Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

04/02/2013

Avoriaz, la relance

La Libre, Momento, Escapade, Avoriaz, logementsEntre Avoriaz et “Pierre & Vacances”, ce fut une histoire d’amour. Puis… de haine. Et à nouveau d’amour. L’opérateur touristique l’a créée, puis trop longtemps abandonnée, avant d’y revenir en force.

Visite: Charlotte Mikolajczak

LA STATION D’AVORIAZ, perchée à 1800 mètres au-dessus de Morzine, dont elle est un “quartier”, a bien vieilli. Considérée comme un pari à sa création en 1967, elle reste d’avant-garde. Toutes les idées lancées par Jean Vuarnet, médaillé olympique originaire de Morzine, Gérard Brémont, le président de ce qui n’était pas encore “Pierre & Vacances”, et leurs trois architectes dont Jacques Labro, sont toujours à la mode. “Station intégrée, décline Gérard Brémont, sans voiture, où les rues sont des pistes (de début ou de fin de ski, comme de luge) et les taxis des calèches-traineaux. Architecture dite mimétique, qui par sa forme (pyramidale) et ses matériaux (bois), se fond dans le relief de la montagne. Et surtout ces hébergements qui conjuguent l’appart-hôtel à une nouvelle forme de propriété où l’acquéreur achète un appartement, un bail et des avantages fiscaux.” Traduction : une pleine propriété pour une occupation quelques semaines par an en laissant P&V se charger de louer le reste du temps.
 
C’est à coup de telles résidences de tourisme que la station s’est construite. De même que le groupe. Vite. Très vite, chaque résidence permettant “de payer les dettes de la précédente”, sourit Gérard Brémont.
 
Toujours est-il qu’en 1997, peut-être dettes remboursées, P&V s’est arrêté. Et Avoriaz aussi… Car à l’époque, si on était très chiche en matière d’espace (minuscules appartements), c’était pour une question de coût de l’immobilier et aussi parce que les consommateurs de montagne l’acceptaient. Mais ils sont devenus plus exigeants. Tout autant qu’en matière de ski (dévaler les pistes ne les comble plus) que d’après-ski (restaurants et commerces ne leur suffisent plus). “Avoriaz n’a pas été une réponse à une demande, mais a anticipé les attentes futures des clients”, reconnaît Annie Famose, présidente de l’Office du tourisme, qui y a, en son temps, participé, y créant le village des enfants qui porte son nom (voir ci-dessous). “Jusqu’en 1993, la station a beaucoup évolué.”
 
Notamment dans les nouvelles glisses, s’ouvrant dès 1988 au snowboard (elle installera en 2001 un superpipeunique en France, avec des murs de 6 mètres de haut) et, dès 2001 au
freeride (pistes non damées mais sécurisées). “Mais ensuite, il n’y a plus eu que de l’entretien, perte d’attraction à la clé”, et le reproche semble ouvertement cibler P&V… Car si l’opérateur ne gère pas l’entièreté des quelque 4 250 appartements de la station (17 000 lits), il en a plus de 40 % en mains.
 
Or, P&V n’a plus bâti, alors qu’il était le propriétaire de terrains, et il n’a donc plus… monnayé ses droits de construire, sorte de charges d’urbanisme : tu construis pour toi, mais, en compensation, tu offres des équipements publics à la station.
 
En 2003, P&V s’est remis à l’ouvrage. Ce qui a débouché sur la création de trois résidences nouvelles génération : deux comptant 4 étoiles (L’Electra et Atria Crozats), une en alignant 5 (L’Almara). Dans le même temps, le groupe a paré la station d’un nouveau bâtiment d’accueil (car il faut bien que les touristes débarquent et rembarquent leurs impedimenta quelque part, la station étant piétonne), d’une patinoire et surtout d’un “Aquariaz”, une piscine tropicale de 2300 m², avec pataugeoire, arbre à eau, rivière à courant… “Créé pour le début et la fin de la saison, ajoute Annie Famose, il est devenu un après-ski unique. On attendait 20 000 clients cet été, il y en a eu 80 000.”
 
 
Pour leur part, la commune et l’Office du tourisme ont ajouté, qui des équipements municipaux, de l’éclairage, un programme de tri sélectif, une écurie pour les 90 chevaux des calèches et des logements pour la cinquantaine de cochers, “La chapelle”, un snowpark unique en Europe pour les 5-12 ans, “The Stash”, un snowpark écologique, et de nouvelles animations.
 
L’un dans l’autre, chacun y a gagné. En 2013, Avoriaz a été élue “meilleure station famille au monde”. “On va redevenir une destination internationale très forte”, conclut Annie Farmose. Quant à P&V, ses réservations pour cet hiver 2012-2013 sont en augmentation de 32 % (à 81 000 clients).
 
Un nouvel Avoriaz est donc né, plus haut… de gamme. A qui il ne manque ni souffle, ni projets (une crèche, une nouvelle liaison téléphérique avec Morzine…), mais peut-être quelques hôtels, en bonne et due forme.
 
 
La Libre, Momento, Escapade, Avoriaz, logementsAs-tu compté les étoiles?
On ne parle pas ici des astres lumineux, mais des étoiles qui agrémentent les façades des résidences, les pages des prospectus et autres sites Internet. Elles s’égrènent de 1 à 5, même si les extrêmes, tant vers le bas que vers le haut, sont rares.
Ainsi, Avoriaz a attendu plus de 40 ans pour s’offrir son premier quintet : l’Almara (photo), un “Pierre & Vacances Premium”, ouvert cet hiver, à l’entrée de la station. Le complexe compte 6 bâtiments, directement accessibles en voiture, et 204 appartements très haut de gamme, souvent en duplex, décorés dans un esprit “chalet” de l’ère moderne (écrans plats, base d’iPod…). Tous sont reliés au bâtiment central qui abrite le lobby et le bar lounge, l’espace bien-être en libre accès… Un 3 pièces (2 chambres) pouvant loger 6 personnes se loue à partir de 1 400 euros la semaine en avril, et de 1 850 en janvier, février et mars. C’est avec L’Electra, une autre nouvelle résidence de P&V, située sur les hauteurs, que le conseil “as-tu compté les étoiles ?” prend tout son sens : ses 4 étoiles sont bien pâlotes face aux 5 de l’Almara. Ses 74 appartements logent de 5 à 7 personnes, dont 3… dans le salon-salle à manger-cuisine sur des divans-lits. Un 2 pièces (1 chambre donc) pour 5 personnes exige un minimum de 870 euros la semaine en janvier et avril, et 1 160 en février et mars. Le mobilier et la décoration, ludiques, rappellent (un peu trop ?) les années 70. Les espaces de rangement sont nombreux mais petits; tout comme l’espace. Côté confort, 3 étoiles lui auraient amplement suffi. C’est que lesdits astres se mesurent à des données admnistrativo-mathématico-techniques (telle largeur de lit, par exemple, mais sans obligation quant à l’espace entre lit et mur…) et ne sont pas à prendre pour référence.
 
 
Ph.: Pierre&Vacances Avoriaz

Les commentaires sont fermés.