Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

20/04/2013

Lépante, contre flots et flottes

La Libre, Momento, Escapade, Grèce, NafpaktosEn ce lieu mythique, suspendu entre mer et ciel, tant de navires furent construits et défaits.

Découverte: Mikhaïl Koumakis


C’EST PAR LA MER, BERCÉS PAR le doux frémissement des vaguelettes qui se répercutent contre leurs frêles embarcations, que les pêcheurs pénètrent dès les premières lueurs de l’aurore au cœur même de la ville qu’ils chérissent si fièrement. Ils glissent leurs adroits caïques le long de murailles, comme un enfant se blottirait contre le sein de sa mère. Tous les repères si familiers sont à nouveau là pour les rassurer. Les murs d’enceinte du vieux port de Nafpaktos tendent leurs majestueux quais vers le golfe de Corinthe, enserrant, comme de leurs bras protecteurs, les marins de sa flotte. Ici, les flots sont toujours calmes, l’eau couleur azur laisse transparaître jusqu’au fond. Chaque matin, les yeux emplis par l’émotion de regagner sain et sauf le rivage après une nuit passée au large et par la joie de l’effort accompli, les artisans de la mer se signent de la croix devant la splendide tourelle qui borde l’entrée de ce havre de paix.

Pourtant, cette tranquillité apparente des premières heures du jour ne sera que de courte durée. Bientôt, elle laissera place à la clameur du marché aux poissons, et des cafés avec leurs discussions animées. Nafpaktos est indéniablement une ville de mer. Tout l’indique jusqu’au nom même de l’antique cité maritime, dénomination mythique issue de la contraction de “naus”, “bateau”, et de “pêgnuein”, “fixer” en grec ancien. En effet, d’après la légende, c’est depuis ce lieu que partit la troisième génération des Héraclides, descendants directs d’Hercule accomplissant la prédiction de leur retour de Thessalie annoncée par l’oracle de Delphes, là où Téménos ordonna de faire bâtir une flotte pour reconquérir le Péloponnèse. Plusieurs rois doriens, dont les deux familles royales spartiates, se revendiquèrent de cette illustre lignée. Ici comme dans beaucoup d’endroits en Grèce, le mythe a tôt fait de se mêler à la réalité.

En 2004, l’année des Jeux olympiques, un mythe s’est accompli pour les habitants de cette contrée, auparavant reculée. Tout le monde évoquait le défi technique du bout des lèvres mais peu osaient encore y croire. L’achèvement du Rion-Antirion, le gigantesque pont à haubans long de plus de 2 kilomètres de long qui relie désormais l’Achaïe au reste du continent, a rendu la région bien plus accessible. Il est facile à présent de rayonner sur les deux rives qui découpent l’horizon. Patras, le Péloponnèse et la Grèce entière sont devenus les voisins de Nafpaktos. Et le voyageur, qui a la chance de parcourir les allées étroites de cette petite perle de vingt mille âmes, ne peut en sortir indifférent, sans être troublé par un puissant sentiment de nostalgie pour un âge disparu. Bien que dotée d’infrastructures modernes, la cité maritime garde un aspect traditionnel, un charme authentique. Ses habitants, à l’inverse des citadins des grandes villes, sont posés, décontractés. Des artistes du surréalisme grec y ont élu domicile comme le peintre Ioannis Artinopoulos, qui fut disciple de René Magritte.

Ici, quand la mer avec ses vagues vient heurter les galets du rivage, c’est comme une berceuse qui vient vous caresser l’oreille, et le temps semble soudain suspendre son vol. Rien n’est plus agréable que de flâner et se balader en laissant traîner le pas le long de la promenade qui borde la plage de Gribovou, située à l’est de la baie. A la fin de l’été, les feuilles des grands platanes, dont les troncs sont peints de blancs pour les prémunir des insectes, tombent lentement en tourbillonnant au-dessus de vos têtes. Une scène qu’on peut justement retrouver à Platanitis, à proximité, sur la côte à l’est, ou encore dans le pittoresque village montagnard de Platanos. L’odeur de ces arbres se mélange aux parfums intenses des pins maritimes sur les flancs de la montagne.

Le récit de Nafpaktos plus de deux fois millénaire se découvre à chaque coin de rues, à chaque repli des murailles d’enceinte qui, depuis la citadelle en hauteur jusqu’aux contreforts du vieux port, l’entourent entre ciel et mer. Sous des rangées interminables de créneaux géants, les remparts du château demeurent les témoins d’un passé prestigieux et guerrier. La place-forte, baptisée Lepanto par les Vénitiens et Inebahtı par les Ottomans, fut maintes fois convoitée par les deux puissances pour sa position stratégique. En 1477, les Vénitiens y résistèrent avec succès quatre mois durant face à une armée de plus de 30 000 janissaires turcs. On a l’illusion qu’il suffirait de coller l’oreille un instant contre ces vieilles pierres pour qu’elles nous murmurent aussitôt leur inoubliable histoire. De là, en regardant au loin devant soi, ce bras de mer qui sépare l’Etolie et le Péloponnèse et peut-être en fermant les yeux quelques secondes comme pour mieux se le figurer, on peut s’imaginer un évènement qui a façonné à tout jamais l’histoire européenne. A quelques encablures à peine, le 7 octobre 1571, s’est déroulée la bataille navale de Lépante, le plus grand affrontement sur mer de la Renaissance. Ce jour-là, se joua le sort de la Méditerranée et de la chrétienté. Plus de deux cents navires réunis en urgence par les forces coalisées de la Sainte-Ligue défirent une force navale ottomane supérieure en nombre. Un coup dur porté à la suprématie de la Sublime Porte, qui contribuera in extremis à maintenir vive l’identité hellénistique des populations dans cette région jusqu’à l’indépendance.

Située à moins de trois heures de route d’Athènes, Nafpaktos représente un point d’évasion idéal pour échapper à l’agitation de la capitale grecque. Si vous aimez les lieux sauvages à la nature préservée, cette région de Grèce centrale est un incontournable. La faune et la flore qui se développe sur les rives du fleuve Evenos auront de quoi vous enchanter. Vous serez époustouflés par le contraste saisissant de l’arrière-pays, offrant un espace privilégié pour un tourisme alternatif. Autour de plusieurs villages haut perchés comme Ano Chora, il existe de nombreux parcours pour des activités verticales telles que l’escalade, la descente de rapides en kayak ou encore le mountain-bike.


Ph.: Municipalité de Nafpaktia

Les commentaires sont fermés.