Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

08/06/2013

Le Nôtre, roi des jardiniers et jardinier du roi

La Libre, Momento, Dehors, Jardin, André Le Nôtre2013 fête les 400 ans de la naissance d’André Le Nôtre, inventeur génial du jardin “à la française”. Une occasion rêvée de redécouvrir ses compositions talentueuses.

Hommage: Marie Pascale Vasseur et Marie Noëlle Cruysmans


TOUS CEUX QUI S’INTÉRESSENT À l’art du jardin ont un jour entendu parler d’André Le Nôtre. Sa réputation est internationale. Sans doute, le jardinier le plus célèbre de l’Histoire. En France, un nombre incalculable de jardins lui sont attribués. Aurait-il eu plusieurs vies ? Ce qui est certain, c’est que la plupart de ces jardins sont issus de son école. Aujourd’hui encore, beaucoup de paysagistes sont influencés par cette œuvre magistrale.

Un jardin Le Nôtre est signé. Son maître mot ? Dominer la nature et créer une œuvre d’art. Tout est une question de maîtrise. Le triomphe de la rigueur, de la géométrie et de la symétrie. Tout est contrôlé. Equilibré. Pour y arriver, il s’improvise metteur en scène et excelle dans toutes sortes d’artifices. Parterres, axe central entrecoupé d’allées secondaires, perspectives, allées droites, charmilles, miroirs d’eau, fontaines, topiaires, vases et statues. Tout est bon.

Vaux-le-Vicomte est sa première grande réalisation. En collaboration avec le propriétaire Nicolas Fouquet, surintendant des finances de Louis XIV, et l’architecte du château, il crée un jardin digne d’un roi. Tellement beau que ce dernier, piqué au vif et extrêmement jaloux, envoie Fouquet en prison et commande à Le Nôtre un jardin encore plus admirable, pour sa propriété de Versailles. Ce dernier ne laisse personne indifférent. Grandiose, il symbolise la splendeur et le pouvoir absolu du souverain. D’un seul regard et sans aucune difficulté, ce dernier peut survoler son immense domaine grâce à une perspective “à perte de vue” courant jusqu’à l’horizon. Jusqu’au soleil. Un dénivelé d’une trentaine de mètres entre le château et le grand canal est aménagé de différentes terrasses, alors que les axes principaux sont tracés vers les quatre points cardinaux. Différents parterres sont dessinés, bien visibles de l’intérieur du palais, et de préférence de l’étage noble où se déroulent réceptions et fêtes. Géométriques et très architecturés, ils sont essentiellement plantés de buis. Des motifs carrés ou ronds et des lignes comme des points de broderie sur un fond de terre. Louis XIV est comblé. Il se plaît à présenter le jardin à ses invités et préconise un sens à la visite pour la rendre encore plus spectaculaire. Le Nôtre devient à la fois son confident et son ami.

Le paysagiste crée aussi le parc de Chantilly, un de ses préférés. A Paris, il imagine le jardin des Tuileries et ouvre des perspectives, notamment les Champs- Elysées. Son travail influence considérablement les autres souverains. Tous les grands d’Europe rêvent de leur Versailles. Ils se mettent, eux aussi, à entreprendre des travaux d’aménagement d’envergure. Pierre le Grand, à Saint Pétersbourg, dans son parc de Peterhof; Charles X, à Drottningholm, en Suède; Frédéric II, à Sans-Souci, près de Berlin; Philippe V, à La Granja; et son fils, à La Caserte, près de Naples.


Année Le Nôtre
Cette année, la France rend hommage à son concepteur. A Versailles, quatre expositions, mêlant art moderne, botanique et architecture du paysage, prennent place, et, dans le jardin, quelques bosquets et perspectives sont restaurés. Notamment le bassin de Latone au centre de la grande perspective, ouvrage clé du système hydraulique. Le bosquet du théâtre d’eau est remis en musique par le paysagiste Louis Benech en collaboration avec l’artiste Jean-Michel Othoniel. Deux sculptures monumentales, Persée et Andromède, d’une part, et Milon de Crotone, d’autre part, profitent de l’occasion pour reprendre leur place d’origine dans le jardin. Ces deux groupes sculptés sont restitués d’après les originaux exposés au Louvre. Egalement au programme, des grandes fêtes avec feux d’artifice et jeux d’eau, et des concerts, ballets et opéras qui viendront couronner le tout, en juin et juillet, dans une ambiance très grand siècle. Enfin, notez le prix “Versailles Lire au jardin” présidé par Didier Decoin qui récompensera le meilleur ouvrage sur les jardins.
www.chateauversailles.fr


Ph.: Reporters/SagaPhoto

Les commentaires sont fermés.