Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

28/04/2013

Promenade au paisible village dédié aux patients Alzheimer

La Libre, Momento, Bien-être, Alzheimer, village, Pays-Bas, De HogeweykLes Pays-Bas se préparent à l’explosion du nombre de malades atteints de démence dans les années à venir. Le village De Hogeweyk propose déjà à ses résidents une vie bien meilleure que celle d’un hôpital.

Reportage: Sonia Johnson, correspondante aux Pays-Bas


UNIQUE AUX PAYS-BAS et à seulement quelques kilomètres d’Amsterdam, le village De Hogeweyk propose aux personnes touchées par la démence sénile une vie “comme d’habitude”. Ils sont appelés ici des résidents.

Après le chamboulement et le changement de vie entraînés par la maladie, on ne trouve dans ce lieu ni blouses, ni odeurs médicales, ni horaires, ni portes fermées à clé. Une avenue principale et son passage, son restaurant, son café, un théâtre, un supermarché et même un salon de coiffure et de beauté agrémentent cet endroit unique. Le village est fleuri, avec des fontaines, des terrasses et des petites tables colorées. Tout au long de l’année, des clubs assurent aux résidents de nombreuses activités.

Isabel Van Zuthem, en charge de la communication, nous fait visiter les lieux : “Nous avons sept styles de vie au village De Hogeweyk, le style de vie traditionnel où la fierté et l’identité des gens viennent de leur expérience professionnelle, le style de vie urbain, le ‘Het Gooi’ destiné aux personnes qui attachent une certaine importance à leur apparence extérieure, un style de vie culturel, chrétien, indien et enfin un style de vie familial.” Chaque quartier, avec ses noms de rues, ressemble à une petite société en accord avec le passé du résident.

En se promenant, il faut souvent se souvenir que les personnes qui croisent notre chemin ne vivent pas dans le même espace-temps que nous. Cette vieille femme élégante par exemple, regarde cet infirmier avec assurance. “Vous êtes perdue ?”, lui demande-t-il gentiment en lui donnant le bras, “laissez-moi vous raccompagner dans votre maison, elle est juste à côté”. D’un sourire, elle accepte de regagner l’une des 23 maisons gérées par un personnel permanent et équipées d’une cuisine, d’une salle de vie et de chambres individuelles. Il faut sonner à la porte comme on le ferait dans la vie, et tout visiteur se voit immédiatement offrir un verre.

Paul est émouvant, il pense être là depuis deux ans et est si fier de parler le français, en plus de l’allemand et du néerlandais. “La vie ici est très agréable, nous confie-t-il, mais dans mon esprit, de toutes les façons, tout est beau, car je ne sais pas ce qu’est la réalité, je le saurai après cette existence-là. Vous connaissez Francfort ? Et vous avez une autre question ?

Pour le personnel soignant de ces 152 résidents, l’objectif au sein de ces maisons pouvant accueillir 6 ou 7 personnes est multiple. Bianca, aide-soignante, nous raconte la cohabitation, tout en préparant le déjeuner : “Chacun vaque à ses occupations et nous faisons en sorte qu’il n’y ait aucune dispute. Les proches peuvent venir toute la journée. Ils se font une tasse de thé ou de café et vont s’installer au salon. Je pense que c’est beaucoup plus intime, on vit comme une famille qui se connaît bien, il est difficile d’imaginer ces personnes dans un milieu hospitalier fermé.”

Avec une moyenne d’âge dans le village de 85 ans, le choix du personnel soignant est différent de celui d’une structure hospitalière classique. La flexibilité et l’adaptabilité sont des qualités essentielles. “On ne peut forcer en rien un malade d’Alzheimer” est l’idée clé de cette expérience. Vivre normalement dans ce village, sans contraintes, ne peut donc se faire sans un personnel adapté.

Alors que la facture des soins représente 4 milliards d’euros par an pour les Pays-Bas et augmente chaque année de 4 %, le coût d’un résident au sein du village De Hogeweyk est de 5 000 euros par mois, l’équivalent d’une structure classique. La construction du village a été la plus onéreuse. Le gouvernement néerlandais a financé une grande partie de ce projet, mais il aura fallu aussi l’aide de nombreux bénévoles et des sponsors à hauteur de 10 %.

Comment trouver le médicament miracle qui permettra d’éviter ce que les experts néerlandais qualifient de “catastrophe nationale” ? Le “Dementia Delta Plan” est un véritable appel au secours du gouvernement à la science. La maladie d’Alzheimer est une maladie évolutive qui aboutit inexorablement à la mort. Quand les patients entrent dans l’enceinte du village De Hogeweyk, c’est pour toujours.


Ph.: Molenaar&Bol&VanDillen architecten

Les commentaires sont fermés.