Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

09/06/2013

Ma panoplie de folie pour Gatsby

La Libre, Momento, Tendances, années folles, années 20, Gatsby, modeL’univers élégant de “Gatsby le Magnifique” inspire une mode revival.

En dansant sur un air de charleston: Aurore Vaucelle


LE RETOUR AUX ANNÉES FOLLES par l’entremise du beau Gatsby et de sa promise donne des envies de swinguer en mode dandy. Marketing subi, ça se pourrait bien, mais cela ne nous enlève pas l’envie de mettre un peu de folie dans nos habits. Car, après tout, les années 20 sont un véritable souffle d’inspiration dans la mode du XXe siècle. On pourrait même dire que c’est la première révolution de la mode. Après la Grande Guerre, les corps meurtris aspirent au renouveau des sens. Les vêtements vont suivre le mouvement.

D’abord, le carcan du corset disparaît chez les couturiers qui font la mode du moment. Paul Poiret imagine des toilettes que l’on peut porter sans armatures, inspirées des tuniques d’Orient. Gabrielle Chanel prend un malin plaisir à habiller la fille planche à pain. Les robes de dames ne dessinent plus de courbes, la taille et les hanches disparaissent sous les robes à la taille abaissée : la tenue idéale pour se trémousser au son de notes jazzy. De fait, les Années Folles correspondent à un moment clef en termes de mode : les conventions esthétiques qui, jusque-là, avaient marqué les différences de genre sont moins prégnantes. Les hommes portent des costumes colorés, cintrés, des nœuds pap’ mini et des canotiers qui n’ont rien à voir avec des accessoires de virilité. Les femmes, quant à elles, se coupent les cheveux – mais habillent leur tête de coiffe à l’Antique –, elles portent des robes charleston qui leur donnent la pleine liberté de leur mouvement.

La mode n’hésite pas à mettre en cause les codes du genre, mais il faut dire que l’époque tente de se séparer de ses oripeaux d’avant-guerre, et cherche la révolution esthétique. C’est le plein moment de l’abstraction, on la retrouve dans la géométrie des formes sur les toilettes, dans les parfums qui se font plus abstraits – c’est le cas du Chanel n°5 qui ne ressemble à rien que l’on ait déjà senti avant dans la nature. Le dadaïsme également remet en cause les conventions et contraintes idéologiques, esthétiques et politiques. La mode des Années Folles, en s’appliquant à être de son temps, affole les principes esthétiques et réinvente LE style.


Mode d'emploi: comment danser le charleston?
Pour danser le charleston, pas besoin d’en faire des tonnes. Il faudra, genou plié, balancer de droite à gauche tout le poids de son corps enjoué. Pour les bras, pas plus difficile que cela : on balance de haut en bas ses membres, en opposition aux mouvements des jambes. Pour habiller sa choré, on peut faire des petits gestes coquets et remuants du bout des doigts. Même ceux qui ont de potentiels soucis de coordination corporelle devraient pouvoir se mouvoir sur le son swinguant du charleston, initié par le pianiste James P. Johnson, durant les années folles.
Pour la petite histoire, le charleston tire son nom de la ville américaine de Caroline du Sud, car il fut d’abord dansé par les communautés noires des Etats américains sudistes.


Ph.: Reporters / All Access

Les commentaires sont fermés.