Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

11/05/2013

Wilderhof, fort mal connu

La Libre, Momento, Vie de château, Wilderhof, BierbeekCe château daté de 1906 possède des parties plus anciennes. Mais les sources manquent.

Philippe Farcy


AU SUD DE LOUVAIN, les châteaux ne manquent pas. Il en est un qui est en partie public, dans le sens où le domaine où il se trouve sert de club de tennis. C’est le Wilderhof, sur la commune de Bierbeek et précisément sur la Dreefstraat, perpendiculaire de la Korbeek Losestraat. Ce château qui ne manque pas d’intérêt est classé depuis le 18 janvier 1982. Notons quand même une petite injustice par rapport à Roosbeek vu la semaine passée qui, lui, n’est pas protégé, alors qu’il est véritablement ancien. Ici, le doute sur l’âge persiste en partie.

Lorsque l’on arrive “sur zone”, comme disent les militaires, le site apparaît large et aéré. Il est bordé par le Molendaalbeek qui longe la voirie de crête, formant un petit vallon. Au bout d’une plaine qui sert en partie de parking, un petit édifice daté de 1925 apparaît d’abord sur la gauche. C’est un élément du club house du tennis local. Puis, juste après, prend place le château, totalement érigé en briques et pierre blanche, sans doute de Gobertange. Le castel est protégé par des murs et accessible en passant par deux portails.

Celui du centre mène à la partie récente du bâti et conduit vers le parc de 5 ha où se trouve un étang. Le portail de gauche mène à un long édifice en L placé sous une toiture de tuiles, qui devait être la basse-cour du château. Cette bâtisse est du XVIIe siècle finissant, et c’est sans doute elle qui justifie le classement. On y trouve quatre entrées et huit lucarnes à gradins dont une est de type passante. Une publicité de bière permet de penser que le bar du club house se trouve par ici. Sur le côté de parc, cette partie ancienne est animée de cinq lucarnes. Le pignon est crénelé.

La partie en L est traduite par une petite tour carrée engagée ,appuyée à un appentis. Il s’agit ici des restes d’un moulin et d’une ferme. Celle dernière est signalée depuis 1467 et on sait qu’elle fut vendue à l’abbaye de Villers-la-Ville en 1483. Laquelle abbaye y installa le moulin susdit. Villers garda le bien jusqu’en 1760. Le bien fut alors vendu, mais les sources ne disent pas à qui.

Accolé à cette longue aile sur une moitié, on trouve le château proprement dit. Il est, lui aussi, en briques et pierre blanche. Il est daté de 1906. Cette nouvelle apparence fut commandée par Léo Stroobants; il était, semble-t-il, membre de l’administration communale de Louvain. On ne connaît pas le nom de l’architecte. C’est une demeure de style néorenaissance, large de quatre travées inégales et flanquée d’une aile en ressaut formant comme une tour. Vers le Nord, on voit pointer une travée sous pignon crénelé. Le domaine est à plaire.


Ph.: Ph. Fy.

Les commentaires sont fermés.