Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

07/07/2013

400 ans d'Histoire sur l'eau

La Libre, Momento, Escapade, Amsterdam, canaux, 400 ansAmsterdam célèbre les 400 ans de ses canaux, un événement mis en lumière par le musée “Het Grachtenhuis” dédié à l’histoire de l’un des plus beaux projets urbains de notre monde.

Au fil de l'eau: Sonia Johnson


LES CANAUX DE LA VILLE d’Amsterdam traversent fidèlement son centre historique et représentent le cœur de son expression, de sa puissance, de son énergie bouillonnante. Pas un événement public ou privé sans qu’ils ne se parent de fleurs ou de neige. Les enfants néerlandais apprennent même très tôt à nager pour prévenir toute baignade impromptue. Oui, les canaux d’Amsterdam peuvent inspirer de nombreux amoureux et poètes. Au fil des ans, ils sont devenus la parfaite raison d’un pique-nique flottant entre amis, le lieu d’acclamations des plus prestigieuses personnalités comme la famille d’Orange ou saint Nicolas, le passe-temps favori de tous les passionnés de patins dès que la glace se fait assez solide pour les accueillir. Les canaux d’Amsterdam s’empruntent le jour, la nuit, à pied, à vélo, en calèche ou en bateau et, à chaque fois, ce même émerveillement fige touristes et habitants, fascinés devant tant de beauté. Les canaux d’Amsterdam ont même dans leur caractère une pointe de vanité depuis que l’Unesco les a hissés au rang de son patrimoine mondial. Grâce à leurs habitations prestigieuses et leurs jardins verdoyants, grâce à leurs ponts illuminés à la nuit tombante, ils ont transformé la ville d’Amsterdam en “petite Venise du Nord”.

Ce qui rend le quartier des canaux si intéressant”, confie Vincent Verkoelen, “c’est que l’on n’a jamais une vision infinie, au contraire des Grands Boulevards accompagnant l’extension de Paris, par exemple. Grâce à cet arc de cercle, formé par les canaux, qui apporte toujours une sensation d’intimité, la ville d’Amsterdam a le charme réservé habituellement aux villages”. Depuis 12 mois maintenant, Vincent Verkoelen est le directeur du musée “Het Grachtenhuis” où l’interactivité et l’utilisation extensive du multimédia ont été récompensées aux Pays-Bas en 2012. Sa passion se ressent le long de la visite des majestueuses pièces de cette ancienne maison bourgeoise, entièrement restaurée. 1613-2013, il aura donc fallu 400 ans pour que les canaux d’Amsterdam, grâce à l’un de leurs habitants, ne se voient offrir un musée, sans aucune aide financière du gouvernement ou de la municipalité. Après seulement une petite année d’ouverture, ce ne sont pas moins de 50 000 visiteurs qui découvriront leur Histoire en 2013.

Puissance internationale commerciale, culturelle et intellectuelle, la ville d’Amsterdam connaît une première extension dans les années 1580. Le XVIIe siècle voit la réalisation d’un développement urbain jamais égalé auparavant, la création d’une véritable “ville port” permettant de quadrupler la superficie de l’agglomération. De nombreux échanges commerciaux ainsi que les revenus individuels des particuliers, largement supérieurs à ceux des plus grandes capitales européennes, vont permettre de bâtir des habitations d’une haute qualité architecturale. Un arc concentrique de canaux donne naissance au Herengracht (le canal des Seigneurs), au Keizergracht (le canal des Empereurs) et au Prinsengracht (le canal des Princes, et le plus long) destinés à la haute bourgeoisie. Plus à l’Ouest, le quartier du Jordaan accueille ouvriers et petits artisans. Les maisons des canaux, construites sur pilotis, ont souvent une façade penchée pour monter les objets sans endommager les fenêtres. Cette inclinaison, limitée à 1,25 m dès 1565, suscite toujours l’étonnement. “Ce quartier était aussi très vert”, raconte Vincent Verkoelen, “on ne pouvait construire que sur une surface définie et limitée des sols. Le reste devait absolument être aménagé en jardin. Voilà pourquoi entre deux canaux, on trouve d’aussi beaux espaces verts”. Tous les ans, durant le 3e week-end de juin, environ 30 jardins privés sont ainsi ouverts au public qui découvrira une partie de la vie des habitants.

Près de 1300 ponts ornent plus de 150 canaux bordés par des maisons flottantes ou des péniches. Françoise Mouly est française et son mari néerlandais. Le choix de la maison bateau, en 2011, a tout d’abord été dicté par leur chien. Arrivé à l’âge de la retraite, il ne pouvait pas grimper les fatidiques escaliers des appartements amstellodamois, et le couple refuse l’obscurité des bas étages. Au fil du temps, un véritable attachement accompagne ce mode de vie sur l’eau, très prisé et attrayant. “Surtout pour la lumière”, s’enthousiasme Françoise, “le reflet de l’eau qui scintille apporte une plus grande luminosité. L’eau qui bouge est d’une grande beauté avec des mouvements toujours différents. La neige est aussi très belle, touchant l’eau dans un léger tourbillon blanc. Et la venue de la glace, petit à petit, apporte une note insolite, presque inquiétante : on a l’impression de perdre son identité maritime”. Françoise apprécie aussi ses relations de voisinage, conviviales, avec les humains, mais aussi les animaux. Canards, cygnes, hérons, poules d’eau et autres mouettes viennent la saluer au quotidien.


La Libre, Momento, Escapade, Amsterdam, canaux, 400 ansLe musée
La ceinture des canaux d’Amsterdam, répertoriée depuis 2010 dans les merveilles du patrimoine mondial de l’Unesco, peut se vanter de posséder depuis 14 mois son propre musée. L’expérience multimédia au sein du “Het Grachtenhuis” est interactive avec 6 pièces dédiées à l’Histoire et l’architecture des canaux, du XVIIe siècle à aujourd’hui. Grâce à de multiples expériences visuelles et auditives, le visiteur est aussi projeté dans la vie des prestigieuses habitations du canal. Une vue imprenable sur un jardin verdoyant permet une évasion complète.


Ph.: Geert Snoeijer & Thijs Wolzak

Les commentaires sont fermés.