Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

06/04/2013

A vos pots et jardinières

La Libre, Momento, Dehors, plantes en pots, jardinièresDe plus en plus nombreux à vivre dans les villes, l’espace dont nous disposons pour jardiner est de plus en plus restreint. Pour beaucoup de citadins, la culture des plantes dépend des pots et des jardinières.

Plantations: Marie Noëlle Cruysmans et Marie Pascale Vasseur

DEPUIS LES ÉPOQUES LES PLUS reculées, les jardiniers s’en donnent à cœur joie avec ce mode de culture. Vu comme un moyen plus sûr de s’approprier des spécimens rares ou fragiles, ou, plus simplement, d’embellir leur environnement. Les propriétaires de jardin eux-mêmes agrémentent leurs terrasses et patios de multiples plantes en pots.
 
 
Les techniques de ce type de jardinage n’ont pas énormément évolué au fil du temps. Seuls les nouveaux matériaux comme les matières plastiques, la pierre artificielle, la fibre de verre, le béton ont étendu le choix du jardinier et ont fait baisser à la fois poids et prix. Les formes et récipients traditionnels gardent toujours leurs adeptes. Tel le célébrissime vase Médicis disponible dans toutes les tailles possibles. Pas toujours simple à garnir, cependant. Les jardinières ont toujours la cote. Le panier suspendu, déjà en vogue à l’époque victorienne, a, depuis, fait son chemin. Les auges ont connu quelques heures de gloire. En y réfléchissant bien, la gamme des possibilités est sans limite. Pour les as du système D, bien des objets peuvent faire office de contenant. Caisses de vin, vieux tiroirs, bidons, boîtes ou tout simplement sac de compost posé à même le sol dans lequel, après avoir pratiqué des ouvertures, on plante. Très pratique à défaut d’être d’une élégance folle. Quoique vous puissiez toujours l’habiller de toile de jute pour un “dress code” plus conventionnel. Dans tous les cas de figure, l’essentiel reste de ne pas oublier les trous de drainage.
 
Pour les paniers, incisez le fond de la feuille plastique qui tapisse votre support. Une ou deux petites fentes suffisent. Pas trop, afin d’éviter l’effet “pommeau de douche” à l’arrosage. Aujourd’hui, il existe dans le commerce de nombreux pots en terre cuite ou en plastique conçus pour être accrochés à la manière des paniers suspendus. Cependant, de même que la plupart des paniers improvisés, ils ne bénéficient pas de trous percés sur les côtés et ne pourront être plantés que par le haut. Pour rappel, les suspensions à l’anglaise sont mises en place dans des armatures ajourées qui permettent d’insérer des plantes à travers les grosses mailles à différents niveaux. L’effet visuel plus opulent n’est pas tout à fait identique à celui d’un simple pot suspendu.
 
 
De toute façon, un panier suspendu, débordant de fleurs, est une fête pour les yeux et a quelque chose de miraculeux. Les puristes vous diront qu’il relève de l’art floral davantage que du jardinage. Peu importe. Il a l’avantage de pouvoir être admiré de longs mois. Les plantes s’y disposent avec naturel après un petit moment d’adaptation. Vos bons soins les mettront rapidement à l’aise. Elles s’entrelacent alors avec une nonchalance très artistique et donnent à ce type de création un charme bien particulier.
 
Avant de parvenir à ce résultat, il faut se souvenir qu’un panier suspendu, bien arrosé, rempli de compost et de plantes, peut être très lourd. Il aura besoin d’un support solide et résistant. Cela ne s’improvise pas, qu’il soit accroché à une poutre, à une potence ou directement au mur. N’attendez pas, pour y songer, que votre corbeille soit prête à suspendre. Pensez aussi à l’arrosage, qu’il ne devienne pas une entreprise acrobatique et périlleuse chaque fois qu’il s’avérera nécessaire.
 
 
Les pots, une aubaine
Un espace dallé comme ceux que l’on retrouve souvent en façade n’est pas simple à organiser. Lieu de passage ouvert à tous les regards, l’endroit se doit d’être accueillant tout en restant pratique. En ville, les petits jardins sont, eux aussi, souvent pavés. Ou alors il s’agit tout bonnement d’une cour. Bien évidemment les plantations dépendront de l’exposition. Quelques grands pots joliment garnis et à l’aspect soigné y seront disposés. Libre à vous ensuite d’ajouter au fil des saisons quelques récipients aux dimensions moins importantes avec des fleurs du moment et d’en jouer. Optez pour la simplicité en choisissant pour plante phare un arbuste de bonne taille, à feuillage persistant comme un Choysia ternata, l’oranger du Mexique ou quelques Buxus, buis. Les Skimmia japonica restent eux aussi longtemps décoratifs. Un grand bac individuel peut accueillir un arbre de dimension raisonnable à feuillage caduc et dont la ramure, l’écorce et la couleur du feuillage pourront eux aussi avoir un impact intéressant. Pourquoi pas un bel érable. Parfois, une seule espèce harmonieuse à floraison étendue, comme l’hortensia, produit un effet plus fort qu’un mélange de plantes différentes.
 
 
Ph.: MNC & MPV

Les commentaires sont fermés.