Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

15/09/2013

Anvers fait sa Fashion

La Libre, Momento, Tendances, circuit mode, AnversA l’occasion du Fashion Festival qui a lieu ce week-end – qui fête également les 50 ans de l’académie de mode d’Anvers –, on vous emmène en virée dans la plus fashion des cities belges. A la découverte de belles choses.

Visite guidée: Aurore Vaucelle
Reportage photo: Johanna de Tessières


S’IL Y AVAIT UNE MANIÈRE plutôt qu’une autre d’aborder Anvers, ce serait par le train. La Gare centrale d’Anvers, dans ses dimensions majestueuses, a des airs de la Saint-Pancras londonienne. “Bienvenue”, semble-t-elle dire aux visiteurs. Le quartier de la gare lui-même n’est pas un lieu à fréquenter. Non pas qu’il soit mal famé, mais en fait, il est rempli à craquer de bijoutiers et diamantaires. Passez donc votre chemin sous peine de voir votre bourse attaquée (vous pourriez vous-même vous prendre la main dans le sac).

Mais puisqu’il s’agit d’une virée shopping, tâchons, à tout le moins, de garder quelques piécettes dans notre porte-monnaie jusqu’aux quartiers branchés. Il faudra donc prendre la direction du Meir, piétonnier agréable couvert de grandes enseignes, que l’on remontera tranquillement. Parmi ces grandes enseignes, tout n’est pas à dénigrer. A la croisée du Meir et de Kipdorpvest, un arrêt dans la très belle boutique Art déco qui accueille à l’heure actuelle les marques In Wear/Matinique, où l’on trouve de belles matières et des coupes nettes. Sans compter que Matinique propose des pièces masculines dans lesquelles tous les hommes deviennent beaux (faites l’expérience avec votre compagnon).

Mais ne vous arrêtez pas en si bon chemin, passez la statue du peintre Antoon Van Dyck que tout le monde ignore, il faut bien le dire (n’était-il pas assez hipe comme artiste); un rapide arrêt émerveillé sous la coupole dorée de la galerie couverte Stadsfeestzaal, érigée en 1908, puis l’on poursuit la remontée du Meir, on passe Urban Outfitters, à droite, Swarovski, à gauche, puis l’on arrive au carrefour Sainte-Catherine.

Ici, attention aux trams et aux odeurs de pâtisserie, continuez d’un bon pas, tournez à gauche dans la Wiegstraat, résistez à la carte du resto Monico et aux magasins de chaussures qui jonchent la rue. Arrivé sur une jolie placette, on ne manquera pas d’être happé par les couleurs vives des robes de chez Talking French (5, Korte Gasthuisstraat). Potentiellement délesté de quelques sous, on ira en face faire un tour chez le chausseur anversois diabolique (il possède tous les modèles dont vous rêviez, si ! si!, c’est vrai); il se nomme Monar, et a même son propre site Internet (monar.be), histoire de vérifier tout ce qu’il a en stock avant de se déplacer.

Vous voilà dans la rue des Lombards, et là, vous risquez de ne pas en sortir indemne. Au 56, sur la gauche, une boutique dédiée aux robes de filles, j’ai nommé Sienna. La sélection de la vendeuse est un piège : tout est beau pour un prix copain. En face, au 48, plus onéreux, mais pas moins attirant, les grands créateurs étalent leurs talents. Il faudra donc s’extirper rapidement de ce tronçon diabolique, atteindre l’air libre, se croire sauvé… Puis tomber dans le guet-apens successivement dressé par les boutiques “Louis”, “Filippa K”, ou encore “Step by Step”. Chez ce dernier, l’accueil est confié à une cinquantaine de belles blondes ultra-stylées – bon, d’accord, ce sont des poupées 29 centimètres qui portent toutes le même prénom : Barbie. On consentira à y entrer.  Et puis, (enfin !) la rue des Lombards s’achève, notre porte-monnaie a essuyé l’équivalent d’un essai nucléaire maritime. Il ne reste plus rien dans le fond. Ça tombe bien, on arrive devant le musée de la mode (MoMu). D’abord, vive la culture. Et surtout au MoMu, même si ce que l’on voit nous plaît, on ne pourra pas l’acheter.

A L'AGENDA DES MODEUX

“Happy Birthday Dear Academie !”, au Mode Museum d’Anvers, jusqu’au 16 février 2014. Plus d’infos : www.happybirthdaydearacademie.be

Le MoMu fête à sa manière les 350 ans de l’Académie royale des Beaux-Arts d’Anvers. En mettant en lumière le travail et la patte de la section mode qui, quant à elle, fête ses 50 ans. On reviendra sur la visibilité internationale de cet enseignement dans le milieu de la mode. On en reparlera la semaine prochaine en rubrique culture de “La Libre Belgique”.

EN PHOTOS

La Libre, Momento, Tendances, circuit mode, Anvers

Dans la vitrine de la boutique Dries Van Noten, les couleurs et motifs s’entrechoquent avec talent. Exactement comme au défilé. Les passants, tous ultra-sapés, s’arrêtent l’air intéressé.
En faisant demi-tour pour longer le Mode Museum, on atteint les vitrines du chic magasin Renaissance où les plus grands noms de la mode se côtoient. Difficulté pécuniaire ? On traversera alors la rue : dans la Drukkerijstraat, deux arrêts à faire, tous deux de grand intérêt, “Who’s that girl” un poil pop et “Homeland Sissi Boy” un poil kitch.


La Libre, Momento, Tendances, circuit mode, AnversLa boutique vintage “Think Twice”, Kammenstraat, 85, où ceintures en cuir à quelques euros et foulards colorés ont donné envie de fouiller un peu. On a essayé des grands pulls eighties un peu curieux et des robes fifties difficiles à renier. En face, un magasin de design ultra-peps et un vendeur de chaussures, “Zappa” (au n°79), plutôt inspiré dans ses choix : modèles confortables et prix qui ne s’envolent pas au plafond – témoignage possible à ce sujet pour les plus sceptiques.


La Libre, Momento, Tendances, circuit mode, AnversAu numéro 16 de la rue Nationale, la très belle boutique du créateur anversois Dries Van Noten, d’obédience Art nouveau. Y entrer pour le plaisir d’observer le mobilier, la facture de l’architecture et les pièces de la collection, véritables bijoux d’architecture elles aussi.

Les commentaires sont fermés.