Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

04/08/2013

Roosendael sur un air d’insouciance

La Libre, Momento, Vie de château, RoosendaelL’abbaye du Val des Roses à Wavre-Sainte-Catherine près de Malines est un exemple réussi de réaffectation au profit de la jeunesse.
 
Philippe Farcy


ON VOUS PARLAIT JEUDI PASSÉ en pages Economie de “La Libre Belgique” des liens tissés entre Flandre et Wallonie à travers le parc de Roosendael (Val des Roses) à Wavre-Sainte-Catherine, et en particulier d’un pont. Ce pont est un bien sympathique prétexte pour évoquer ce lieu jadis remarquable dont la réaffectation en faveur de jeunes, chrétiens ou non, est une aubaine.
 
 
Alphonse Wauters a donné dans son “Histoire des environs de Bruxelles” tous les éléments d’archives pour ce lieu agreste. Vers 1220, un des fils de la dynastie des Berthout de Malines, Egide, qui possédait des terres immenses par ici, mit quelques lopins à disposition de deux religieuses d’abord et bien plus ensuite. L’abbaye, dépendante de celle de Villers-la-Ville, prospéra comme tant d’autres et souffrit pareillement. Ce fut le cas en 1567 quand une foule de Malinois vint tout saccager pour des raisons peu claires pour nous. On reconstruisit. En 1576, rebelote. Tout fut démoli par des soldats espagnols. En 1578, des Allemands achevèrent l’œuvre. Les religieuses partirent à Bergen-op-Zoom, puis à Clèves, puis à Liège et ensuite à Chênée, et revinrent ici en 1586. En 1787, Roosendael comptait trente religieuses, treize converses et trois prêtres. Un pensionnat y fut ouvert, pour les jeunes filles, en 1783.
 
Sous l’effet de la Révolution, l’abbaye et son église furent détruites; il ne resta que ce que l’on connaît aujourd’hui. Monsieur de Meulenaer en fit l’acquisition, puis le domaine passa à son gendre de Knyff. Et ensuite à d’autres privés. Paul Van Schoors, président de l’ASBL “Roosendael”, nous disait que “l’ancienne résidence de l’abbesse fut transformée en château néo-classique”. La demeure fut bombardée par l’armée belge au début de la Première Guerre mondiale, étant donné que les Allemands, qui avançaient vers Anvers, y avaient installé un quartier d’officiers. Le château n’a jamais été reconstruit, mais fut remplacé par une villa, de style cottage anglais, bâtie en 1920 (c’est l’actuel “Landhuis”).
 
La dernière propriétaire, dame célibataire, a légué le domaine à l’archevêché de Malines en 1958. Une clause dans le testament disait que la propriété devait servir à la jeunesse. Cela fut fait. A partir de 1960, des groupes de mouvements de jeunesse y bivouaquèrent. Mais tous les bâtiments dans le domaine étaient en fort mauvais état, il n’y avait plus d’entretien structurel depuis la Deuxième Guerre mondiale. En 1981, l’ASBL “Roosendael” a été créée et a repris la gestion de la propriété (par bail emphytéotique). Avec des subsides du Commissariat général au Tourisme (devenu “Toerisme Vlaanderen”) et le soutien financier du propriétaire religieux, l’ASBL a entièrement rénové le “Landhuis” (2 millions d’euros, en 2010). Elle en a fait un Centre d’accueil pour jeunes; la bâtisse est adaptée aux besoins actuels en matière de sécurité incendie et hygiène.
 
En 1987, grâce aux efforts de l’ASBL, les bâtiments furent classés monuments historiques. L’ASBL a réalisé la restauration de la Remise (2,6 millions en 2006) et celle de la Porterie (800 000 € en 2002). En 1995, l’ASBL Roosendael a également restauré le “Pest-huis” (450 000 €). Voilà donc une œuvre achevée sur le plan architectural.
 
Toutefois, en 2004, l’archevêché a vendu la propriété à l’ASBL “Kempens Landschap”, qui a acquis et qui gère un certain nombre de propriétés dans la province d’Anvers. Il était clair que l’entretien et la restauration entière de Roosendael étaient une charge trop lourde pour l’ASBL “Roosendael” et pour l’archevêché. Le coût total depuis trente ans fut de neuf millions d’euros.
 
 
Paul Van Schoors de préciser encore : “Grâce à une excellente collaboration entre les deux ASBL, on a pu profiter au maximum des subsides (de Toerisme Vlaanderen, des Monuments et Sites, et de l’Europe), et on a réalisé la restauration entière du Patrimoine bâti entre 2004 et 2013. Il y a aussi un plan général d’aménagement du Parc historique, qui est en voie de restauration pour l’instant (et le sera dans les années qui viennent). On a déjà réalisé la reconstruction du pont d’entrée, la restauration de la glacière et l’aménagement d’un verger à l’ancienne.”
 
Edouard Vermeulen (Natan) habite dans la même région. Nul doute qu’il jeta des regards apaisés et heureux sur un tel retour à la vie.
 
 
Ph.: Ph.Fy.

Les commentaires sont fermés.