Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

18/05/2013

Michel Cymes et le 6e sens

La Libre, Momento, Derrière l'écran, Michel Cymes, Les pouvoirs extraordinaires du corps humainSi le magazine “Les Pouvoirs extraordinaires du corps humain” (France 2, mardi, 20h45) allie aventure et connaissances, d’autres thématiques plus ardues rencontrent aussi leur public. En télé comme en radio. La preuve avec Michel Cymes, coprésentateur du “Magazine de la santé” sur France 5.

Entretien: Caroline Gourdin, correspondante à Paris


MICHEL CYMES REPOUSSE les limites. Lancé à l’ascension du Mont-Blanc en compagnie du mannequin Adriana Karembeu dans le premier numéro des Pouvoirs extraordinaires du corps humain**, le médecin-animateur use à nouveau de ses connaissances et de son humour pour réveiller “l’animal qui est en nous”.

Le concept original qu’il coprésente et coproduit (“Pulsations”) avec Emmanuel Chain (“Eléphant et Cie”)  vient titiller nos sens et piquer notre curiosité. Cap pour ce deuxième opus sur la Tanzanie, berceau de l’humanité, pour montrer qu’à l’inverse de l’homme, les animaux ont conservé les facultés nécessaires à leur survie dans la nature.

Entre deux rencontres magiques avec la faune sauvage, dans un cadre enchanteur, les reportages montrent des humains tentés de retrouver leur instinct animal : en communiquant avec les lions (Kevin Richardson), en vivant avec les loups (Shaun Ellis), en apprenant avec les dromadaires à résister à la chaleur (Régis Belleville) ou en taquinant les oiseaux en combinaison ailée (Danelle Ballengee).

Il fallait rester compréhensible pour toute la famille. Nous ne pouvions pas faire un discours philosophique sur le sujet. Nous ne sommes pas sur Arte, prévient Michel Cymes. Mais j’ai ressenti, en particulier quand on arrive sur le cratère du Ngorongoro, une brutale prise de conscience qu’il y a plusieurs centaines de milliers d’années, nos ancêtres vivaient au milieu d’animaux qui étaient beaucoup plus nombreux, hostiles. Ils étaient en osmose complète avec eux, avec des sens qui leur ont permis de survivre. C’est assez compliqué de traduire ces ressentis en télé.”

S’appuyant sur des infographies de bonne facture, ce vulgarisateur hors pair navigue entre explications scientifiques et émotion, renvoyant la balle au top model (qui a aussi étudié la médecine pendant trois ans). “Nous voulons à la fois montrer que le corps peut s’adapter à des conditions extrêmes. Ce fut le cas sur le Mont-Blanc, nous le referons prochainement en milieu marin. Mais nous voulons également faire rêver et ouvrir des pistes de réflexion. L’émotion que nous avons ressentie au sommet du Mont-Blanc avec Adriana, ajoutée aux superbes images, a donné aux gens l’envie de se retrouver dans ce genre d’expérience mentale. Au bord du Ngorongoro, cette vision d’Eden permet aussi de s’échapper un peu, de se zénifier”, ose le médecin.

Ce programme de prime time à la croisée de l’évasion, du divertissement et de la science reviendra la saison prochaine avec une périodicité de trois ou quatre numéros par an (dont un sur deux sera un défi physique). Parallèlement, Michel Cymes, pourtant approché par Canal +, continuera d’officier sur France 5, à la tête du “Magazine de la santé”, aux côtés de Marina Carrère d’Encausse, et de la mensuelle “Enquête de Santé”.

Je suis surtout sidéré par le succès de ces enquêtes, qui rassemblent autour d’un million de téléspectateurs, remarque Michel Cymes. Le Magazine de la Santé a 15 ans, on a une certaine notoriété, on parle de sujets dans lesquels on peut se marrer. Mais dans les enquêtes de santé, on traite, en prime, de thèmes ardus, comme le lait, les tutelles et les curatelles, les infirmières…”

Comment l’expliquer ? “Les gens prennent conscience aujourd’hui que la bonne santé, ça se mérite, qu’il faut faire gaffe très tôt, qu’on peut prendre sa santé en main, que la médecine ne peut pas tout faire, qu’on doit s’occuper de notre organisme.”

La prévention. Le credo de ce médecin ORL qui exerce toujours son métier d’origine : soigner. “Notre grand succès serait de faire passer en permanence un message de prévention, de dépistage, de prophylaxie… Ce que je fais aussi dans mes conférences à travers la France.” Officiant sur une chaîne de service public, Michel Cymes se montre sidéré que la France ne se soit toujours pas dotée d’une politique anti-tabac, par exemple. “Il y a eu des efforts, mais on se heurte toujours aux lobbys, à la liberté… Il faut se battre tout le temps.”

Ph.: Stéphane Gillot / Elephant And Cie

Les commentaires sont fermés.