Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

11/08/2013

Dans la maison des Bretons…

La Libre, Momento, Tendances, design, Bouroullec, Arts Decos, ParisAux Arts décos à Paris, on entre dans l’une des “maisons témoins” du design contemporain. De prime abord presque simple, cet espace de vie, reproduit ici au musée, est en fait très réfléchi.
 
Erwan et Ronan Bouroullec – deux Bretons qui ont réussi dans le dur métier de dessiner des objets
en adéquation avec leur époque – imaginent une maison du XXIe siècle. Petit tour du propriétaire.
 
J’ai testé pour vous: Aurore Vaucelle, à Paris


TOUT UN CHACUN est confronté au design quotidiennement, et pourtant, il n’a pas bonne presse, ou plutôt non, le design n’est pas tant mal-aimé qu’oublié. Comme si les objets que nous utilisons quotidiennement avaient été fabriqués ex nihilo et sans appréciation des nécessités culturelles et économiques du moment.
 
C’est en se promenant dans les allées du beau musée des Arts décos que l’on prend conscience de tout ce que recèlent les objets qui nous entourent. En regardant de plus près le travail de design des frères Bouroullec, dans le métier depuis quinze ans déjà, on comprend la réflexion qui s’opère chez eux deux pour traduire le monde actuel au travers de l’objet installé dans notre environnement.
Premier constat : le design des frères Bouroullec n’a franchement rien à voir avec ces tendances “design” qu’on observe dans les travées des magasins de déco. Ici, il est question de prendre en main la vie quotidienne. C’est ainsi que l’on remarque que leur travail est consacré moins à l’objet en lui-même qu’à l’espace de vie dans lequel celui-ci s’insère.
 
Les Bouroullec ont inventé plusieurs manières, simples et efficaces, de quadriller les espaces de vie. Une réflexion sur la notion d’espace disséqué qui n’est pas sans rapport avec les problématiques actuelles autour du manque de surface dans l’espace de vie – les Parisiens et autres habitants des grandes villes du monde à la grande densité de population et au coût de vie élevé y seront extrêmement sensibles. Avec le module “Algues”, on coupe l’espace mais on laisse passer la lumière. “Il en a été vendu 8 millions, et pourtant personne n’y croyait.” Les frères Bouroullec rappellent à notre consœur du journal “Le Monde” qu’autant en Orient qu’en Occident, il y a toujours eu cette tradition de cloisonner les espaces de vie, mais aussi les activités physiologiques : manger, dormir, se reposer… Avec “Clouds”, des modules imbriqués qui forment un mur en feutrine coloré, on peut monter à vitesse grand V une immense cloison (démo dans la nef de 12 mètres de haut du musée) qui coupera l’espace tout en créant une isolation phonique et sonore.
 
Plus loin, et dans un esprit pas si éloigné, le lit clos : un meuble et tout à la fois une architecture en soi. Si l’on reconnaît dans cet objet insolite leur marque de fabrique bretonne (le lit clos dans les fermes des campagnes bretonnes a été utilisé encore jusqu’au début du XXe siècle), il souligne une fois encore que le design est une manière de prendre en charge l’espace de vie.
 
Leur réflexion à ce niveau aura d’ailleurs interpellé l’éditeur de design suisse Vitra qui leur a demandé de se pencher non plus sur l’espace de vie intime mais sur le lieu de travail. En pleine époque de l’open space qui a été mis en place dans bien des entreprises pour maximiser les surfaces (mais aussi sans doute pour avoir un œil sur la productivité des troupes – Foucault le disait déjà dans “Surveiller et punir”, la fameuse vision panoptique), on sait aussi que cette vision de l’espace a mis en péril l’exercice de concentration propre au travail intellectuel mais aussi réduit les limites (entre collègues, entre tâches à réaliser) et ainsi poussé les travailleurs de bureau a être de plus en plus exposés.
Les Bourroulec imaginent des meubles pour ce type d’open space et recréent des espaces d’individualité modulables et facilement adaptables : dès qu’il s’agit d’organiser une réunion, on pousse des mini-murs qui s’enlèvent aisément.
 
On le voit à travers cette expo, le design est un moyen (mal connu pourtant) de redessiner l’espace que nous possédons tous, pour redonner du sens à nos activités.
 
 
“Momentané”, une expo d’Erwan et Ronan Bouroullec. Au musée des Arts décos, à Paris, jusqu’au 1er septembre. Infos : www.lesartsdecoratifs.fr
Bruxelles est à 1h22 de Paris, avec Thalys. Infos et réservations : www.thalys.com
 
 
Ph.: Studio Bouroullec

Les commentaires sont fermés.