Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

17/06/2013

Toucher le silence

La Libre; Momento, Sorties, Ugo Rondinone, M, LouvainL’artiste suisse Ugo Rondinone revient en Belgique avec une exposition mélangeant ancien et nouveau au musée M de Louvain.

Samuel Hoste


DES SCULPTURES EN CIRE pensives, des oiseaux prêts à s’envoler au moindre bruit… “Thank you silence” réunit le fruit de plusieurs années de travail de l’artiste suisse Ugo Rondinone. Le titre de l’exposition est on ne peut mieux trouvé tellement on a l’impression que le silence prend corps au fil de l’exposition présentée au musée M de Louvain cet été.
 
 
Depuis plus de vingt ans, l’artiste élabore une œuvre caractérisée par sa grande diversité de médias : peinture, œuvre graphique, sculpture, photographie, vidéo et son. Des motifs de notre quotidien (ampoules électriques, masques, arbres…) constituent la base de son travail artistique : Rondinone leur donne une dimension poétique en les isolant, les grossissant ou les soumettant à un traitement matériel particulier. Ses installations sont par ailleurs truffées de diverses références à l’histoire de l’art et à la culture populaire. Ses œuvres couvrent ainsi une palette créative très large allant de paysages aux allures romantiques dessinés à l’encre de Chine à des sculptures lumineuses dont les couleurs de l’arc-en-ciel rappellent le psychédélisme des années 60.
 
L’exposition “Thank you silence” au Musée M - Leuven est la première en Belgique à rassembler plusieurs des séries créées par Rondinone au cours des dernières années. Outre la présentation de ses vers de poésie et une installation de volumes géométriques spécifiquement conçue pour le M, “Thank you silence” inclut ainsi d’étranges horloges en vitrail, la série de sculptures d’oiseaux en bronze primitive et la série “Nude”, composée de sculptures hyperréalistes.
 
Ugo Rondinone conçoit toujours une exposition à la manière d’une œuvre d’art totale qu’il aime décrire comme un paysage onirique destiné à entraîner le spectateur dans une autre réalité. C’est encore le cas avec “Thank you silence”. L’artiste manipule habilement les références au temps et à l’espace guidant le visiteur dans l’exposition. Des sections de salles sont ainsi transformées en structures architecturales monumentales, certains murs sont recouverts de matériaux nouveaux et les fenêtres sont obstruées, la lumière ne filtrant qu’à travers les vitraux de ses installations… il s’en dégage une atmosphère onirique étrangement sereine qui se retrouve dans les différentes séries d’œuvres exposées.
 
Les sculptures hyperréalistes constituent des arrêts sur image : ces moulages de corps d’hommes et de femmes plongés dans leurs pensées semblent en mesure de s’animer à tout moment. Cette tension entre sommeil et veille, entre vie et mort, suscite une réflexion sur le caractère fragile de l’existence humaine. Les quatorze personnages grandeur nature en cire, repliés sur eux-mêmes, sont assis à même le sol parmi les visiteurs. Les yeux fermés et les membres fragmentés, ils sont absorbés dans leur monde intérieur comme “Le Penseur” de Rodin. Ils paraissent vivants, sans l’être pour autant… La série “Nude” de Rondinone se situe dans la lignée de plusieurs installations plus anciennes dans lesquelles l’artiste se mettait lui-même ou des clowns en scène dans une attitude similaire.
 
Les 59 oiseaux en bronze de “Primitive” constituent le premier groupe d’une triple série de sculptures animalières comportant également des chevaux (primal) et des poissons (primordial). Le positionnement arbitraire des sculptures par Ugo Rondinone donne la sensation qu’un groupe d’oiseaux vient de se poser sur le sol. Cette première impression d’être face à des oiseaux craintifs prêts à s’envoler à tout moment fait toutefois rapidement place à celle d’une installation sculpturale plutôt statique : les oiseaux modelés à la main par l’artiste à raison d’un par jour ont en effet été coulés dans le bronze. Les empreintes de doigts de Rondinone sur les sculptures sont autant de témoignages du processus créatif.
 
Cette mise en évidence de la présence de la main de l’artiste n’est pas une nouveauté dans l’œuvre de Rondinone qui a déjà fait appel à ce procédé pour les séries de masques sculpturaux “Sunrise” et “Moonrise” en 2004 notamment. Il ne s’agit dès lors plus de hasard si chaque oiseau de la série “Primitive” porte un titre faisant référence au cosmos ou à des phénomènes naturels comme la lune, la brume, un arc-en-ciel, un nuage, une montagne, la voie lactée, le feu ou l’eau. En dépit de nettes différences d’aspect et de réalisation (bronze/cire, modelage intuitif/moulage sur un corps humain), les séries “Primitive” et “Nude” sont très proches dans leur essence : une réflexion poétique sur la banalité et la fragilité de l’existence.
 
“Thank you silence”, du 27/06 au 06/10 au Musée M de Louvain. Infos : m@leuven.be et 016.27.29.29
 
 
Ph.: Ugo Rondinone

Les commentaires sont fermés.