Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

07/10/2013

41 mégapixels, c'est "photastique"

La Libre, Momento, Pixels, Nokia Lumia 1020Le Nokia Lumia 1020 embarque un capteur jamais vu sur un smartphone, shootant à 41 Mp. A quoi ça sert? Ça sert. Réponses…

Alexis Carantonis


IL EST ENFIN LÀ. L’UN DES smartphones événement de la rentrée, voire de l’année. Le Nokia Lumia 1020 est dans les bacs. Et, ce n’est rien de le dire, fait de l’œil aux avertis, photophiles…

Roi autodéclaré de la catégorie (naissante) des “photophones” (ces smartphones hyperdoués en photo), commençons par l’essentiel : le 1020 n’est, bien sûr, pas qu’un appareil photo. C’est avant tout un smartphone, au design sympa et désormais bien établi, pourvu d’un écran tactile de 4,5 pouces Super AMOLED HD, résistant aux griffes (verre Solid Corning Gorilla 3), utilisable même avec des gants (merci Nokia d’avoir mis sur le marché cette fonctionnalité toute bête, mais ô combien utile!).

Il est animé par Windows Phone 8, un OS mobile qui tarde à conquérir les cœurs face au duopole Android/iOS, mais qui représente une superbe alternative.

Stratégiquement, le 1020, nouvel étendard de la récente acquisition de Microsoft, est le nouveau vaisseau amiral de la marque. Il est au confluent du Lumia 920 (qui introduisait la stabilisation optique) et de l’expérimental Pureview 808, dont il reprend le capteur 41 Mégapixels, en en améliorant les failles.

Six lentilles, un objectif Carl Zeiss, un stabilisateur optique (qui permet d’éviter l’effet de tremblement lors d’une prise de vidéo, et de capturer plus longtemps la lumière, donc d’être meilleure lorsqu’elle se fait fuyante), un software de traitement d’image ultra-abouti et, bien sûr, le musculeux capteur BSI 41 Mégapixels donnent à ce smartphone son argument de vente n° 1 : l’excellence photographique. Ne nous mentons pas : elle est plutôt au rendez-vous.

Capturées dans le mode Nokia Camera Pro, les photos, après cropping, ressortent en 38 Mégapixels (et en 5 Mégapixels dans la galerie). L’intérêt ? Pas dans l’impression format affiche publicitaire. Mais dans le gain de qualité incroyable en matière de zoom. Vous pouvez zoomer très loin et très fort, en lossless, c’est-à-dire sans perte de qualité. On a fait le test avec un billet de banque : le résultat est tout bonnement incroyable, révélant une maille de détails insoupçonnés.

L’appli Nokia Camera Pro a d’autres atouts : elle permet d’adapter la sensibilité (ISO), la vitesse de l’obturateur, la luminosité et d’autres paramètres techniques via de petites molettes tactiles, en ayant une prévisualisation des changements sur l’image qu’on s’apprête à capturer. Jamais on ne s’était approché, si près, des réglages qu’on peut atteindre dans le monde photographique professionnel.

Les clichés, caractérisés par leur quasi-absence de bruit, sont d’excellente facture, très lumineux, mais avec une colorimétrie parfois perturbante, qui nous semble virer au vert. Le résultat est meilleur que sur deux références bien connues : l’iPhone 5 et le Galaxy S4. Mais le rendu n’est, en bonne luminosité, pas renversant non plus.

Dans l’obscurité, en revanche, le résultat est impressionnant : le 1020 écrase absolument toute la concurrence, réalisant les meilleures photos jamais tirées par un mobile dans la pénombre.

Le Nokia 1020 est un smartphone épatant, sans doute l’un des plus cruciaux, technologiquement parlant, de ces cinq dernières années. Sa technique (et son software) est ébouriffante. Le bémol, une fois encore, est dans le positionnement : le Lumia s’adresse aux amoureux de la photo, qui ont plus que probablement déjà un appareil de qualité au moins égale à ce que peut shooter ce “photophone”. Quant aux autres, ceux qui veulent “juste faire de belles photos”, on a l’impression que ce Lumia 1020 leur semblera suréquipé, donc pas adapté.

Bref, la niche à toucher est faible, ce ne sera pas un hit commercial majeur, mais le Nokia 1020 est une véritable innovation. A une époque où l’on nous vend l’arrivée de nouveaux coloris comme une innovation, ça fait fichtrement du bien. D’autant que, malgré son effort photophile impressionnant, le 1020, plus léger que son grand frère 920, malgré un bloc optique plus volumineux, coûte (beaucoup) moins cher que l’iPhone 5S... Mais 699 € tout de même (en noir, blanc ou jaune). Tout cela est trop huppé pour attraper les adeptes du partage d’images sur Instagram…

Les commentaires sont fermés.