Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

15/06/2013

Quand YouTube lorgne sur la télévision

La Libre, Momento, Derrière l'écran, YouTube, télévisionDans un univers audiovisuel plus explosé que jamais, le géant américain Google, l’un des acteurs majeurs de la VOD avec sa plateforme YouTube, ne cache plus ses ambitions  : investir le monde de la télévision en tant que diffuseur en développant des chaînes “originales”.

 
Dossier: Hubert Heyrendt

DEUX MILLIARDS DE VIDÉOS VUES chaque jour (et encore, le chiffre date de mai 2010)  ! En quelques années, la plateforme d’hébergement de vidéos en ligne YouTube (rachetée en 2006 par Google) est devenue un acteur majeur de l’audiovisuel, présent sur PC mais aussi les terminaux mobiles et les télés connectées. Sa force de frappe est telle que YouTube est désormais incontournable. A tel point qu’après l’avoir combattu pour des questions de droits d’auteur, nombre de chaînes de télévision ont fini par préférer travailler avec YouTube, qui leur donne accès à un public plus jeune.
 
YouTube aurait pu se contenter de diffuser des milliards de vidéos postées par ses utilisateurs – dont des centaines de milliers de chats acrobates… Elle a rapidement franchi un pas supplémentaire en permettant à tout un chacun de créer sa propre chaîne, agrégeant dans un même environnement et sous un même nom diverses vidéos. On en compte désormais des milliers, consacrées aux sujets les plus divers et dont certaines ont réussi à tirer leur épingle du jeu.
 
Créée en 2007 par Michael Stevens, la chaîne de vulgarisation scientifique Vsauce compte ainsi déjà 3,8 millions d’abonnés. Vues chacune par 3 à 5 millions de personnes, les vidéos de Stevens répondent avec humour à une série de questions du genre : Pourquoi s’habille-t-on  ? Que se passerait-il sans le Soleil  ? De quelle couleur est un miroir  ? Quant à la chaîne Machinima, produisant des émissions consacrées à l’univers des jeux vidéo et des geeks, elle est, avec plus de 8 millions d’abonnés, plus regardée que certaines chaînes américaines…
 
Un an après avoir lancé aux Etats-Unis une centaine de chaînes “originales”, c’est-à-dire proposant des contenus exclusifs créés pour sa plateforme, YouTube annonçait en 2012 la création de 60 nouvelles chaînes premium, notamment en France, en Allemagne et en Angleterre… Toutes les thématiques y sont abordées : info, animation, sport, gastronomie, connaissance, humour, divertissement… YouTube s’est ainsi associé avec une star du petit écran, Jamie Oliver, pour lancer en janvier Food Tube, qui compte déjà 260 000 abonnés et où le jeune chef anglais et quelques-uns de ses collaborateurs livrent leurs recettes dans un joyeux bordel. “C’est plus ouvert d’esprit que les diffuseurs classiques”, s’enthousiasmait Jamie lors de la présentation de sa chaîne au dernier MipTV à Cannes !
 
Liberté éditoriale totale et budget très limité permettent de lancer sur YouTube des chaînes abordant à peu près tous les sujets, parfois les plus inattendus  ! Créée par deux jeunes femmes il y a 4 ans, Pixiwoo propose des conseils de maquillage en vidéo. Ceux-ci ont déjà été vus plus de 160 millions de fois, tandis que la chaîne compte déjà plus d’un million d’abonnés !
 
Lors du lancement des 13 chaînes françaises, certains professionnels prédisaient une véritable révolution, plus importante encore que l’arrivée des chaînes de la TNT. Six mois plus tard, force est de constater que la dynamique n’est pas aussi ascendante que dans le monde anglo-saxon pour Marmiton (Auféminin/cuisine), Doctissimo Play (Lagardère Active/santé), Let’s Cook (Troisième œil/cuisine), It’s Big (Endemol/divertissement), Taratata on Air (Banijay Group/musique) ou Rendez-vous à Paris (Capa), dont le nombre d’abonnés peine à franchir la barre des 100 000 quand tout va bien. Avec une exception  : l’humour. La chaîne Studio Bagel, proposant sketches et autres parodies, peut revendiquer 636 500 abonnés. Sa vidéo la plus regardée ? Une parodie, pourtant assez quelconque, d’une vieille pub pour Yop, vue par 4,2 millions d’internautes. Tandis que la chaîne Golden Moustache, lancée il y a 6 mois, peut compter sur 316 300 fidèles et a déjà droit à sa case sur W9...
 
Pour aider ses partenaires à créer ces chaînes originales, YouTube flirte avec la production. D’abord à Londres puis à Los Angeles, le géant américain a ainsi construit ses propres studios, offrant à ses producteurs du matériel pro pour hausser le niveau de qualité de la vidéo en ligne.
 
Si, pour l’instant, YouTube affirme toujours n’être qu’une plateforme d’hébergement de vidéos, elle se rapproche de plus en plus du rôle de diffuseur… De quoi poser rapidement la question de la régulation de ces nouveaux services de médias audiovisuels. Une question qui sera, on l’espère, au cœur des négociations du TTIP, le Traité de libre-échange entre les Etats-Unis et l’Union européenne, dont les négociations vont débuter prochainement…

Les commentaires sont fermés.