Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

19/03/2013

Au service de la Communauté

La Libre, Momento, Autoportrait, Nicolas Joschko, Atelier MarinNicolas Joschko est l’un des créateurs de l’asbl “l’Atelier Marin”. Cette association a pour objectif la construction et la rénovation de bateaux pour les mettre à disposition de jeunes défavorisés.


NICOLAS JOSCHKO EN 6 DATES

2 janvier 1961 : je suis né très jeune à Anvers, en plein milieu de la grève des éboueurs.
 
1er septembre 1979 : j’entre à l’université, à la VUB. Une renaissance : ce nouvel univers ne me quittera plus. Je réussis mes études de sciences politiques avec la plus grande autosatisfaction… certainement eu égard du temps passé aux études et comparé à celui que j’ai consacré aux guindailles, cantus, TD et autres St-Verhaegen. Je fais d’ailleurs toujours la St-Verhaegen et n’en ai raté aucune depuis 1979 ! C’est la meilleure occasion de retrouver des complices de cette époque inouïe.
 
10 décembre 1985 : décès de mon père d’un cancer. A partir de ce jour, je décide de “vivre vite”. De réaliser une carrière, de fonder une famille, de réaliser mes rêves, de voyager, de vivre pleinement, bref : de cueillir le jour…
 
10 septembre 1986 : Monique me choisit pour compagnon. On se mariera exactement deux ans plus tard. Les trois garçons qui naissent de cette union s’épanouissent sans trop d’anicroches. Les deux premiers ont quitté le nid et réalisent à leur tour leurs rêves et ambitions. 27 ans plus tard, le couple tient toujours bon !
 
27 septembre 2007 : j’achète, à Anvers, “Ti punch”, l’épave d’un bateau en bois de 1934 de 10 mètres. Après un an et demi de travaux en solitaire – et en négligeant ma famille –, il est mis à l’eau. C’est le début d’une nouvelle passion qui m’amène à construire deux ans plus tard un voilier de 7m50 dans mon garage et à rénover d’autres bateaux. C’est également l’origine de l’initiative de “l’Atelier Marin”.
 
28 décembre 2011 : avec sept autres quinquas voileux, je crée l’asbl l’Atelier Marin, association qui a pour but de construire et de rénover des bateaux pour les mettre à disposition de jeunes défavorisés. La première année d’activité, on offre plus de 600 jours-homme de plaisir de navigation à des jeunes. Depuis la création de l’asbl, la flotte compte 4 bateaux et un 5e est en construction.
 
 
UN EVENEMENT DE MA VIE
A 51 ans, mon père fait un infarctus, suivi d’un cancer qui le terrassera trois ans plus tard. Etant encore aux études à la VUB, je le vois dépérir à petit feu. Je me dis que chaque fois que je le vois, c’est un cadeau de la vie. Sachant que d’autres ancêtres n’ont pas dépassé la soixantaine, et qu’il y a donc une probabilité génétique que cela soit également mon lot, je décide de “vivre vite”.
J’arrête le doctorat et la licence spéciale en cours, fais mon service militaire, et me lance dans une carrière professionnelle avec pour objectif de diriger un jour des sociétés. J’ai la chance de pouvoir faire mes armes chez Unilever, Beiersdorf ou encore Mobistar avant de diriger Swatch et The Phone House.
Me rendant compte que j’avais réalisé mes objectifs professionnels, je décide, en 2005, de mettre mon expérience au service de la Communauté. Je refais une deuxième carrière dans le secteur public où je me rends compte que les deux expériences permettent de réellement apporter une valeur ajoutée pour porter ou faire avancer des projets publics.
 
 
UNE PHRASE
 
“Quand on sait gérer un bateau, on sait gérer sa vie.”
C’est de moi…
… désolé, mais c’est le fondement même de notre action envers les jeunes défavorisés. En leur permettant de gérer un bateau en équipe, ils en tireront des armes structurantes qui leur permettront de gérer leur vie.
 
 
TROIS ARCHITECTES NAVALS
 
Nathaniel G. Herreshoff
Il a révolutionné la conception des voiliers à la fin du XIXe siècle et conçu les bateaux mythiques qui ont gagné l’America’s Cup : Columbia, Vigilant, Defender, Resiliant… Conçus il y a plus de 100 ans, certains de ces bateaux naviguent toujours et font l’attraction dans les ports.
 
 
Jean-Jacques Herbulot
Architecte naval français d’après-guerre, il a réussi à rendre accessible la voile aux masses. On lui doit la Caravelle, bateau d’école en bois, ainsi que le Vaurien, né en 1951 et toujours une classe internationale.
 
 
Uffa Fox
On le considère comme l’inventeur du dériveur moderne. Sea Scout, il traverse avec son unité la Manche à la rame et remonte la Seine. Pendant la guerre, il développe des bateaux parachutables pour sauver les pilotes d’avions abattus en mer; il conçoit plusieurs dériveurs, tels le Firefly, l’Albacore, le Flying Fifteen… et a également inventé plusieurs techniques de construction qui sont toujours d’actualité.
 
 
TROIS LIVRES
 
“Utopia”
A 15 ans, je découvre dans ce livre de Thomas More l’univers magique et idéal à travers les voyages de Pierre Gilles. Le côté idéaliste et rêveur en technicolor ne me quittera plus.
 
 
“Maslow on Management”
L’apport de Maslow sur le fonctionnement des gens me guidera à travers toute ma carrière professionnelle. J’ai apporté une touche personnelle à son échelle des besoins en la coiffant d’un pyramidion : une fois ses besoins personnels d’autoaccomplissement assouvis, contribuer à la réalisation de l’accomplissement des autres.
 
 
“Building Small boats”, de Greg Rössel
Ce livre, trouvé dans le trésor du site de woodenboat.com, est devenu un livre de chevet pour accompagner les projets de construction et de rénovation des bateaux en bois.
 
 
TROIS LIEUX
 
Pérou
J’ai visité le Pérou en 2006 en famille et avec des amis. Epoustouflant ! Le soir, dans nos tentes, on restait les yeux ouverts à repasser en mémoire tous les lieux magnifiques qu’on avait visités en journée : Machu Picchu, Cuzco, le lac Titicaca, Ollantaytambo, Sacsayhuaman, la Vallée Sacrée, l’ascension du Huayna Picchu, Arequipa, le Temple du Soleil, les Andes à perte de vue, les fêtes locales, l’envoûtement par les chamans… C’était tout simplement magique !
 
 
Cuba
De toutes les îles tropicales que j’ai pu visiter, c’est à Cuba que je jetterais bien l’ancre. Un peuple accueillant, la présence d’une vraie vie culturelle, la musique, les mojitos, nager avec les dauphins, la langouste grillée à l’ail sur le pont du bateau, les voitures des années 50, les cigares…
 
 
Anvers
C’est ma ville natale, et tout le monde sait que les Anversois disent qu’Anvers est le centre du monde… ce qui est faux, puisque c’est juste (mais tout juste !) à côté du centre de l’univers… Sérieusement : l’activité portuaire a fait d’Anvers une ville qui a, de tout temps, été ouverte sur le monde, universaliste, un brassage de cultures et un havre de tolérance. Depuis le 14 octobre, j’ai mal à mon Anvers !
 
 
TROIS BOISSONS
 
Le Ti Punch
Cocktail mythique des Caraïbes, il se prépare avec du rhum blanc, un zeste de citron, un filet de sucre de canne et des glaçons. Un vrai régal, mais attention aux abus ! Etant “Chevalier du Ti-Punch”, j’ai rebaptisé le bateau que j’ai restauré en l’honneur de ce délicieux breuvage.
 
 
Le Sauternes
Ce vin bordelais blanc doit sa qualité à une petite bête bien sympathique, le Botrytis cynerea, qui permet la “pourriture noble” des raisins. Le résultat est un vrai régal, dont j’ai largement abusé en famille autour d’un foie gras ou un dessert.
 
 
L’eau
Tout simplement. Ayant eu des soucis d’arythmie cardiaque, l’alcool m’est désormais proscrit (enfin presque). Je redécouvre donc l’eau dans toute sa richesse et dans toutes ses variétés.
 
 
UNE DATE
 
25 octobre 732
Quoi que les livres d’Histoire nous enseignent, avec la bataille de Poitiers, Charles Martel (le “bompa” de Charlemagne !) marque un cran d’arrêt à la progression de la civilisation. Il plongera nos régions dans l’obscurantisme pendant plusieurs siècles et opposera à jamais le monde musulman au monde chrétien. Une belle opportunité de manquée ! Et dire qu’il a gagné, simplement parce que, pour la première fois, on a utilisé des étriers pour mieux rester en selle…
 
 
Ph.: Johanna de Tessières

Les commentaires sont fermés.