Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

26/05/2013

De piquantes beautés

La Libre, Momento, Dehors, jardin, chardonsLes chardons ne jouissent pas d’une réputation flatteuse, loin s’en faut. Cette terminologie regroupe des plantes issues de différentes familles. Quelques-unes sont d’une rare beauté.

Au jardin: Marie Noëlle Cruysmans et Marie Pascale Vasseur


CES VÉGÉTAUX PEU ORTHODOXES, souvent qualifiés un peu hâtivement de mauvaises herbes, peuvent aisément trouver une place dans nos jardins. Il suffit au jardinier d’oublier leur caractère épineux et leur mauvaise presse. Les chardons appartiennent principalement à deux grandes familles : les astéracées et les ombellifères qui recèlent de véritables trésors. Sous le vocable de chardon, se retrouvent donc une multitude de plantes à feuilles, fleurs ou tiges épineuses. Ce sont aussi bien les Eryngium, les Echinops, les Cirsium, les Carduus, les Onopordon que les Sylibum. Selon les espèces, ils poussent dans les pelouses sèches, dans les marais ou en terre argileuse. Parmi eux, quelques-uns sont protégés, d’autres ont un réel intérêt ornemental, et d’autres encore sont considérés comme de véritables terreurs agricoles. Pourquoi ne pas amadouer les plus spectaculaires d’entre eux pour créer des effets insolites dans nos parterres ?
 
 
Commençons par les Echinops ou “boule azurée”. Ils ont fait les beaux jours des jardins d’autrefois et méritent d’être réhabilités. C’est en grand groupe qu’ils sont vraiment beaux. Ces faux chardons allient un port assez libre à la rigueur des fleurs en boules denses et serrées, une grande sobriété et une longue floraison. Le nom signifie en grec “qui a l’apparence d’un hérisson”, et correspond à l’aspect des inflorescences en forme de globes, parfois aussi comparées aux oursins. Une fleur estivale pour les jardins bon enfant dans une terre bien drainée. Des adeptes d’un régime pauvre, sans quoi, ils ont tendance à prendre des airs dégingandés. Dans les jardins, les variétés les plus utilisées sont Echinops bannaticus ‘Taplow Blue’ et ‘Blue Globe’ d’un bleu acier éclatant, tandis que l’Echinops ritro ‘Veicht’s Blue’ a des fleurs bleues plus foncées ainsi qu’un feuillage plus large et moins épineux. Une plante intéressante, pour ajouter une touche de gris, et structurer un massif. Echinops sphaerocephalus ‘Artic Glow’ fleurit en été avec des capitules blancs. Tous apprécient les emplacements ensoleillés et peuvent être séchés pour en faire des bouquets.
 
Les panicauts, ou Eryngium, sont de splendides ombellifères que les uns adorent et les autres exècrent pour des raisons clairement épidermiques. Le contact de leurs redoutables épines laisse, en effet, de piquants souvenirs. Difficile pourtant de ne pas être admiratif devant ces plantes dignes d’un film de science-fiction. Le déploiement de leur hampe florale est un spectacle fascinant à lui seul. C’est d’ailleurs le cas pour beaucoup de plantes de cette famille.
 
Les Eryngium sont un genre très varié. Eryngium giganteum jouit d’un grand succès, sans doute lié à ses spectaculaires collerettes bleutées de grande taille entourant ses pompons de fleurs. C’est la coqueluche des jardins bleus ou blancs. Il meurt souvent après sa généreuse floraison qui l’épuise. Chouchou de la célèbre et espiègle jardinière anglaise miss Willmott, elle n’hésitait pas à disperser des graines dans les jardins qu’elle visitait, d’où le surnom de “fantôme de miss Willmott”.
 
Eryngium planum, vivace lui, a des inflorescences épineuses bleu ciel en petits mais nombreux capitules. Il demande un sol pauvre, bien drainé, et léger. Cet autre chardon décoratif fait une rosette de feuilles vertes brillantes. La variété ‘Jade Frost’ a des feuilles marginées de rose puis de crème, et ses fleurs sont blanches. Les tiges florales des panicauts conviennent pour les bouquets secs.
 
 
Arctium lappa est une plante bisannuelle aux capitules purpurins en corymbe. Les involucres, appelés “teignes”, s’accrochent aux toisons des animaux et aux vêtements. Les aigrettes sont hérissées d’aiguillons qui peuvent pénétrer la peau, mais en règle générale, les fruits de la bardane s’accrochent davantage qu’ils ne piquent. Plus connus sous le petit nom de “plekmadame” à Bruxelles et à Liège de “plaque-madame”, ils sont à l’origine de l’invention du velcro par le Suisse Georges de Mestral en 1941.
La bardane aime les sols plutôt riches où elle prospère. On la trouve fréquemment sur le bord des chemins et dans les terrains vagues. Une autre plante indigène a le don de s’agripper aux vêtements et s’invite sans façon dans les jardins, le gaillet gratteron, Galium aparine. Cette plante annuelle a des tiges et des feuilles munies d’aiguillons renversés, les fruits sont, eux, hérissés de poils crochus. Ce qui lui donne cette capacité à s’accrocher au tout-venant.
 
 
Ph.: MNC & MPV

13:04 Publié dans Dehors | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : la libre, momento, dehors, jardin, chardons | |

Les commentaires sont fermés.