Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

10/03/2013

12 mois au jardin

La Libre, Momento, Dehors, 12 mois au jardin, travaux, mois par mois, jardinTout jardin a son moment de gloire, suivi d’un temps de répit durant lequel il semble reprendre son souffle. Cependant, à qui sait ouvrir l’œil, chaque mois offre un cadeau.

Travaux: Marie Noëlle Cruysmans et Marie Pascale Vasseur

À CHAQUE INSTANT, IL SE PASSE quelque chose dans nos jardins. Rien de “bling bling” parfois, mais la joie d’une floraison ou d’un parfum délicat traversant brusquement l’air. Le spectacle de certaines floraisons est ébouriffant et semble ne jamais devoir s’interrompre; d’autres, plus discrètes, demandent d’être attentif. Les jours les plus généreux sont incontestablement ceux de la fin du printemps et du début de l’été.
Une fois rassasié de cette splendeur, le jardinier souhaite faire durer le plaisir par des petits bonheurs moins impressionnants, mais tout aussi fascinants. Il farfouille alors dans les pépinières et la littérature à la recherche de la plante qui brillera, tandis que les autres se reposent. Voici quelques idées pour qu’à chaque mois corresponde une petite fête. Les choses ne se passent pas toujours comme prévu. Les conditions météorologiques imposent leur loi et réservent bien des surprises parfois. Qui s’en plaindrait ? Ce choix n’est en rien exhaustif, il y a une multitude d’autres possibilités qui varieront en fonction de votre région, de l’orientation et du sol de votre jardin.
 
 
Janvier
Quelques baies oubliées par les oiseaux sont encore là, comme celles du Skimmia japonica ssp reevesiana. Les écorces colorées des Cornus brillent dans le froid. Cornus alba sibirica, Cornus sanguinea ‘Winter Beauty’ et ‘Midwinter Fire’. Leurs couleurs sont toujours plus resplendissantes au soleil. Elles en ont besoin pour prendre leurs plus belles teintes. Le grand intérêt de quelques bruyères est leur floraison hivernale. Erica carnea ‘December Red’ fleurit de décembre à avril ainsi que Erica carnea ‘Springwood White’.
 
Février
Les jours où le temps est plus doux, les effluves d’une petite plante bien discrète flottent dans l’air, le Sarcococca hookeriana var. digyna. Ce buisson, à feuillage persistant et aux minuscules fleurs blanches, s’accommode de situations difficiles comme l’ombre sèche, pour peu que le sol soit fertile.
Sous les grands arbres, le jardinier prévoyant aura pensé à planter quelques bulbes de Cyclamen coum. Ils fleurissent en blanc ou en rose jusqu’au début du printemps, et se naturalisent. C’est aussi le mois des hellébores. Beaucoup commencent à fleurir parfois dès fin janvier, cela dépend de la rigueur de l’hiver.
 
Mars
Le Cornus mas semble chasser les frimas avec ses petites fleurs jaunes qui apparaissent sur les branches nues avant le développement des feuilles. Ses fruits bien mûrs sont comestibles. Il aime une exposition ensoleillée, mais supporte la mi-ombre. Il existe une variété à feuillage panaché pour les amateurs.
La floraison du Prunus mume ‘Beni Chidori’ est un pur bonheur. Cet abricotier du Japon produit, en fin d’hiver sur le bois nu, de superbes fleurs rose rouge aux longues étamines blanches. Il dégage un léger parfum et apprécie le soleil. Gare aux courants d’air froid qu’il redoute. A qui sait y prêter attention, les premières violettes apparaissent entre les feuilles mortes.
 
Avril
Les fleurs du magnolia font rêver. Dès l’apparition des bourgeons qui, lentement, s’épanouissent au cours de l’hiver, cet arbre incite à la contemplation. Souvent doté d’un parfum délicat, il ajoute cette qualité à une prestance naturelle. Les moins grands, les plus connus, sont ceux du jeune printemps, mais il en existe beaucoup d’autres qui fleurissent parfois jusqu’en juin. Ils ont besoin d’une terre riche, et aiment la mi-ombre, sans trop de calcaire. Un magnolia ‘Génie’ aux superbes fleurs pourpres, en forme de tulipe, est disponible depuis quelques années. Un arbuste plus qu’un arbre. Au même moment, le Prunus ‘Hally Jolivette’ débute sa ravissante floraison.
 
Mai
Le jardin commence à faire ce qui lui plaît. Les floraisons se succèdent et se multiplient. Les fleurs du Viburnum plicatum ‘Mariesii’, au port étagé, s’ouvrent et persisteront longtemps sur la plante. Certaines variétés forment ensuite de beaux fruits. C’est aussi le mois où les premières fleurs de pivoines apparaissent. Personne ne leur résiste. On les aime comme des souvenirs d’enfance. Et pourtant, Dieu sait qu’elles sont éphémères : quinze jours de spectacle pour peu que le ciel ne leur tombe pas sur la tête. A planter dans une bonne terre de jardin enrichie. Ne pas oublier de les nourrir, car elles sont gourmandes.
 
Juin
C’est l’apothéose, le mois du grand spectacle. Les roses, bien entendu, occupent une place de choix dans la distribution des rôles. Leurs dames d’honneur sont les plantes vivaces. Les annuelles prendront le relais durant l’été. Tout jardin devrait abriter un rosier parfumé pour le seul plaisir de nos capacités olfactives. Rosa ‘Graham Thomas’ en est un parmi des milliers d’autres. Ce rosier fait partie du groupe des roses anglaises ou Roses d’Austin. Divinement parfumé, il a un petit look de rose ancienne.<br></br>Faire vos emplettes “roses” quand elles sont en fleurs. C’est possible grâce aux conteneurs. Couleur et parfum seront à votre convenance.
 
Juillet, août
Les mois des vacances. Fin juillet marque un petit creux dans les floraisons comme si le jardin prenait lui aussi quelques jours de congé. C’est un moment où le travail ne manque pas. Enlever les fleurs fanées prolonge les floraisons. Veiller aux apports d’engrais dès le début de saison, toute la végétation fournissant de gros efforts. Les grandes lavatères produisent des fleurs en abondance durant tout l’été. Les hortensias débutent leur floraison. Les clématites d’été, Clematis viticella ou texensis, prennent le relais des clématites à grandes fleurs du printemps.
 
Septembre
C’est la rentrée. On parle d’arrière-saison, et, pourtant, la quantité de fleurs qu’elle propose est très riche et très colorée. Les fleurs fanent moins vite, le soleil est moins ardent. La floraison du Buddleia débute en été et se prolonge. Il existe aujourd’hui des variétés des plus compactes comme le Buddleia davidii ‘Adonis Blue’. Ce qui permet de les utiliser en mélange dans les parterres avec des plantes vivaces dont c’est encore la pleine saison.
 
Octobre
C’est le mois de la cueillette des fruits et des récoltes, mais il y a encore quelques bien jolies floraisons. Beaucoup de plantes vivaces comme les anémones du Japon, les asters, les échinacées et les sedums sont encore en fleurs. Les hibiscus et les abélias, qui nous enchantent depuis le mois d’août, commencent à s’essouffler. Ces buissons ont la réputation d’être fragiles. Il est vrai que beaucoup d’abélias ont perdu de leur splendeur ces derniers hivers. Ce n’est pas le cas des hibiscus. Un emplacement ensoleillé et protégé leur convient. Les végétaux doivent être choisis avec discernement en fonction de la région où se trouve le jardin. Le conseil des pépiniéristes locaux est précieux à cet effet.
 
Novembre
Voici venu le temps des couleurs d’automne pour peu que les conditions météorologiques s’y prêtent. Elles peuvent avoir commencé dès octobre. Elles enflamment le jardin et l’on se réjouit alors d’avoir eu l’heureuse idée de tenir compte de ce critère lors du choix des arbres et des arbustes. Beaucoup d’entre eux offrent plus d’un intérêt. Floraison, certes, mais aussi fruits et coloration automnale. Le Cercis canadensis ‘Forest Pansy’ prend des teintes inoubliables. Les goupillons blancs du Cimicifuga simplex ‘White Pearl’ se balancent au bout de leurs fines branches et éclairent les coins de mi-ombre humide en compagnie des Chelone obliqua.
 
Décembre
Ce mois réserve, lui aussi, bien des surprises. Les épis de fleurs jaunes du mahonia embaument l’air d’un parfum rappelant celui du muguet. Son feuillage est persistant et ressemble à celui du houx, vernissé et épineux. Mahonia x media est un des meilleurs arbustes ornementaux de la saison. Il fleurit de longues semaines de décembre à avril. Le Viburnum bodnantense en fleurs enchante l’hiver de novembre à mars, en s’interrompant lors des périodes de gel.
 
 
Angelina Drumeaux
 
Les amoureux des fleurs les retrouveront avec émerveillement dans l’œuvre d’Angelina Drumeaux (1881-1959). “La fée des fleurs”, née à Bouillon, les peint avec délicatesse dans des toiles aux traits de pinceaux impressionnistes. Elle innove en laissant l’air et la lumière pénétrer ses bouquets par un subtil contre-jour. Ses “portraits” de fleurs suscitent l’admiration de ses contemporains. Angelina Drumeaux eut une carrière artistique internationale. Elle expose à l’époque à Paris, Hambourg, Venise, Liverpool et Saint-Louis. Elle est une des rares femmes peintres de son époque, qui vive de son art.
Une monographie d’Angelina Drumeaux vient de paraître. Ce livre, écrit par Emmanuel de Moffarts avec le concours d’André Terlinden, est publié avec le soutien de la province du Luxembourg.
Renseignements : André Terlinden 010.86.00.77, Emmanuel de Moffarts 02.733.86.93.
 
 
Ph.: Reporters / Ingram

Les commentaires sont fermés.