Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

13/05/2013

Mille choses à cueillir

La Libre, Momento, Autoportrait, Sophie DurieuxSophie Durieux est une artiste peintre qui a la particularité de nous faire voyager dans un monde végétal qui déborde de la toile… Depuis peu, elle réalise également des foulards tirés de ses peintures imprimées sur crêpe de soie.


SOPHIE DURIEUX EN 5 DATES

1959 : naissance à Bruxelles, entre une sœur aînée et un frère cadet; place confortable (!) qui m’a permis de jouir d’une plus grande liberté et d’avoir à subir moins de pression d’une exigence parentale. Par ailleurs, nous étions une famille très aimante et unie et le sommes restés.
 
1978 : je décide (enfin !) d’étudier le dessin et la peinture qui me font envie depuis l’enfance. Je commence des études à l’ERG (école de recherche graphique), jeune école dans les premières années de sa création, qui m’a plongée dans des débats bouillonnants, ouvert des horizons inconnus, formée et intéressée à toutes les formes d’art… C’étaient des années passionnantes.
 
1985 : ma première exposition de peinture qui est, à mes yeux, un test réussi et me conforte dans le métier de la peinture.
 
1990 : naissance de mes deux enfants (jumeaux)… Acte créateur s’il en est !, le plus fort, merveilleux, bouleversant ma vie pour mon plus grand bonheur.
 
2013 : mon exposition (du 26 avril au 5 mai) qui, par définition, est celle qui compte le plus ! J’y montre une vingtaine de grandes toiles carrées (120x120 cm). C’est toujours un moment délicat et exaltant; le travail du peintre est un travail constamment en porte-à-faux dans lequel j’ai l’impression de remettre tout en jeu, en même temps de construire patiemment. Ce travail se ponctue d’expositions, compressant des mois de travail qui sont livrés en quelques minutes aux regards.
 
 
UN EVENEMENT DE MA VIE
 
J'ai envie de dire “l’instant présent !”, aujourd’hui, chaque jour… Plus j’avance (et je vieillis), plus les événements quotidiens, grands et petits, font sens, comme la qualité d’une rencontre, d’un morceau de musique entendu, d’un bon mot d’humour… les mille choses à cueillir qui nous rendent un peu différents, au travers desquelles se tissent des fils conducteurs qui nous définissent. La mémoire colore, modifie, revisite notre histoire, la réactualise en phase avec notre état d’esprit du moment… Des choses qui sont maintenant possibles, qui ne l’étaient pas à l’époque, et qu’on tâche de mettre en mouvement encore et toujours.
 
 
UNE PHRASE
 
“Il ne s’agit pas de peindre la vie, il s’agit de rendre la peinture vivante.”
Pierre Bonnard
 
 
TROIS PEINTRES
 
David Hockney
Aimez la vie !
 
 
Henri Matisse
Si je disais que ce qui s’en dégage… c’est l’impression d’une immensurable puissance de bonheur.
 
 
Sam Szafran
Ne pensez pas, regardez ! Il y a en ce moment une très belle rétrospective à la Fondation Pierre Gianadda à Martigny, en Suisse.
 
 
Trois peintres qui m’accompagnent depuis longtemps… Je me rends compte, en voulant parler d’eux, qu’ils ont en commun la passion de la vie, plus exactement leur peinture est une célébration de celle-ci. Ils ont une unique vocation : dire ce que cela signifie d’être dans le monde, de le voir, de s’y déplacer, de l’aimer. Ce sont trois peintres qui se sont servis d’images réalistes en parvenant (de manière spécifique pour chacun) à une quasi-abstraction, sans jamais laisser disparaître l’exigence du sujet.
 
 
TROIS LIVRES
 
“Reflets dans un œil d’homme”, de Nancy Huston
Je viens d’en terminer la lecture. Cette approche de l’écrivain sur les chamboulements des relations hommes-femmes, il me semble que j’en avais l’intuition depuis longtemps, et je cherchais à l’exprimer confusément. Elle le fait avec talent et donne un éclairage intelligent et sensible, sincère et sans tabou. Nous sommes loin du “on ne naît pas femme, on le devient”, de Simone de Beauvoir. L’identité des femmes est infiniment plus complexe à appréhender, et est construite (depuis la nuit des temps) sur une assise biologique réelle et en constante évolution en miroir avec les hommes…
 
 
“Rien ne s’oppose à la nuit”, de Delphine de Vigan
Quête personnelle, très émouvant travail de recherche sur l’histoire familiale de la narratrice, pour donner sens à la souffrance dans sa relation avec sa mère tout au long de sa vie jusqu’au suicide de celle-ci… Traumatisme et culpabilité s’en suivent et ne peuvent être dépassés que par la compréhension et l’élaboration de qui était sa mère, en faisant la route inverse… Elle nous renvoie tous par somme ou partie à notre propre histoire familiale.
 
 
“Le monde de Sempé”, de Sempé
A lire ou relire pour chasser les idées noires ! Un monsieur féroce et tendre, très grand dessinateur, il a un filtre poétique qui nous rend le monde et la vie plus légers !
 
 
TROIS LIEUX
 
La Sage
Un lieu qui m’accompagne depuis l’enfance. C’est un village dans les Alpes en Suisse, retiré du monde, où le temps s’est immobilisé ! Vue sur de splendides sommets enneigés… Je m’y retrouve de toutes les manières et de préférence avec ma famille…
 
 
Campo Moro
Le plus beau mouillage pour les amoureux de la voile, de la mer et de la Corse !
 
 
Venise
Cette année, comme tant d’autres, aura lieu à Venise (de juin à novembre) la biennale d’art contemporain; c’est un prétexte merveilleux pour se promener dans des lieux fascinants qui n’ouvrent leurs portes qu’à cette occasion (l’Arsenal, les Giardini, d’anciens palais…). Dans ceux-ci, est exposée une sélection très éclectique d’œuvres du monde entier. Le contraste saisissant d’une ville musée, figée depuis des siècles, qui prête ses espaces et ses murs à une actualité artistique ultracontemporaine, est très fort.
 
 
UNE DATE
 
21 juillet 1969
Le premier homme sur la Lune.
Cela symbolise les rêves des hommes et des femmes à s’extraire d’eux-mêmes, de leur propre système, sans cesse en quête de connaissances et d’expériences les plus folles, déployant une énergie démesurée dans un but dont la finalité est sans doute avant tout poétique… comme l’art !
 
 
Ph.: Ch. Bortels

Commentaires

Venise n'est PAS une ville musée, seuls les touristes et les ignorants la regardent ainsi.
Cessons les clichés stupides, Venise n'est pas figée dans son histoire et ses murs, Venise est une ville ouverte sur le monde, de toute éternité.

Écrit par : Fidenziana | 28/06/2013

Bonjour Sophie,

Je suis amateur d'art et ai manqué ton "expo": impardonnable...
Je suis tombé sur ton nom tout à fait par hasard et me souviens que nous partagions les mêmes bancs d'école. Ton mot concernant "l'instant présent" m'a touché: il est vrai, comme ton parcours, que j'admire. Tu as fait ce que tu aimais le plus au monde.
fais-moi signe, j'espère que nous aurons l'occasion de nous reparler;
Amitiés
Walther

Écrit par : Walther Ghislain | 28/12/2013

Les commentaires sont fermés.