Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

23/04/2013

Leçons cathodiques

La Libre, Momento, Pixels, jeux vidéo, séries télé, The Walking DeadEntre ses versions télévisées et dessinées, l’adaptation de “The Walking Dead” en jeu vidéo a pris les joueurs par surprise. Retour sur un succès phénoménal calquant le format des séries télé.

Aux manettes: Michi-Hiro Tamaï

AUCUN GAMER N’AVAIT VU venir la vague “The Walking Dead”. Comme une armée de morts vivants que rien n’arrête, ce jeu d’aventure graphique inspiré du comic éponyme et vendu en épisodes sur terminaux tactiles s’est transformé en raz de marée depuis son premier chapitre. Les cinq volets bimensuels de Telltale Games égrenés depuis sa sortie (il y a un an) se sont en effet vendus à 8,5 millions d’exemplaires, en téléchargement direct. Soit à peine 1,5 million de copies en moins que le monstrueux “Call of Duty : Black Ops II” pourtant dopé par la machine à marketing d’Activision.
 
Ce jackpot s’est surtout transformé en belle revanche pour ses auteurs californiens. Ces derniers s’étaient en effet déjà essayés au jeu vidéo “épisodique” via des franchises geek emblématiques comme “Jurassic Park” ou “Retour vers le Futur”. Mais avec le cas “Walking Dead”, le format des séries télévisées semble promis pour la première fois à un bel avenir dans le monde du jeu vidéo. A un niveau du moins supérieur à celui de Remedy Entertainment qui avait divisé son lynchéen “Alan Wake” en chapitres calquant le format TV.
 
A force d’être balancé à toutes les sauces, le thème des zombies a pourtant tendance à s’émousser, tous médias confondus. Telltale Games échappe à la redite. Plus que ses 80 mentions de “jeu de l’année 2012” brandies par des médias gaming et grand public, les ressorts du gameplay de “The Walking Dead” ont ainsi marqué durablement les esprits. Chaque décision du joueur pèse lourdement sur la suite du scénario très humain du jeu. Telltale Games brosse ainsi une histoire viscérale, touchante et parallèle aux œuvres télévisées et papier de la licence.
 
 
La naissance d’une relation fragile, au cœur d’une destruction lente de l’humanité, happe. Lee Everett, le protagoniste du jeu, adopte ainsi dans sa fuite Clémentine, fillette orpheline survivant au trauma de souvenirs ensanglantés. Loin du mélodrame et de tout manichéisme, le héros qui porte le lourd poids d’un crime passé opère des choix où la morale n’a pas de prise.
 
Esthétiquement plus proche du comic original de Robert Kirkman que de la pellicule, “The Walking Dead” modèle ce formidable terreau en s’aidant de mécaniques ludiques inspirées des point & click des années 90. L’expérience des développeurs qui travaillaient chez Lucas Arts dans les années 90 (la bonne époque) est payante. Des questions à réponses multiples orientent ainsi sensiblement son histoire sans “mauvaise réponse” ni game over. On remarque ainsi que sur le cinquième épisode de la saga, trois joueurs sur quatre ont décidé de couper le bras d’un des protagonistes-clés du jeu, mordu par un zombie.
 
Complété de phases aventures où le joueur combine des objets, le titre se rythme également de passages arcades où le joueur touche des zones aussi précises que mobiles à l’écran pour, par exemple, tirer ou donner un coup de pied à un zombie. Désormais décliné sur tous les supports ludiques imaginables – y compris l’impopulaire Vita de Sony –, “The Walking Dead” a même vu ses cinq épisodes de la première saison du jeu bénéficier d’une sortie “en dur”. Un “honneur” auquel peu de jeux en téléchargement peuvent prétendre.
 
Avec Telltale Games, la série d’AMC se dessine en fait comme un contre-exemple parfait des pratiques habituelles de l’industrie du jeu vidéo. A savoir, considérer l’adaptation de séries et de films vendeurs comme du vulgaire merchandising qui s’écoulera indépendamment de sa qualité, grâce à son nom. Activision lâchait ainsi il y a un mois sa propre version “Survival Instinct” de “The Walking Dead” dans un FPS sans saveur et descendu par la critique. Un cas d’école, à n’en pas douter.
 
Infos : The Walking Dead/Terminaux tactiles Android et iOS, PC, PlayStation 3, Vita, Wii U et Xbox 360/âge : 18 +/Ed. – Dev. : Telltale Games/Prix : premier épisode en téléchargement gratuit – 5 € par épisode en moyenne.
 
 
Ph.: Telltale Games

Les commentaires sont fermés.