Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

23/06/2013

Une tradition populaire et adoptive

La Libre, Momento, Autoportrait, Nicolas Géal, TooneNicolas Géal – Toone VIII est acteur-marionnettiste et directeur du Théâtre royal de Toone. C’est lui qui met en scène les spectacles de marionnettes traditionnelles destinés aux adultes et aux familles.

En 2007, il a été élevé au titre de Bruxellois de l’Année, section culture.

NICOLAS GEAL EB 6 DATES

26 avril 1980 : Naissance à Uccle.

15 septembre 1992 : J’entre à l’Ecole européenne d’Uccle où je vis d’emblée la multiculturalité. Inscrit dans la Section franco-belge, l’anglais est la langue véhiculaire de l’établissement.

1998 : J’obtiens mon Baccalauréat et je me prépare pour l’examen d’entrée au Conservatoire royal de Bruxelles. Je débute dans la classe de Déclamation de Charles Kleinberg, que je poursuis à terme. Dès la deuxième année, j’intègre simultanément la classe d’Art dramatique de Michel de Warzée.

2002 : Fraîchement sorti du Conservatoire, je joue le rôle de Pierre dans “Roméo et Juliette” de William Shakespeare, mis en scène par Daniel Hanssens au château du Karreveld. Nous avons travaillé, ou plutôt “sukkelé”, sur cette pièce pendant 6 mois. Néanmoins, mon rôle a été salué par une presse enthousiaste et, par la suite, j’ai adapté cette pièce pour marionnettes. Cette adaptation m’a valu le prix de Bruxellois de l’Année, une emblématique statuette de Manneken-Pis que m’a remise Fadila Laanan, ministre de la Culture.

2006 : Je joue avec mon père à Moscou “Geneviève de Brabant”, opéra pour marionnettes d’Erik Satie, accompagné au piano par l’inoubliable Pierre-Alain Volondat.

2008 : A Kuala Lumpur, en Malaisie, dans le cadre du développement des relations commerciales, je joue en anglais, avec ma troupe, “Les Trois Mousquetaires” d’Alexandre Dumas, pièce fétiche des Toone.


UN EVENEMENT DE MA VIE

Le 10 décembre 2003, je suis adoubé Toone VIII par mon père V. José Géal – Toone VII. Comme le veut la tradition de notre Théâtre qui existe depuis 1830, chaque Toone est choisi et formé par son prédécesseur. C’est pourquoi nous parlons d’une tradition “populaire et adoptive”. Pourquoi ces termes ? Parce que le meneur du jeu est non seulement adopté par son prédécesseur mais également par son public populaire, car sans public, pas de théâtre.
Dans le passé, le jugement était sans appel quand les spectateurs déclaraient en bruxellois : “Dââne kan ni speile” (“celui-là ne sait pas jouer”).
A l’instar des chevaliers médiévaux, j’ai été adoubé Toone VIII par mon prédécesseur, genou en terre, l’épée du personnage de Charlemagne sur mes épaules, en présence de Pierre-Alain Volondat qui a posé la couronne des Toone sur ma “kââtje”.
Cette mémorable soirée s’est déroulée en présence de Freddy Thielemans, bourgmestre de Bruxelles-Ville, de mes professeurs du Conservatoire de Bruxelles, de directeurs de théâtre et des dirigeants de différentes confréries folkloriques de la capitale. Bref, un panel de “chochetés”.


UNE PHRASE

"J'emmerde l'art.", Erik Satie
Dans mon adolescence, j’exhibais cette profession de foi sur un T-shirt que je portais au Festival d’Avignon, où j’allais chaque année en compagnie de mes parents et de mon frère.


TROIS LIVRES

“Dracula”, de Bram Stoker
Ce livre a marqué mon adolescence et m’a initié à la littérature fantastique dont je suis féru. J’ai introduit le fantastique dans le répertoire des Toone avec ce titre mythique. L’accueil du public fut excellent et m’a encouragé à poursuivre dans le genre, avec une adaptation que j’ai faite pour Toone du “Docteur Jekyll et Mister Hyde” de Robert Louis Stevenson.

“Le Comte de Monte-Cristo”, d’Alexandre Dumas
Auteur fétiche du répertoire des Toone depuis le XIXe siècle, Alexandre Dumas nous emmène avec son héros Edmond Dantès dans le roman de la vengeance et des passions humaines qui gouvernent malheureusement encore de nos jours l’humanité.

“Mort sur le Nil”, d’Agatha Christie
Enquête du commissaire belge Hercule Poirot, né de l’imagination de la très British Agatha Christie. J’étudie pour le moment la possibilité d’introduire avec cette œuvre le polar dans le répertoire de Toone.


TROIS VILLES

Rome
Berceau de la civilisation latine, où la grandeur du passé côtoie le quotidien du XXIe siècle. Quand je me promène dans cette ville séculaire, j’ai l’impression de voir à chaque carrefour surgir Federico Fellini et son génie populaire.

Moscou
Ville où je retrouve mes amis et d’incontrôlables parties de fous rires.

Gand
Ville natale de mon parrain, qui m’en fait découvrir chaque recoin, et dont les Gentse Feesten annuelles sont un gage de bonne humeur et de facéties de son héros local, Pierke-Pirlala, cousin de notre Woltje.


TROIS FILMS

“La liste de Schindler”, de Steven Spielberg
Connu jusqu’alors pour ses films de divertissement, Steven Spielberg plonge dans ses racines juives pour raconter l’histoire d’Oscar Schindler, industriel allemand, membre du parti nazi. Ce dernier fabriquait des armes en exploitant une main-d’œuvre de juifs déportés. En observant l’univers concentrationnaire, il a un éveil de conscience et s’acharne à sauver ses travailleurs adultes et enfants. Grâce au témoignage des survivants, Oscar Schindler sera, après-guerre, reconnu “Juste parmi les Justes”.
Je suis d’autant plus sensible à ce récit que mes grands-parents, Fernand et Jeanne Géal, au péril de leur vie, ont caché, durant la guerre, une dame juive et sa fille dans leur domicile au centre de Bruxelles. Suite aux témoignages des rescapées, mes grands-parents ont reçu, en 1980, à titre posthume, le diplôme et la Médaille de Reconnaissance du Comité d’Hommage des Juifs de Belgique 1940-1945, lesquels ont été remis à mon père. Tourné il y a vingt ans, le film de Spielberg a été couronné de sept Oscar et fait maintenant l’objet d’une version restaurée dont je me réjouis.

“La folie des grandeurs”, de Gérard Oury
D’abord, parce que j’apprécie le talent et le professionnalisme de Louis de Funès dont la filmographie est une leçon de comédie. Ensuite, car ce film est un pastiche du “Ruy Blas” de Victor Hugo et que la forme parodique est le genre par excellence du répertoire des Toone qui, sans jamais être vulgaire, revisite les classiques. C’est ainsi que ce Grand d’Espagne est rebaptisé chez nous “Ruy Blaes”, du nom d’une voie populaire Bruxelloise, clin d’œil au berceau des Toone dans les Marolles.

“Le Seigneur des anneaux”, de Peter Jackson
Inspirée du roman de J. R. R. Tolkien, cette trilogie cinématographique est une référence culte au genre fantastique que j’affectionne. Son imaginaire riche et son innovation en matière d’effets spéciaux constituent un tournant dans l’histoire du Septième Art.


UNE DATE

Le 16 novembre 1989
La chute du mur de Berlin, qui va redessiner la carte de l’Europe, est une formidable illustration de la liberté individuelle et de la conscience collective.


Ph.: Christophe Bortels

Les commentaires sont fermés.