Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

23/03/2013

Wirtz, ou l’art du jardin

La Libre, Momento, Dehors, Jacques Wirtz, paysagisteJacques Wirtz est le plus célèbre architecte paysagiste de notre pays. Ses fils Peter et Martin travaillent avec lui depuis plus de vingt-cinq ans. Ensemble, ils créent des jardins dans le monde entier.

Portrait de famille: Marie Noëlle Cruysmans et Marie Pascale Vasseur

SI LE NOM DE WIRTZ EST devenu si familier aux oreilles des passionnés, c’est parce que Jacques Wirtz a indéniablement contribué à l’essor de l’art des jardins. Il en a renouvelé l’approche et l’architecture, qu’il s’agisse de jardins privés ou de parcs publics. Libre de tout préjugé stylistique, loin des mouvements et des écoles, il s’impose par sa vision très personnelle, mêlant art du jardinage, fidélité à une tradition, art topiaire, et souplesse des lignes. Ses études, il les a faites à Vilvorde durant la Seconde Guerre mondiale. A sa sortie, l’économie se rétablissant peu à peu, de nombreuses habitations voient le jour. “Quand le bâtiment va, tout va”, particulièrement en Belgique où, paraît-il, nous naissons avec une brique dans le ventre… Il propose alors aux propriétaires de créer autour de ces nouvelles constructions des jardins qui les mettraient en valeur. Ce fut le début de cette formidable aventure qui fit du nom de Wirtz une référence incontestable dans le panorama de l’architecture paysagère actuelle.
 
 
Cet attachement pour les jardins est inscrit dans l’histoire familiale. Martin et Peter baignent, dès leur jeune âge, dans cet amour, leur grand-mère avait déjà en elle le virus. Très vite, ils mettent la main à la terre. Chaque enfant se voit confier la responsabilité d’un sentier de la propriété. A charge de chacun d’eux de l’entretenir et d’y apporter leur note personnelle. Dès le retour de l’école, ils jettent leur cartable et se précipitent à la rencontre de leur coin de verdure. Une éducation qui apprend à observer et à travailler. Leur père, homme curieux et talentueux, travailleur acharné à l’esprit en perpétuelle recherche, y ajoute le plaisir de la découverte à travers de nombreux voyages en Angleterre, en France et en Italie. Lui-même se rendit au Japon dès la fin des années 60. Quand Martin et Peter font à leur tour des études d’architecte paysagiste, ce n’est certainement pas leur père qui les y oblige. Martin fait son premier stage chez Jean Mus en France, tandis que son frère Peter poursuit une formation aux Etats-Unis. Ils rejoignent ensuite l’entreprise familiale. Depuis, ils ont la chance de travailler avec leur père en parfaite symbiose et de confronter leurs idées. La transmission s’est faite lentement dans l’enrichissement mutuel de leurs visions. Il n’y eut jamais de cassure, mais une vraie continuité dans l’évolution de leurs projets. Moins actif aujourd’hui, leur père n’en demeure pas moins présent. Privilégiant toujours la beauté des grands mouvements de lignes pures dans un cadre architecturé ponctué de la présence fondamentale de beaux arbres.
 
Peter prend en charge les chantiers à l’étranger, tandis que Martin s’occupe de ceux dans le Benelux et en Suisse. L’essentiel de l’œuvre de Jacques Wirtz et de ses fils est composée de jardins privés, petits ou grands. Ils ont aussi réalisé de magnifiques projets publics. Le jardin du Carrousel, au Musée du Louvre à Paris, est probablement le plus célèbre d’entre eux. Il fut créé au XIXe siècle à l’emplacement de l’ancien palais des Tuileries incendié sous la Commune. En 1990, à l’initiative du président François Mitterrand, un concours est lancé. C’est le dessin de Wirtz International Landscape Architects qui l’emporte. Le jardin de 3,6 ha est alors reconstruit sur dalle au-dessus d’un nouveau parking et des salles des galeries du Louvre.
 
De la même façon, c’est après avoir remporté le concours que le bureau d’études Wirtz se lance dans la réalisation d’un nouveau parc public à Ronse. Il se caractérise par une grande sobriété dans le dessin et le tracé. Chemins et groupes d’arbres guident paisiblement les promeneurs dans ce parc paysager simple et beau.
 
 
De l’amour des arbres
Pour Martin et Peter Wirtz, les arbres sont inséparables de l’idée qu’ils se font d’un parc ou d’un jardin. Sans eux, le résultat serait plat et sans intérêt. Dans les créations contemporaines, il existe une tendance encline à une démarche purement cérébrale qui passe, à leurs yeux, à côté de la destination réelle du jardin. Plantes, arbres et lignes doivent être combinés pour arriver à de délicates harmonies. L’arbre donnant à chaque réalisation cette troisième dimension sans laquelle l’homme ne pourrait se sentir pleinement accueilli en son sein. Même près des habitations, Martin aime implanter quelques beaux sujets pour tisser des liens entre elle et l’espace environnant. L’arbre donne de sa force au projet. Il n’hésite pas à planter toutes sortes de variétés. Les oukases des “khmers verts”, qui peuplent nos institutions, ne peuvent mener qu’à un appauvrissement de notre paysage.
 
 
Ph.: Wirtz International nv

Les commentaires sont fermés.