Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

02/06/2013

Nos escapades insolites belgo-néerlandaises

La Libre, Momento, Escapade, week-end, insolite, Belgique, Pays-BasA deux – voire trois – pas d’ici, existent des lieux d’hébergements aussi curieux qu’originaux. Entre le “glamping”, les hôtels et chambres d’hôtes, nous vous livrons nos bonnes adresses, agrémentées de quelques conseils pour éviter les mauvaises surprises.

Suivez le guide: Aurélie Moreau


LE "GLAMPING"

Un concept en soi
Né de la contraction de “glamour” et de “camping”, le “glamping” a le vent en poupe. Nombreux sont les Belges qui optent désormais pour un week-end insolite en yourte mongole, roulotte tsigane, cabanes perchées et tentes suspendues à 10 mètres du sol, bulles transparentes, tipis, caravanes airstream, chariots western, verdines, etc. Ce marché de niche, né dans les années 2000, n’a pourtant décollé que récemment, grâce notamment au bouche-à-oreille. En parfaite adéquation avec notre mode de vie actuel (facile d’accès, pas trop éloigné du domicile, dépaysement – a priori – garanti sans nécessairement prendre un vol long courrier coûteux), le “glamping” séduit une clientèle de proximité davantage attirée par le “concept” et le lieu d’hébergement que par le cadre environnant (on a, en effet, connu plus exotique que la ville de Dinant, aussi charmante soit-elle). Une escapade qui a toutefois un prix. Les tarifs peuvent, en effet, grimper jusqu’à 250 euros la nuitée.

Les pièges à éviter
Renseignez-vous avant :
– Les installations (particulièrement les cabanes, les bulles transparentes et les tentes suspendues dans le vide) respectent-elles les règles de sécurité ? Demandez conseils auprès des services adéquats et, notamment, auprès des autorités communales.
– Quels sont les services proposés concernant la restauration ou la literie par exemple ? Quel est le degré de confort ? Dormir à la belle étoile en Belgique requiert évidemment un équipement adapté, surtout l’hiver. Les draps sont-ils fournis ? Devez-vous prévoir une lampe de poche ? Les cabanes, par exemple, sont-elles chauffées ? Equipées de vitres ? Les sanitaires sont-ils communs ou privés ? S’ils sont communs, combien de cabines de douche compte le lieu d’hébergement ? Foi de campeuse, vous allez peut-être partager les sanitaires – et l’eau chaude – avec 12 autres occupants. Autant être averti. Attention donc aux pièges à touristes : certes, le coût des installations est généralement élevé pour le propriétaire, mais au-delà de 120 euros la nuit, vous êtes en droit d’exigez un service minimum.
– Contrairement à ce qui est communément admis, le “glamping” n’est pas toujours synonyme d’éco-tourisme. Si le propriétaire revendique un concept basé sur la protection de l’environnement, la durabilité ou encore l’éco-responsabilité, exigez l’éco-label correspondant.

Les adresses "à tester"
Selon vos goûts et vos exigences de confort, optez pour :
– La Case de l’Oncle Henri. Cette cabane perchée à 6 mètres de hauteur dans la région de Chimay-Momignies, se niche au bord de la rivière Wartoise et en bordure des Ardennes françaises. A partir de 95 euros la nuit (pour deux personnes). Comptez 8 euros supplémentaires par personne pour le petit-déjeuner servi au pied de l’arbre. http://www.cabanedanslesarbres.be
– La sphère transparente : située l’année dernière sur la terrasse du 8e étage de l’hôtel Pantone, cette sphère jouissait d’un panorama imprenable sur Bruxelles. Cette fois, elle se trouve au calme, à 80 km de Bruxelles, au bord d’une piscine. Accès au salon d’extérieur et au jacuzzi dans un tipi (supplément sur place), salon d’été avec feu de cheminée, tables de petit-déjeuner, cuisine et salle d’eau, tout le confort s’y trouve. Comptez 250 euros la nuit avec petit-déjeuner. http://please-surprise.me
– La roulotte tzigane : au cœur du domaine de la Carrauterie à Sautin (1h au sud de Bruxelles), une propriété de 2 ha, entourée de forêts, lacs, vallons et bocages… Et à un jet de pierres du Ravel. 129 euros la 1re nuit et 119 euros les suivantes. Petit-déjeuner : 15 euros/personne. Le domaine propose également d’autres lieux d’hébergement insolites (et notamment des cabanes perchées). www.carrauterie.com
– (Pour le vrai campeur.) Les tipis, Yourtes mongoles et tentes berbères au camping de la Semois, à Sainte-Cecile. Le cadre n’est pas des plus exceptionnels, mais les prix sont raisonnables. Si vous êtes prêts à franchir la frontière, sachez que d’innombrables yourtes sont implantées dans des lieux plus surprenants, verdoyants et jouissant très souvent de magnifiques vues panoramiques sur les environs, en France notamment. A partir de 65 euros la nuit. http://www.campingdelasemois.be
– (Pour les amateurs de sensations fortes.) La tente perchée ou suspendue à un arbre, les pieds dans le vide. Rendez-vous au “Refuge de la baraque” au bord de la Lesse à Dinant. A partir de 60 euros la tente.
– La caravane Vintage Airstream (photo) date de 1958, et se situe à 130 mètres de l’avenue Louise, à Bruxelles. Un point de chute idéal pour un week-end dans la capitale, même si l’on a connu lieu plus intime que la terrasse fréquentée d’un hôtel. 250 euros la nuit, avec tout le confort moderne et le petit-déjeuner. http://please-surprise.me


LES HOTELIERS

Pour ceux que le camping décourage, pas de panique. Voici une sélection d’hôtels et de chambres d’hôtes aussi insolites que confortables.
- La balade des gnomes (à Durbuy): coup de cœur pour ces chambres d’hôtes pas comme les autres. Amateurs de fées, elfes et gnomes, vous serez comblés, particulièrement si vous êtes accompagnés d’enfants. Un monde imaginaire, d’ici et d’ailleurs, particulièrement travaillé, complètement hors du temps, des chambres ultraoriginales : la légende des trolls, le cheval de Troie, les étoiles du désert… Autant de possibilités. Les prix débutent à partir de 115 euros la nuit, petits-déjeuners inclus. Il convient de réserver quelques mois à l’avance.
- L'église. L’édifice qui abrite désormais le “Martin’s Patershof hotel” à Malines date de la fin du XIXe siècle et faisait partie du couvent des Frères mineurs. Issus de l’ordre religieux des Franciscains, ceux-ci ont partagé l’Histoire de la ville depuis leur arrivée en 1231. En témoignent les nombreux vitraux conservés par les architectes responsables de cette transformation réussie. Attention, toutefois, l’expérience peut s’avérer quelque peu sinistre en raison des scènes d’époques représentées sur les vitraux… Notez, enfin, que les verrières ne sont pas disponibles dans toutes les chambres. Le petit-déjeuner est servi dans le chœur de l’église, lui aussi magnifiquement conservé, tout comme la nef. Comptez au minimum 89 euros la nuit, auquel il convient d’ajouter le prix du petit-déjeuner, facturé 20 euros par personne.
- La prison. Pour les plus téméraires, pourquoi ne pas dormir au cachot dans l’ancienne prison de Roermond ? Les 105 cellules ont, en effet, été transformées en chambres douillettes : sept suites (dont “le directeur”, “le gardien”, “l’avocat” et “le juge”) ont par ailleurs été créées dans les anciennes chambres des directeurs de prison. A nouveau, l’expérience peut sembler inappropriée pour certains, mais le caractère du lieu d’autrefois est exceptionnellement bien conservé. L’hôtel “Het Arresthuis”, aux Pays-Bas, à partir de 128,50 euros la nuit.


LE "HORS CATEGORIE"

S’il existait une récompense pour l’hôtel le plus insolite, la “Casanus” située à Anvers remporterait sans aucun doute la palme d’or. L’atelier AVL créé en 1995 par Joep van Lieshout (Rotterdam) est composé d’une équipe d’artistes, de designers et d’architectes qui se sont spécialisés dans les œuvres en polyester de couleurs vives et les thèmes que sont l’autarcie, le pouvoir, la politique et le sexe. C’est d’ailleurs la fondation Verbeke qui héberge Casanus. Elle possède, à 25 km d’Anvers, un terrain de 20 000 m² où exposent de nombreux artistes. Quant à l’hôtel, il est situé sur un petit îlot auquel on accède par une passerelle. L’intérieur est d’un blanc immaculé, contrastant avec l’extérieur… plus organique ! Il s’agit en effet d’un hôtel en forme d’intestin pourvu de l’orifice extérieur qui l’accompagne et dont – par pudeur – nous n’évoquerons que le nom. 120 euros, petit-déjeuner et entrées pour l’exposition inclus. Impossible de manger sur place.


Ph.: Johanna de Tessières

Les commentaires sont fermés.