype de jeu de cartes baptisé Mascara.” Et voilà que Thomas rappelle les règles de base en quelques minutes, dépose sur la table une ébauche d’aide de jeu et distribue les cartes et quelques jetons de carton (manifestement tirés d’une autre boîte – 7 Wonders, peut-être ?) au 6 ou 7 personnes présentes autour de la table. Et nous voilà lancé dans une partie de bluff qui ne dépassera pas un quart d’heure. “Je me demande s’il est bon de n’accorder aucun pouvoir aux paysans. Finalement, c’est toujours eux qu’on retrouve au milieu de la table”, s’interroge Thomas à voix haute avant de nous interpeller : “Vous trouvez ça comment ? Ça vous fait penser à un autre jeu ?”. Nous osons à peine répondre que oui en évoquant un petit jeu peu connu et baptisé “Copier, coller”. “C’est vrai, je n’y avais pas pensé. Bon, de quoi parle-t-on ?
 
 
Aujourd’hui, Repos Production c’est une petite dizaine de jeunes gens et ça recrute encore. C’est que Time’s Up est devenu une véritable locomotive pour cette entreprise discrètement logée à quelques pas du cimetière d’Ixelles. Le jeu a remporté dès 2006 de nombreux prix et est devenu un incontournable des soirées ludiques et des boutiques où il dépasse largement le million d’exemplaires vendus.
 
C’est dire l’importance d’une reconnaissance telle l’As d’Or en France mais, surtout, le Spiel des Jahres, le jeu de l’année, en Allemagne. C’est en quelque sorte l’Oscar et le Golden Globe réunis dans le monde du jeu. Et voilà qu’en 2011, les Belges de Repos Production décrochent la palme avec un jeu signé Antoine Bauza : 7 Wonders.
 
Le jeu est original surprenant même. Il combine l’idée des joutes stratégiques entre grandes civilisations et la fluidité des jeux de cartes traditionnels. Cela donne un jeu très profond (qui en est à sa deuxième extension), avec des variables énormes qui prolongent sa durée de vie mais pour des parties qui peuvent se limiter à une grosse demi-heure. Qui plus est, 7 Wonders peut se jouer de 2 à 7 joueurs. Et s’ils sont surprenants, les mécanismes s’apprivoisent très rapidement de sorte qu’on y prend goût très facilement.
 
 
En fait, cette description reprend tous les ingrédients de la fabrication d’un bon jeu de société. “Remporter le Spiel des Jahres, c’est s’assurer d’une diffusion de plus de 300 000 exemplaires dans plus de 20 pays”, nous confiait Cedrick Caudron à l’époque. Le score est largement battu. Et il faut dire qu’entre-temps, l’éditeur s’est assuré le soutien de l’équipe de diffusion d’Asmodée, le leader de la distribution des jeux de société en France et en Belgique, notamment.
 
Pour situer la taille d’un succès comme celui-là, on considère qu’en général, un jeu fait un score honorable lorsqu’il passe le cap des 3 000 ventes. A plus de 10 000 exemplaires, on est dans le top.
 
Avec ses deux “block busters”, Repos Prod a pu développer d’autres jeux, soutenir d’autres éditeurs et tester d’autres pistes. Notamment celle de la conversion vers iPhone et iPad. Mais cela n’empêche pas de poursuivre la recherche passionnée de petites perles potentielles comme ce fameux Mascara, que nous venons de tester et qui pourrait voir le jour dans quelques mois.
 
 
La Libre, Momento, Ludo, jeux de société, tablette, Repos ProductionREPOS PRODUCTION TABLE SUR LES TABLETTES
 
iPhone, iPad et compagnie offrent de sympathiques perspectives.
 
Alors que le jeu de société a permis de s’affranchir des loisirs passifs et souvent télévisuels, voilà que d’autres écrans, ceux des tablettes et des smartphones, se posent en concurrents sérieux du jeu de plateau. “Nous savons qu’une partie de notre marché sera dans ces nouvelles technologies,
note Thomas Provoost, et nous devons donc avoir un pied dedans.” Un pied, cela veut dire ne pas lâcher la proie pour l’ombre mais s’assurer d’une bonne complémentarité entre la production traditionnelle et le marché des “apps”, les applications numériques.
 
A noter que les développements proposés ne concernent que les supports d’Apple : “Les applications Android ne sont tout simplement pas rentables. La rentabilité d’un développement dépend de la manière dont il peut être diffusé et, manifestement, la formule de l’Appstore est la plus performante. C’est ce qui fait le succès de la formule”, note Thomas Provoost.
 
La première expérience, c’était une adaptation de l’incontournable Time’s Up. L’application iPhone remplace en fait toute la pioche de cartes, l’appareil se passe de main en main et sert aussi de chrono. C’est simple et cela permet de jouer avec une sélection de thèmes pour un encombrement minimum. Le seul danger est de voir son précieux iPhone s’envoler et mal se recevoir dans l’emballement de la partie…
 
 
Avec Crazy Poker, les choses sont relativement simples également : le smartphone sert uniquement à imposer un changement dans les règles du jeu d’une partie à l’autre. Pratique, il suffit d’un jeu de cartes ordinaires et de son iPhone en poche.
 
 
L’expérience qui porte sur Ghost Stories est totalement différente. Non seulement il s’agit cette fois de virtualiser un véritable jeu de plateau mais, en l’occurrence, il s’agit aussi d’un jeu de coopération. En dehors de l’aspect graphique qui est remarquablement rendu, ici, c’est le développement de l’intelligence artificielle qui va faire la qualité et la jouabilité du jeu sur tablette. Et sur ce point, les amateurs éclairés ont trouvé dans cette adaptation une approche fidèle au jeu de base. Mais qui, forcément, ne rend pas la véritable ambiance d’un jeu en société. D’ailleurs, le réel succès de l’application vient de ce qu’elle permet de jouer en solitaire, sans matériel et donc sans mise en place.
 
Mais on sent bien que ces développements sont des tentatives qui permettent aussi d’occuper et de tester le terrain. La logique est un peu différente avec l’application 7 Wonders Companion. Comme son nom l’indique, il s’agit ici d’un complément au jeu de plateau. Le Companion va enregistrer les scores de chaque manche, établir des statistiques de résultats mais va aussi proposer des modèles de jeu et combiner les différentes extensions. Très rapidement, cet outil devient indispensable. En attendant la sortie de 7 Wonders Le Jeu qui est en cours de programmation…
 
 
Mais c’est avec le tout récent Twin it ! qu’apparaît un véritable jeu de plateau pour iPad élaboré par Jehan, le jeune et talentueux programmeur de la famille. Il se joue seul ou a deux et même (surtout) en coopération. Placer l’iPad entre les deux joueurs et à eux de retrouver le plus vite possible les deux pastilles qui font la paire dans un ensemble de plus de 450 dessins différents. C’est simple, élégant et intelligent. Soit une excellente adaptation de la version papier figée et à la durée de vie très limitée.
 
 
Ph.: Repos Production

Les commentaires sont fermés.