Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

10/06/2013

Les Açores, un archipel à l'état sauvage

La Libre, Momento, Escapade, voyage, AçoresLe point fort des Açores est incontestablement son magnifique panorama qui fera le bonheur des randonneurs et des amoureux de la nature.

D'île en île: Laurent Lambrecht


L’ARCHIPEL DES AÇORES est un groupe de neuf îles situées à 1 500 km à l’ouest de Lisbonne. Leur positionnement en plein milieu de l’océan a logiquement un impact sur la mentalité de ses habitants : beaucoup se sentent d’abord Açoriens puis Portugais. D’un point de vue touristique, l’archipel est destiné aux amateurs de nature. On peut y faire de la plongée, du surf, de la randonnée et, si le temps le permet, de l’observation de baleines et de dauphins. Les paysages très escarpés, avec un pic à 2 351 mètres sur l’île de Pico, sont époustouflants, et chaque île possède son petit cachet. Si vous êtes à la recherche de farniente, il vaut mieux passer votre chemin. Il existe tout de même quelques petites plages sur les îles de São Miguel, Terceira et Faial. La plupart sont de sable noir issu de l’activité volcanique.

L’origine volcanique des Açores a modelé le paysage de ses neuf îles. D’anciens cratères très fertiles accueillent une intense végétation. On peut donc voir des îlots verdoyants bien délimités dans le périmètre d’anciens cratères. Au contraire, on peut observer des paysages lunaires lorsqu’une ancienne éruption non fertile a rayé toute forme de végétation. De nombreux lacs sont aussi situés dans d’anciens volcans.

Plus de la moitié des habitants des Açores sont établis à São Miguel, la plus grande île de l’archipel. C’est elle qui se taille la part du lion en matière touristique. Deux tiers des touristes des Açores viennent à São Miguel. Sa capitale, Ponta Delgada, est agréable à vivre avec son port et les restaurants qui l’entourent. Mais la partie la plus intéressante de l’île se trouve plus au centre : le Parc Terra Nostra accueille de magnifiques jardins et plus de 2 000 espèces d’arbres. La végétation y est luxuriante. Il est possible de piquer une tête dans une piscine d’eau thermale. Provenant d’une source chaude, l’eau est brunâtre et fumante. A proximité, on retrouve le lac de Fogo qui est localisé dans un ancien cratère.

La Libre, Momento, Escapade, voyage, AçoresEncore plus à l’est de São Miguel, on découvre la ville de Furnas. La région est caractérisée par l’odeur de soufre et les nombreuses fumerolles qui s’y trouvent. Au bord du lac de Furnas, des autochtones viennent préparer le cozido, un plat typique du Portugal. Il s’agit d’un pot-au-feu composé de viandes, de légumes et de pommes de terre. Les ingrédients sont placés dans une marmite qui, elle-même, est emballée dans un linge. Le tout est alors descendu dans un trou à proximité d’une source naturelle de chaleur. Après une cuisson de plusieurs heures, la marmite est remontée, et la dégustation peut commencer.

Au nord-ouest de l’île de São Miguel est situé le volcan de Sete Cidades qui culmine à pratiquement 900 mètres d’altitude. Le cratère contient les lacs Azul, Verde et Santiago. La descente à pied vers le village est particulièrement agréable par bon temps.

São Jorge est l’île la plus sauvage parmi les cinq visitées. Il y a très peu d’activité et ses habitants vivent principalement de la production laitière. La population a d’ailleurs massivement quitté l’île, en direction de la Californie notamment. São Jorge ne compte plus que 8 000 habitants, contre 18 000 dans les années nonante. Cette atmosphère où le temps semble s’être arrêté fait le bonheur des marcheurs. Au nord de l’île, le point de vue de Faja do Ouvidor est tout simplement magnifique. Le détour par Silveira, qui produit les trois fromages de São Jorge, vaut la peine d’être effectué. Principalement pour la dégustation qui suit la visite.

Les amateurs de vulcanologie ne pourront, quant à eux, pas faire l’impasse sur la visite de Capelinhos sur l’île de Faial. En 1957, une éruption de treize mois a eu lieu à proximité des côtes, créant une péninsule qui est venue s’accrocher à l’île. Le phare de Capelinhos, situé juste en face de l’éruption, a permis à de nombreux scientifiques ou curieux d’observer le volcan de tout près. Aujourd’hui, le phare est devenu un centre d’interprétation de l’activité volcanique. Une exposition didactique permet d’en apprendre beaucoup sur l’origine des volcans. Autour du phare, le paysage lunaire montre que les éruptions volcaniques peuvent détruire toute forme de végétation.

L’économie des Açores dépend largement de la production laitière. L’archipel compte plus de vaches que d’habitants et fournit 40 % des besoins en lait du Portugal. Le panorama de l’île de Terceira est particulièrement marqué par cette production laitière. Les immenses étendues de prairies sont quadrillées par des murets de pierres volcaniques destinés à protéger les vaches du vent. Ces pierres ont simplement été superposées les unes sur les autres sans rien de plus pour les maintenir ensemble.


Des touristes peu nombreux
Comme toute l’Europe, les Açores sont touchés par la crise économique. De nombreux cerveaux, dont des médecins, quittent massivement l’archipel à destination du Portugal ou d’autres pays d’Europe. Les Açores tentent de s’appuyer sur un tourisme de qualité pour se développer. Avec sa faune et sa flore particulièrement riches, l’archipel attire notamment des ornithologues et des botanistes. Les neuf îles possèdent encore de la marge pour se développer d’un point de vue touristique. Les paysages sont encore relativement préservés. Excepté à quelques endroits très touristiques de São Miguel, on n’a pas croisé des hordes de touristes en ce mois d’avril. Il y a 10 000 lits disponibles dans tout l’archipel, ce qui donne une capacité de 3,6 millions nuits. Actuellement, seuls 1,6 million de nuits sont passées par des touristes.


Ph.: Laurent Lambrecht

Les commentaires sont fermés.