Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

30/09/2013

Dans le vent, les graminées

La Libre, Momento, Dehors, jardin, graminéesA l’automne, elles resplendissent. En vogue, faciles et sans entretien, elles ont le sens du spectacle.

Plantations: Marie Pascale Vasseur et Marie Noëlle Cruysmans

LES GRAMINÉES SONT incontestablement au goût du jour. Les jardiniers paresseux et pressés les ont adoptées et ne peuvent plus s’en passer, séduits par leur graphisme, leur élégance et leur transparence. Leur modestie et leur simplicité les charment. Sachant qu’elles comptent parmi les plantes les plus durables et qu’elles peuvent rester des années en place, elles deviennent à la fois indispensables et précieuses. Peu sensibles aux maladies et résistantes au vent, elles assurent une certaine continuité au jardin toujours aussi beau à la fin de l’année.
 
Elles se prêtent à tous les rôles. Elles tempèrent les couleurs chaudes de la fin de l’été. Leurs épis remplacent les fleurs qui fanent, qui s’effondrent et finissent par tirer leur révérence. Aériennes, les graminées soufflent le naturel, allègent les compositions pataudes, bougent au gré du vent, bordent les parterres, garnissent le pied d’un arbre, marquent le détour d’une allée… Selon les espèces, en fonction de leur hauteur, de 10 cm à 2 m, et leur forme, des touffes souples dressées ou étalées. Plantées en grand nombre, elles forment alors des ondulations souples qui n’ont pas leur pareil pour embellir un talus souvent difficile à planter.
 
 
Présentes dès le milieu du printemps, elles ne forment de belles touffes qu’à partir de juin, juillet. Mais c’est vraiment au début de l’automne qu’elles prennent leur revanche, explosent, vagabondant parmi les vivaces et les arbustes. Un look de prairie américaine. La palette des teintes est alors assez subtile. Un véritable kaléidoscope. Tout en nuance dans les verts, beiges, paille, bruns et roux avec des touches ou des panachures de doré, crème et rouge. Elles accompagnent les tiges desséchées des plantes vivaces lorsqu’elles ne sont pas nettoyées par le jardinier trop prévenant. Beaucoup d’inflorescences séchées méritent en effet d’être maintenues au jardin. Gardant des couleurs intéressantes, leur silhouette accroche la lumière et plus tard le givre qui transforme les bruns de l’automne en une féerie de gris et de blanc. Au début de l’hiver, elles opposent leur allure fragile aux masses solides et foncées des végétaux persistants dominants à cette saison. Tels les ifs et autres buis. Leurs chaumes et leurs épis jouent avec la lumière rasante et accrochent le givre. Un vrai régal à contre-jour !
 
 
Mode d'emploi
 
Il est préférable de planter les graminées au printemps ou en été, lorsqu’elles sont en pleine végétation. Elles s’enracineront mieux avant l’hiver. Ne les plantez pas trop serré, la plupart des espèces sont vigoureuses et s’étalent largement en touffes amples. L’effet de souplesse et de mouvement dans le vent ne serait pas le même. Inutile de les nourrir, elles ont besoin de souffrir pour être belles. On les taille après l’hiver, car la végétation protège les souches du froid et de l’humidité. Et bien sûr, pour ne pas se priver du spectacle de fin d’année et fournir aux oiseaux et aux insectes un abri hivernal. Dès le mois de mars à la cisaille, à quelques centimètres du sol avant que les jeunes pousses ne pointent leur nez. Faites de même avec les graminées au feuillage persistant appréciant d’être rajeunies. Après quelques années, il est utile de diviser les souches. Le printemps est idéal. Sortez la touffe de terre et coupez d’un grand coup sec à la fourche bêche. Avec deux fourches mises tête bêche, c’est parfois plus facile. Dans le pire des cas munissez-vous d’une hache pour les gros spécimens trop compacts. Jetez le centre et ne replantez que les parties extérieures, plus jeunes.
 
 
Ph.: MNC & MPV

14:03 Publié dans Dehors | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : la libre, momento, dehors, jardin, graminées | |

Les commentaires sont fermés.