Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

01/06/2013

La Loire célèbre le sauvignon

La Libre, Momento, Papilles, Vins, Concours mondial du sauvignonLa quatrième édition du Concours mondial du Sauvignon a eu lieu les 26 et 27 avril en Val de Loire dans le cadre spectaculaire du château de Blois. Cette confrontation, destinée à promouvoir les vins issus de ce cépage, a révélé la richesse et la diversité des sauvignons blancs du monde.

Mise en bouteille: Baudouin Havaux


EN TOUT, 22 NATIONS productrices ont proposé leurs vins lors du Concours mondial du Sauvignon, parmi lesquelles on a pu remarquer la Nouvelle-Zélande, le Chili, la France, l’Espagne, l’Italie, ou encore la Grèce, la Suisse, la République tchèque, la Roumanie, la Slovaquie… C’était également l’occasion de se pencher sur les sauvignons de Loire.
Rencontre avec Bertrand Daulny, directeur du Centre technique interprofessionnel des Vignobles de Centre-Loire.

Le sauvignon blanc, un cépage toujours tendance ?
Les statistiques de plantation des principaux vignobles du monde sur les cinq dernières années parlent d’elles-mêmes. On observe une augmentation des surfaces de sauvignon de 12 % en France, de 30 % en Australie, de 47 % au Chili et de 63 % en Nouvelle-Zélande. La hausse de la demande a entraîné une augmentation de la production. C’est un cépage qui a nettement gagné en notoriété au cours des 20 dernières années. L’intérêt pour ce cépage est indéniable, et les investissements nombreux. Le sauvignon blanc est devenu une alternative au chardonnay, un cépage qui s’adapte plus facilement à d’autres latitudes, mais dont le goût a peut-être un peu lassé, et dont la consommation est sans doute moins en phase avec les préférences des nouveaux amateurs de vin qui recherchent fraîcheur et arômes. Il est vrai que le sauvignon est tout terrain, on peut le consommer pendant les repas, à l’apéritif; il s’adapte parfaitement à tous les moments de consommation.
Les années 90 ont été décisives, et en particulier les sauvignons blancs de Nouvelle-Zélande sont au cœur de la modification de perception de ce cépage. Les vins de l’hémisphère sud ont rendu le sauvignon blanc célèbre ou plus exactement plus connu en tant que tel. En France, et en particulier dans la Loire, on parlait plus des régions ou des terroirs de production, et le cépage apparaissait, au mieux, sur la contre-étiquette. Avec l’apparition de la concurrence du Nouveau Monde, le sauvignon blanc a acquis ses lettres de noblesse et une notoriété auprès du consommateur. Désormais, c’est un label, une marque, une image qui allie fraîcheur, qualité et “tension” des vins. Dans la Loire, on faisait en quelque sorte du sauvignon blanc, sans le savoir, ou alors, c’était implicite, non communiqué. Cette concurrence internationale a été stimulante, elle place les styles de vins et justifie les différences sur le marché. Cette émulation internationale a certainement donné au sauvignon blanc ses lettres de noblesse.

Effectivement, le sauvignon blanc s’est fortement internationalisé, mais reste, malgré tout, fortement marqué par son lieu de production.
L’adage, qui prétend que la vinification ne fait pas les grands vins, est particulièrement vrai pour les sauvignons blancs où presque tout se joue dans la vigne. C’est un cépage moins adaptable, moins souple, par exemple, que le chardonnay. Il donne naissance à des vins très différents en fonction du terroir qui marque son style. C’est un révélateur de terroirs, de climats et de millésimes. Cette sensibilité au terroir a comme conséquence que les opérations pré-fermentaires (pressurage, débourbage) sont les moments clés de la vinification. C’est principalement à ce stade qu’on peut extraire et valoriser tout le potentiel du raisin. Ensuite, on n’a que peu de moyens d’améliorer la qualité du fruit et celle du vin. En Loire, il n’y a pas de tradition d’élevage en bois. Les barriques – qui servaient traditionnellement au stockage des vins – étaient en général lavées à l’eau chaude et travaillées afin d’en ôter les tannins et les éléments aromatiques ! Cela explique qu’encore aujourd’hui, le passage par le bois des sauvignons blancs de Loire est anecdotique en termes de volumes produits. Quelques cuvées utilisent ce type d’élevage ou de fermentation, mais c’est rare, même si cela peut donner rondeur, complexité et longévité au vin.
En Loire, les sauvignons blancs sont aromatiques sans être exubérants. Dans le Centre-Loire, par exemple, on recherche moins l’expression variétale que la complexité, la puissance ou la longueur en bouche. On dit que le terroir doit dominer le cépage. Les mots clés sont : fraîcheur, tension, nervosité et vivacité. Si le sauvignon s’est imposé en Loire, c’est sans doute parce que c’est le cépage qui valorise le mieux les terroirs. Tout est adapté : le climat, le sol, la tradition. La maturation des fruits est ici lente, les arômes sont riches et l’acidité excellente. Chaque région a tendance à valoriser les cépages à maturation lente sur son sol, et le sauvignon blanc en est, ici, un parfait exemple.


Ph.: B.H.

Les commentaires sont fermés.