Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

08/06/2013

Les nouveautés de l'été

La Libre, Momento, Papilles, bières, vins de Jerez, nouveautésAvec le retour du soleil, vient l’envie de déguster un bon verre à l’extérieur. “Momento” a testé pour vous les nouveautés de la saison.

Mise en bouteille: Baudouin Havaux


Brussels Beer Project

Olivier de Brauwere et Sébastien Morvan, à l’origine de Brussels Beer Project, ont comme ambition de renouer avec la tradition brassicole bruxelloise qui comptait, à l’époque, plus de cent brasseries, et qui, aujourd’hui, n’en compte plus que deux, Cantillon et la Brasserie de la Senne. Actuellement, le projet en est au stade préliminaire. Quatre bières brassées pour l’instant chez un confrère sont à l’étude. Les consommateurs bruxellois sont mis à contribution pour sélectionner la ou les bières qui seront brassées, on l’espère, rapidement dans une brasserie à monter de toutes pièces sur le territoire de la capitale. Non seulement le public est appelé à prêter ses papilles pour la grande élection, mais est également sollicité pour suggérer des noms plus évocateurs que les actuels alpha (ambrée à 6 %), beta (ambrée rouge à 6 %), delta (ambrée cuivrée à 6 %) et gamma (blonde dorée à 6 %).
Concrètement, via le site http://beerproject.be/register, et pour 5 €, vous pouvez participer à l’une des dégustations organisées dans des établissements bruxellois bien connus des amateurs de cervoises : L’Atelier 210, à Etterbeek, le Moeder Lambic, à Saint-Gilles, la Porteuse d’eau, à Saint-Gilles, le Café Le Coq, à la Bourse, Chez Josy, à Watermael-Boitsfort, Au ViaVia Café, sur la place Ste Catherine, et au Délices & Caprices, dans le centre de Bruxelles. La finale se jouera à Forest le samedi 29 juin, aux anciennes brasseries Wielemans.


B de Bertinchamps

“Momento” a goûté en primeur pour ses lecteurs le premier brassin de la toute nouvelle brasserie de la ferme de Bertinchamps, située à proximité de Gembloux. Benoit Humblet n’est ni néophyte ni inconnu dans la profession, c’est lui qui créa avec un associé, en 1997, la brasserie Val Dieu, dont il assura la destinée jusqu’à l’année dernière où il prit la décision de prendre de la distance pour réaliser, entouré de ses enfants, un nouveau challenge brassicole dans une magnifique ferme en carré. Acheté en 2011, le bâtiment, à l’abandon depuis 1985, était en ruine. La première phase des travaux de rénovation a permis d’offrir au matériel brassicole un écrin authentique qui contraste avec les outils de production ultra-modernes d’origine allemande. La seconde phase des rénovations permettra de recevoir les visiteurs dans une agréable salle de dégustation couplée à un restaurant dirigé par sa fille Anne-Claire. Elle termine une formation qui lui permettra de réaliser des synergies entre les bières de papa et ses propres créations gastronomiques. Le beer-pairing, plus populaire dans le nord du pays, semble traverser les frontières. Ses deux frères, Jean-Philippe et Marc-Edouard, prendront en charge respectivement la responsabilité de la distribution nationale et internationale et la gestion de la brasserie.
L’image de Bertinchamps s’articule autour de la seconde lettre de l’alphabet, le “B” de Bière, de Belgique, de Benoit et de Bertinchamps. D’un point de vue marketing, Bertinchamps se dénote également de ses concurrents en travaillant avec un contenant original de 50 cl.
Actuellement, une seule bière est disponible sur le marché : une triple (8 % vol) légèrement ambrée, assez douce, très légèrement amère et trouble. La bouche est ample, voluptueuse, rafraîchissante et discrètement caramélisée. Une bière qui trouvera sa place à table. On attend dans les toutes prochaines semaines le premier brassin de blonde.
Ferme de Bertinchamps, Gembloux. www.bertinchamps.be (en construction)


Tio Pepe En Rama

Pour la première fois sur le marché belge, au printemps 2013, Gonzalez Byass lance très confidentiellement, avec l’aide de son importateur Cinoco, le “Tio Pepe En Rama”. Tous les aficionados des vins de Jerez connaissent le Fino Tio Pepe, la marque de Sherry la plus répandue chez nous, mais rares seront les privilégiés qui auront l’occasion de déguster cette mise en bouteille exclusive limitée à 60 flacons pour notre royaume. “En Rama” se réfère dans le jargon local, utilisé par les ouvriers des caves de Jerez, à un moment de la vie du Sherry lors duquel il est le plus délicat, le plus fragile, juste avant qu’il subisse la clarification et la filtration préalables à la mise en bouteille. Cette méthode de production “En Rama” s’inspire de l’époque où le Fino était prélevé directement sur les fûts, avant de le consommer “à la minute” dans les caves des producteurs de Sherry ou dans les tavernes de la région.
Pour souligner le caractère artisanal et traditionnel de la démarche, une ancienne étiquette dessinée à la main, découverte dans les archives historiques de cette noble maison, a été utilisée. L’expression aromatique du “Tio Pepe En Rama” est beaucoup plus intense, c’est en quelque sorte la madeleine de Proust qui nous projette dans l’univers émouvant des caves de Jerez, véritables cathédrales où sont superposés les fûts appelés “bota”, où au frais, dans une semi-pénombre et une grande sérénité, l’on est envoûté par les arômes complexes de bois, de levure et de vin.
“Tio Pepe En Rama” est prélevé au début du printemps, au moment où la “Flor” (couche de levure), qui recouvre le vin, est la plus épaisse, directement dans la partie centrale des fûts. Elle n’est ni filtrée, ni clarifiée, et doit donc impérativement être consommée dans les trois mois pour profiter de la fraîcheur et des saveurs intenses de levure.


Ph.: Brussels Beer Project

Les commentaires sont fermés.