Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

17/03/2013

Que faire d’un jardin humide ?

La Libre, Momento, Dehors, sol, jardin, humideInutile de désespérer face à un jardin détrempé. Certaines plantes aiment avoir les pieds dans l’eau. Bien les choisir est un gage de réussite.

Les pieds dans l’eau: Marie Pascale Vasseur et Marie Noëlle Cruysmans

VOTRE JARDIN EST GORGÉ d’eau ? A la limite du marécage ? Vous n’avez pas le courage d’entreprendre des travaux de drainage ? Ne vous désolez pas. Adaptez-vous à la situation et adoptez des végétaux qui s’en contentent. Pensez à ces jardiniers qui doivent se débrouiller dans la caillasse et déployer mille ruses pour retenir l’eau.
 
Il est indéniable que votre sol manque d’air. Inondé par les pluies, il ne se dessèche jamais complètement l’été. Le gazon se transforme en mousse, et la majorité des plantes poussent avec difficulté. En hiver, le sol détrempé, combiné aux gelées, les fait passer de vie à trépas.
 
 
Quelques arbustes s’accommodent de la situation. Les amélanchiers conjuguent une jolie floraison printanière, des baies rouges ou noires à la fin de l’été et un feuillage couleur feu à l’automne. Les viornes s’imposent, ainsi que les symphorines et cornouillers à rameaux colorés. Notez le Clethra, pas assez utilisé, à la floraison parfumée blanche ou rose en juillet/août, les spirées d’été et de printemps, les Physocarpus au ravissant feuillage. Aussi les Neillia, très peu connus, aux grappes roses à la fin du printemps. Au rayon des arbres, les aulnes décoratifs comme Alnus incana ‘Aurea’ et A. glutinosa ‘Imperialis’, les saules, le néflier, Mespilus germanica à la floraison printanière et aux curieux fruits veloutés, et pourquoi pas le bouleau noir, Betula nigra, dont l’écorce parcheminée devient presque noire au bout de quelques années. Pour ceux qui ont de la place, le cyprès chauve, Taxodium distichum (photo) et le Metasequoia glyptostroboïdes tout roux à l’automne, le chêne des marais, Quercus palustris, le liquidambar et le Nyssa.
 
Parmi les plantes vivaces, sans hésiter, les reines des prés, Filipendula ulmaria, aux longues inflorescences blanches, ainsi que leurs cousines, les astilbes, aux fleurs estivales de diverses couleurs. Astilbe rivularis, qui demande une terre humifère, est carrément spectaculaire lorsqu’au sommet de sa floraison, elle atteint 1m50. Aussi, l’euphorbe des marais, Euphorbia palustris, la barbe de bouc, Aruncus dioicus, l’épilobe et la grande eupatoire très graphique. Sans oublier la salicaire, Lythrum salicaria, les iris dont Iris laevigata et kaempferi, le lychnis fleur de coucou, les benoîtes, les trolles et les bugles, Ajuga reptans. Les lysimaques aux fleurs jaunes et blanches sont intéressantes, mais attention à leurs racines traçantes.
 
 
Quelques annuelles viennent boucher les trous. La grande Impatiens glandulifera dont les petites fleurs roses se balancent à 2 m de haut au milieu de l’été, le Myosotis palustris, et la monnaie du pape, Lunaria annua.
 
 
Soyez efficace
Face à cette situation, quelques bonnes résolutions sont à prendre. Ne jardinez jamais lorsqu’il pleut ou pourrait pleuvoir, ceci pour éviter que la terre soit gorgée d’eau, et plantez quand il fait beau. Septembre/octobre est idéal pour les arbres, les arbustes et les bulbes printaniers, et fin mars/début avril pour les vivaces. Améliorez votre sol en apportant du gravier de rivière. L’eau ne pourra plus stagner, et même si ce gravier n’asséchera jamais la zone humide, il vous permettra d’installer de nouvelles plantes. Abandonnez le gazon-paillasson pour une prairie à faucher au creux de l’été, et installez dans les massifs des passe-pieds pour éviter de compacter la terre. Cela vous facilitera la vie.
 
 
Ph.: MNC & MPV

09:30 Publié dans Dehors | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : la libre, momento, dehors, sol, jardin, humide | |

Les commentaires sont fermés.