Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

18/08/2013

N’est pas Doctor Fish qui veut !

La Libre, Momento, Bien-être, fish pédicureTrès en vogue, la fish pédicure ne serait cependant pas nécessairement efficace. Ni dénuée de risque, d’infections principalement. Le Conseil supérieur de la santé a dernièrement émis un avis défavorable.

 
Prudence ! Laurence Dardenne

UNE EXPÉRIENCE EXOTIQUE À tenter sans hésiter pour les curieuses pas farouches. Ou alors, à l’opposé, le genre de truc à faire frissonner d’horreur rien qu’à l’idée d’y penser. Lorsque la fish pédicure ou fish thérapie a débarqué chez nous, il y a quelques années maintenant, certaines s’y sont risquées avec, le plus souvent, un bonheur évident. Aujourd’hui, on compterait une centaine de lieux où il est possible de s’y essayer dans notre pays.

Le principe ? Faire tremper ses pieds jusqu’au niveau des mollets, voire ses mains ou même tout son corps, pendant 15 à 30 minutes dans une bassine ou un bassin d’eau rempli de… petits poissons gourmands, de type Garra rufa – appelés Doctor Fish –, friands de la kératine des cellules mortes présentes à la surface de la peau. Un moment “bien-être” agréable pour qui aime, mais qui est surtout censé se doubler d’un traitement s’apparentant à une pédicure traditionnelle.

Peut-on pour autant parler de thérapie ? Et, question subsidiaire, cette pratique est-elle bien sans risque, d’infection par exemple ? C’est à cette question qu’a voulu répondre le Conseil supérieur de la santé (CSS) qui, il y a peu, a publié un avis sur la question.

A la première question : soin esthétique ou thérapie médicale, les auteurs de la publication en question répondent qu’“il n’existe à ce jour aucune preuve scientifique de l’efficacité thérapeutique de l’ichtyothérapie – le nom plus scientifique de la fish pédicure – dans le traitement de maladies cutanées telles que le psoriasis et les dermatoses eczémateuses associées à une formation accrue de squames”. Et le CSS de bien insister sur le fait que, dès lors, “la fish thérapie ne remplace en aucun cas les traitements conventionnels de ces affections”. Qu’on se le tienne pour dit.

Voilà pour ce qui en est de l’efficacité. Mais qu’en est-il de l’innocuité ? Les experts du groupe de travail qui s’est penché sur la question sont prudents. Pas alarmistes pour autant. “Bien que vraisemblablement faible, indiquent-ils, le risque d’infection (parfois grave) lié à la fish pédicure, dont l’eau et les poissons peuvent être les vecteurs, ne peut être exclu.”

Et d’ajouter, outre les risques de contamination des poissons à l’homme et de l’eau à l’homme, un autre risque, celui de l’homme à l’homme via l’eau, en l’occurrence la transmission d’un client à l’autre d’infections des pieds, de types mycoses ou verrues, qui “relève également des possibilités”, avertit le CSS. Il est clair que l’on ne déverse pas dans le bassin à poissons les produits chlorés, notamment, qui permettent de désinfecter les piscines et de se prémunir, dans une certaine mesure, de telles infections. Celles-ci peuvent être tant bactériennes, virales que parasitaires. “Il a été prouvé que l’eau d’un bassin contient une grande variété de bactéries, précise à ce sujet le CSS. Cette eau est chauffée pour maintenir une température de 25 à 30°C (souhaitable pour la santé des poissons), ce qui favorise également la croissance bactérienne et augmente aussi la porosité de la peau en cas d’immersion prolongée et donc indirectement les infections cutanées potentielles<.”

En outre, il convient de souligner que certaines personnes s’avèrent plus à risque que d’autres. (Voir plus bas.)

En conclusion, hé bien le CSS a, ni plus ni moins, émis un avis défavorable au sujet de la création ou du maintien de tels centres en Belgique, tenant compte du risque certes faible mais non négligeable et de l’absence de preuve d’efficacité. “L’utilisation des poissons à des fins cosmétiques n’a qu’un effet limité, mais s’inscrit plutôt dans la recherche de sensations particulières, estiment les experts consultés. Il n’existe donc aucun motif scientifique raisonnable permettant de justifier une pratique qui représente une source de stress pour les poissons.” A ce propos, un avis complémentaire du Conseil du Bien-être des animaux devrait d’ailleurs être demandé concernant le stress occasionné, jugent les auteurs du rapport.

Alors qu’aucune réglementation ou législation spécifique en la matière n’existe, le CSS a recommandé aux autorités d’interdire, purement et simplement, la fish pédicure en Belgique. “Si les autorités devaient toutefois opter pour une autorisation du traitement, indique l’avis du CSS, elles devraient informer les clients potentiels et prévoir un certain nombre de mesures contraignantes pour les centres offrant ce type de prestation. Dans ce cas, le CSS prône des prescriptions d’hygiène strictes par l’introduction notamment de critères légaux et d’une formation minimale pour les exploitants.”

Il faut savoir qu’aux Etats-Unis, notamment, la méthode a été bannie dans 18 Etats par la Board of Cosmetology de l’Etat concerné sur base d’infraction aux règles applicables aux soins de beauté, que ce soit en raison d’équipements inappropriés utilisés sur les lieux de travail qui ne peuvent pas être désinfectés, du fait que les animaux, les poissons, sont interdits dans les salons cosmétiques ou qu’il soit question de la problématique du bien-être animal qui n’est pas pris en compte.


Personnes à risque

Selon l’avis du Conseil supérieur de la santé, le risque d’infection est plus important chez les personnes :
– immunodéficientes (greffées ou sous chimiothérapie);
– porteuses du virus du Sida ou des hépatites B ou C;
– souffrant de diabète, eczéma, ulcère de la jambe, dermatite ou psoriasis. Aux patients porteurs de ces affections, il est recommandé de consulter un médecin.
Par ailleurs, note encore le CSS, l’épilation à la cire ou le rasage des jambes au cours des dernières 24 heures avant la fish pédicure ainsi que la présence de plaies ouvertes constituent des facteurs de risque. Autant savoir…


Ph.: Anne-Sophie Bost/Oredia/Reporters

Les commentaires sont fermés.