Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

13/04/2013

Vigneron, un métier de rêve  ?

La Libre, Momento, Belgovino, vigneron expatrié35 vignerons belges se rassemblent le 21 avril à l’occasion du salon Belgovino. Dans le cadre
de l’événement, ils ont répondu à une enquête sur leur statut de vigneron expatrié.

Mise en bouteille: Baudouin Havaux


UNE ENQUÊTE A ÉTÉ MENÉE auprès des 35 vignerons belges qui participeront à la prochaine édition de Belgovino, le salon consacré aux vignerons belges expatriés aux quatre coins de l’Hexagone, mais parfois bien plus loin, jusqu’en Afrique du Sud ou au Chili. Elle révèle que le métier n’est pas toujours un long fleuve tranquille, et qu’il existe aussi quelques revers à la médaille.

Bien sûr, c’est un sentiment extraordinaire de se lever le matin, voir que le soleil est déjà haut dans le ciel, se balader dans le vignoble, flanqué d’un chien qui remue la queue. Tout cela en sachant que l’on exerce sans doute le plus beau métier du monde, celui de vigneron. On fait du vin depuis des siècles de la même façon, mais chaque année différemment. Qu’y a-t-il de plus passionnant ?

Les aspects positifs les plus souvent révélés par les vignerons belges sont :
– pouvoir travailler dans un superbe environnement, en contact étroit avec la nature;
– la diversité de la vie de vigneron : depuis le travail au champ jusqu’à la vente, en passant par la vinification, le people management, la gestion du stock et la promotion;
– la créativité et l’expression personnelle dont on peut faire preuve dans le vin;
– la satisfaction et la fierté de créer soi-même un beau produit de A à Z;
– les nombreux contacts (souvent dans le monde entier) lors de la promotion du vin.

Par contre, il n’existe pas de roses sans leurs épines qui irritent nos expatriés :
– la bureaucratie et l’administration qui accompagnent la déclaration de la production et de l’exportation/vente;
– la lourdeur des investissements et la pression qui en découle pour vendre suffisamment;
– la grande dépendance vis-à-vis de facteurs externes tels que la nature et les caprices du marché;
– la difficulté d’obtenir un prix correct pour son vin;
– le fait de n’avoir qu’une occasion par an de faire un grand vin.


Domaine Hauts du Clos
Situé dans le Moyen-Var, en Provence, le domaine Hauts du Clos s’étend entre les communes de Montfort-sur-Argens et de Carcès. Il est essentiellement constitué de terres familiales transmises de génération en génération. La passion pour la culture de la vigne et du vin s’est communiquée de père en fils. Le domaine fut créé en 2005. Les propriétaires se sont consacrés à la production et à la commercialisation de vins de qualité. La taille modeste de la propriété leur a permis de pratiquer une culture raisonnée contre les maladies de la vigne. Le domaine est constitué à 70 % de vignes anciennes, donnant ainsi une meilleure richesse aromatique aux raisins.
A.O.C Côtes de Provence. Propriétaires : Dominique et Joël Reboul, originaires de Liège. Superficie : 14 ha.

Château de Durette
Le Château de Durette est une propriété belge depuis 2007, répartie sur diverses appellations. Elle propose aujourd’hui une gamme de sept Crus : du Beaujolais, du Beaujolais Blanc, du Crémant de Bourgogne et du Vin de France (Gamaret). Les premiers vins furent prêts à Pâques 2008. Cela fait donc 5 ans en avril 2013. Elle fêtera cet anniversaire dignement pour la fête des Crus en avril. Une jeune exploitation, en plein essor, qui est à la recherche de partenaires pour faire redécouvrir les vins issus des beaux terroirs de la région du Beaujolais.
 
Crus du Beaujolais. Propriétaire : Jean Joly, originaire de Liège. Superficie : 30 ha. www.chateaudedurette.eu
 

Domaine Colmant
Jean-Philippe Colmant, entrepreneur dans le secteur de la pierre tombale, a quitté la Belgique en 2002 pour aller s’établir en Afrique du Sud. Il achète une propriété à Franschhoek sur laquelle il plante des vignes et construit un chai. Il décide alors de créer le premier domaine spécialisé dans la production de vins effervescents élaborés selon la Méthode traditionnelle. Il s’est également spécialisé dans l’importation de champagne de qualité (maison Follet-Ramillon, Mailly et Tribaut). Le domaine produit trois Cap Classiques : un Brut Réserve (Pinot Noir et Chardonnay), un Brut 100 % Chardonnay et un Brut Rosé (Pinot Noir et Chardonnay).
Franschhoek, Western Cape, Afrique du Sud. Propriétaire : Jean-Philippe Colmant. Superficie : 4,5 ha. www.colmant.co.za
 
 
Château Lagrange les Tours
Au printemps 2001, Michel et Pierre Choquet se sont résolument mis à la recherche d’un domaine à Bordeaux. Et, en tant que fils de l’aciérie wallonne, ils ont trouvé une propriété taillée à la mesure de leurs projets. Non pas un, mais deux châteaux : le Château Lagrange les Tours et le Château la Croix Saint-Benoît. Le domaine est situé sur la rive droite de la Gironde, entre Bourg et Fronsac. Un coup de foudre s’est produit. Tout semblait parfait : le sol, la situation, la taille du vignoble, les installations pour loger deux familles. La suite a d’abord été un investissement poussé dans la qualité. Avec l’aide de l’œnologue Jean-Marc Dournel, une méthode de taille rigoureuse et des bas rendements ont été instaurés.
Bordeaux Supérieur. Propriétaires : Michel  & Pierre Choquet, originaires de Charleroi. Superficie : 20 ha. www.chateau-lagrange-les-tours.fr

Les commentaires sont fermés.