Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

18/05/2013

Les applications au jardin… dans le vent ?

La Libre, Momento, Dehors, applications, jardinEst-ce une bonne idée de se balader au jardin muni d’un smartphone ou d’une tablette ? Quitte à ne plus voir bourgeons, vers de terre ou pâquerettes ? Quitte à ne plus entendre les oiseaux ?

Au calme: Marie Pascale Vasseur et Marie Noëlle Cruysmans

SANS DOUTE, SOMMES-NOUS les dinosaures de la rédaction du “Momento”. Le nouveau fil rouge du numéro ? Les applications ! Au jardin ? Un rien démunies, nous vous l’avouons, nous avons d’abord fait appel à “la valise”… Comme au bon vieux temps. Vous dire qu’elle était vide serait mentir. Mais penser que le petit milieu du jardinage est peu branché n’est pas loin de la vérité.
 
Imaginez-vous un instant à la recherche d’un réseau, la tête collée à votre tablette pour tenter d’identifier l’arbre au pied duquel vous êtes planté. Pour apprendre à tailler le nouveau rosier tout juste déniché ou pour détruire l’affreuse podagraire, ce zevenblad qui, dans vos parterres, se faufile comme l’éclair. De toute manière, la poche de votre Barbour ne sera pas assez grande pour l’emporter avec vous, le soleil vous empêchera de déchiffrer l’écran, vos doigts collants de terre saliront la pochette coquette, et votre main droite finira par lâcher sécateur et binette. Sans compter que la sonnerie du smartphone, génératrice de stress et de déconcentration (voir l’étude danoise relatée dans l’article de “La Libre Belgique” du 14 mai), effrayera la mésange nonnette et rendra aphone le pinson joyeux. Une énième pollution à ajouter aux tondeuses et autres souffleurs de feuilles. Une déferlante moderne en soi très peu jardinière.
 
Le jardin n’est-il pas plutôt l’occasion de fréquenter l’herbe folle, de vivre les saisons ? Un lieu sans fioriture qui distrait la pensée, une retraite loin des tracas de la vie trépidante et des bruits de l’informatique ? Un condensé de simplicité où les détails deviennent superflus et où l’essentiel prime ? Où, sans façons, l’on se met à humer le parfum des roses, tâter la terre, traquer tranquillement pucerons et autres limaces ? Où on prend le temps de contempler les gouttes d’eau perler sur les feuilles d’alchémille ? Comme le diraient les Chinois avec un nuage de poésie, un lieu pour tendre vers le raffinement suprême pas plus gros qu’un grain de moutarde. Vivre à l’écart des heures qui filent, se débroussailler les neurones, refaire son plein d’énergie. En fait, cultiver son jardin. Est-ce vraiment si extravagant d’oser penser cela ?
 
 
Cela dit, oui, le milieu du jardin génère un terreau de relations. Enthousiastes. Dès que la passion survient, les barrières tombent. Un voisin raconte ses tomates par-dessus la haie, confie une précieuse bouture de géranium ou prête sa meilleure grelinette. Et c’est parti. Les visites de jardins, de fêtes des plantes, les magazines et ouvrages spécialisés, la toile d’Internet élargissent les horizons. Bientôt sans doute les applications.
 
 
La Libre, Momento, Dehors, applications, jardinPl@ntNet
Pour relever le défi de la rédaction et vous mettre en appétit, nous voulons épingler une application apparemment merveilleuse que nous a révélée un des membres du Jardin botanique national de Belgique. L’info semble être toute fraîche. PlantNet mobile est une application qui permet d’identifier une plante en comparant sa photo avec des milliers d’images recensées par un réseau de botanistes avertis. Soit un système de reconnaissance d’images qui se transmet par les réseaux de téléphonie mobile. On pourrait même dire que c’est le Shazam (reconnaissance des musiques) des végétaux. Ou encore le scanner des plantes. Mise au point par une troupe d’éminents scientifiques, cette base de données quasi professionnelle relate aujourd’hui plus de 800 espèces de plantes sauvages de la flore française métropolitaine représentées par environ 20 000 images. Le rêve serait d’arriver à 5 000 espèces et 100 000 images.
Le principe est simple. La curiosité immédiatement satisfaite. Qui est cette fleur, quel nom porte cet arbuste ? La réponse est dans le téléphone.
Non seulement, il photographie, mais il communique aussi avec les serveurs Internet. Il suffit donc de prendre la plante en photo, de choisir une icône : fleur, feuille, fruit ou écorce. Puis, l’application lance la recherche. Pour retrouver l’équivalent, elle va puiser dans les milliers de photos de la banque de données mises constamment à jour. La plante est comparée puis identifiée par un nom vernaculaire et son correspondant scientifique. Magique ! Actuellement disponible gratuitement sur iPhone, elle le sera en juin sur Android.
L’idée paraît géniale. Promeneurs, botanistes amateurs, mais aussi professionnels se prendront au jeu et entreront leurs données dans le système. Les premiers trouveront une réponse à leur question et les scientifiques enrichiront leur connaissance de la flore.

Commentaires

Ceci n'est pas un "app", MAIS C'est sur, jardiner un smartphone à la main est peu commode. Néanmoins, lorsque je suis à la pépinière, je prends plaisir à utiliser le réseau 3g de mon smartphone pour vérifier les qualités et les défauts de la plante qui m'intéresse. J'ai d'ailleurs constaté que je ne suis pas la seule : les indications sur l'étiquette de la plante sont parfois sommaires (ou peu lisibles) et mon pépiniériste ou ses employées occupés ailleurs. Le site que je consulte fréquemment est celui d'une jardinerie française : le jardin du pic vert car il est très bien documenté. De même, à la maison et sur pc, je reçois des newsletters de jardineries anglaises (shoot, crocus) qui, en ce moment, par exemple, me renseignent sur les plantes en vogue au Chelsea flower show. Alors, c'est sur, ça ne remplace pas un beau livre de plantes, ni les joies du jardinage lui-même, mais, en hiver, ou bien avec la météo que nous avons pour le moment, les sites et autres applications sont bien précieux !

Écrit par : asi | 21/05/2013

Oui, vous avez entièrement raison! Dans les pépinières, le réseau 3g peut aider tout comme dans les jardins botaniques où il y a des étiquettes sur les plantes. Nous aussi, nous aimons le site du jardin du Pic vert extrèmement bien fait avec photo à l'appui. Il est très intéressantet très complet! Nous pensons que l'utilisation raisonnée de la tablette ou du smartphone sera l'avenir du jardinier raisonable ...

Écrit par : les Marie | 10/06/2013

Les commentaires sont fermés.