Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

26/01/2013

Bienvenue à la Pépinière de Fontin

La Libre, Momento, Dehors, pépinière de FontinQuand il s’agit de choisir un arbre, la première vertu à cultiver est probablement la modestie. Se rendre chez des professionnels passionnés est une démarche profitable. La pépinière de Fontin est à ce sujet un lieu incontournable.

Visite: Marie Noëlle Cruysmans et Marie Pascale Vasseur


RIEN DE TEL QUE DE MUSARDER dans une pépinière spécialisée pour prendre la mesure de ce qui s’offre réellement aux jardiniers. Et le visiteur émerveillé de se réjouir de son ignorance d’hier qui lui permet aujourd’hui d’élargir son terrain de jeu ! Chaque découverte ouvrant d’alléchantes perspectives de plantations. Toutes font envie. Quand le pépiniériste fait les présentations et que les silhouettes défilent, les choses se précisent. On parle écorces, dimensions, maintiens, nuances des feuillages. Les possibilités proposées sont innombrables. La diversité stupéfiante. Les questions concernant les essences et les critères de choix trouvent ici leurs réponses. En effet, seuls les profanes pensent d’un arbre qu’il est juste vert. Non seulement la couleur varie selon les genres, les espèces et les saisons, mais bon nombre de feuillages ne sont aucunement verts. Qui plus est, il faut être capable de double vue pour imaginer, à partir de cette ébauche dans son pot, un arbre qui deviendra imposant et touffu. D’où l’aide indispensable et bienvenue fournie par les professionnels avertis.
 
 
Fontin est un joli village rattaché à la commune d’Esneux près de Liège. La pépinière se situe non loin de l’église. Philippe et Annick De Meyer sont des passionnés d’arbres et d’arbustes, et leur pépinière est le fruit de cette passion. Philippe plante ici depuis trente ans et, à vingt ans, parlait déjà d’érables avec Benoît Choteau (célèbre connaisseur du genre) de la pépinière CECE.
 
Dès ses débuts, il marque sa préférence pour ces plantes particulières. Il en possède 88 qui lui servent de pied mère. Et pourtant, “l’érable du Japon en Ardenne, était-ce vraiment raisonnable ?”, clamaient certains. Mais lui avait vu dans les parcs municipaux à Saint-Vith et plus particulièrement à Sart-Lez-Spa de magnifiques exemplaires bien fringants.
 
 
Sa façon originale de planter et sa sélection inaccoutumée incitent un grand nombre de ses amis à lui demander de leur fournir les mêmes sujets. Il joue d’abord les intermédiaires, puis commence à multiplier et élever les plantes lui-même. De là germe l’idée d’ouvrir sa propre pépinière. C’est pour lui l’occasion de vivre pleinement sa passion. Bouturer, greffer, c’est propager la vie. La succession des petits gestes et des attentions que cela implique l’enchante. Le climat de la région n’est pas toujours tendre. Les érables peuvent être sensibles au froid et aux maladies comme le verticillum. Philippe et Annick orientent leurs clients vers des variétés plus résistantes comme Acer palmatum ‘Elegans’ au feuillage vert ocre au printemps, orange rose à l’automne, ou ‘Nurasagi’, pourpre au printemps et en été, écarlate en automne. Ils aiment les arbres en cépée.
 
Les consignes qu’ils donnent sont strictes. Planter en fonction du sol. Ce travail de pépiniériste collectionneur, Philippe le fait d’abord en profession complémentaire. Depuis 6 ans, lui et son épouse consacrent tout leur temps à la pépinière. Difficile en effet de vivre de cette passion qui relève davantage de l’artisanat que de la production en série. Leur créneau est très pointu. Ils cultivent en outre des arbres et des arbustes vraiment peu courants dans nos jardins. Tels l’Asimina, le Parrotiopsis, le Cladastris kentukea ‘Rosea’, l’Oxydendron, de très beaux Stewartia, quelques variétés de Sciadopitys – un arbre qui, comme beaucoup d’autres faisant partie de leur collection, mériterait d’être mieux connu. Ils recherchent les variétés adaptées à chaque situation et vous diront que, même chez les conifères, leur autre coup de cœur, il est possible d’en trouver un qui s’adapte à chaque type de jardin.
 
 
Le choix des variétés
Sur seulement 1 000 m², Annick et Philippe cultivent plus de 2 000 arbres et arbustes dont 500 érables du Japon. Toutes ces plantes sont en container et sont donc disponibles en permanence. Leur sélection s’opère selon des critères bien définis. D’abord, la rusticité : la plante doit résister au climat de la région. Du reste, peu de nouveautés passent le test. Ensuite, l’originalité : il est essentiel de sortir de la banalité. Les végétaux qui sont à notre disposition aujourd’hui permettent de donner libre cours à la créativité. Ils vous diront en souriant : “Vous voyez l’arbre de votre voisin, mettez autre chose.” Bien que très écolo dans l’âme, Philippe et Annick n’apprécient guère les discours exclusifs de certains. A bas la monotonie et l’uniformité, ils aiment les massifs composés où les plantes se mettent mutuellement en valeur. Le dernier critère, enfin, est la beauté : il faut qu’à leurs yeux la plante soit belle. Ils ne vendent que les plantes dans lesquelles ils croient et qu’ils aiment. La recherche d’originalité exige d’entrer en contact avec de nombreuses personnes, de chercher et de se bouger. Toujours en quête de nouveau sujet ou d’inconnu, ils voyagent. Les Pays-Bas restent le centre mondial de l’offre, mais ils se rendent aussi en Allemagne pour les conifères, et en France pour les Hydrangea.
 
 
Ph.: Philippe De Meyer

Les commentaires sont fermés.