Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

26/05/2013

Ljubljana, le charme slave

La Libre, Momento, Escapade, Ljubljana, SlovénieSa situation est idéale, son charme séduisant. Ljubljana, au carrefour des cultures slave, germanique et italienne, n’en perd pas moins sa propre identité.

Fanny Leroy


LE CHÂTEAU, HAUTEMENT PLACÉ sur sa butte, surplombe la ville et la rivière Ljubljanica, imposant, illuminé une fois la nuit tombée. A Ljubljana, on se balade dans les époques, dans les ambiances, tant la cité recèle d’influences et de curiosités. On en fait vite le tour au premier coup d’œil, mais le séjour est loin d’être perdu si l’on s’y attarde.

La capitale compte près de 280 000 habitants devenus Slovènes depuis 1991 après la segmentation de la Yougoslavie. Ici, on est fiers de son pays qui a échappé aux guerres qui ont déchiré ses voisins, on aime parler de ses origines, même si des vestiges de passé sombre demeurent encore au coin des rues. C’est vrai, Ljubljana a gardé maintes statues communistes, un régime aujourd’hui considéré par le peuple comme un véritable pouvoir opprimant. Les discussions dérivent facilement sur le sujet, même s’il est inconvenant de prononcer à voix haute le terme “communiste”, perçu comme une véritable insulte. Les rancœurs sont présentes et se tournent vers divers acteurs. Parmi ceux-ci, l’Eglise orthodoxe du pays considérée par certains comme scandaleusement riche à une époque où la Slovénie traverse une crise économique qui ébranle la société.

Amateur de dorure, vous serez en tout cas servi ! Les églises sont ici tout en faste, comme la cathédrale Saint-Nicolas. Comment la reconnaître ? Grâce à son dôme vert, ses deux tours jumelles et, surtout, sa porte incroyablement sculptée. Elle est l’un des joyaux architecturaux de la ville… mais certains d’entre eux sont encore plus curieux, comme le triple pont situé au centre de la ville. Au départ du projet : un simple problème logistique. Afin d’empêcher le pont d’être un goulot d’étranglement, le célèbre architecte slovène Jože Plecnik a décidé de ne pas simplement élargir le passage, mais d’entourer le pont existant par deux homologues piétonniers. En résulte un charme romantique qui amène à la balade le long du canal. Une promenade qui mène à un autre pont, plus emblématique de l’identité slovène celui-ci : le pont des dragons, construit entre 1900 et 1901, lorsque la ville appartenait encore à l’Empire austro-hongrois. Aux quatre coins du passage, quatre dragons montent la garde. L’animal est d’ailleurs l’emblème de la ville sur son drapeau et son blason. L’histoire ? Ce serait entre les municipalités actuelles de Vrhnika et Ljubljana que le héros grec Jason et les Argonautes terrassèrent le monstre. Aujourd’hui, le pont porte plutôt le surnom de “belle-mère” en référence à ses effrayantes créatures. Dessiné par le même architecte que le triple pont, il est considéré comme étant l’une des plus belles œuvres du style architectural Sécession viennoise en Art nouveau.

Mais Ljubljana, c’est aussi la destination des amoureux de la nature et des écolos dans l’âme. Car, ici, l’écologie est un souci quotidien, intégré dans les mentalités et dans les mœurs. A quelques pas du centre, la verdure s’étend. Un funiculaire transporte d’ailleurs les personnes intriguées par le château jusqu’aux portes de celui-ci. Construit au XIIe siècle, il a impeccablement conservé sa beauté médiévale. De ses remparts, on bénéficie d’une vue imprenable sur la ville… un point d’ancrage idéal si l’on souhaite coupler son voyage avec un périple en Italie, en Autriche, en Hongrie ou en Croatie.


Ph.: Fanny Leroy

Les commentaires sont fermés.