Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

25/11/2013

La Bourgogne, entre espace et tourisme insolite

La Libre, Momento, Escapade, Bougogne, logements insolitesLa Bourgogne, région de France qui regorge pourtant de trésors touristiques et gustatifs, est traversée
par la diagonale du vide.

En balade: Sonia Johnson


Catheleijne van de Vegte et sa famille habitent dans le Morvan depuis bientôt 10 ans. Ce soir, malgré son large sourire accueillant, la femme aux multiples casquettes semble épuisée. Et pour cause. Année après année, sa petite entreprise MorvanVacances ne cesse de se développer. Tout a commencé avec l’aménagement d’un gîte pour 8 personnes, suivi de près par des habitations insolites, dans le camping Etang du goulot. “J’ai d’abord racheté une roulotte datant de 1920, qui venait d’Amsterdam, et je l’ai réinventée”, explique-t-elle en rassemblant ses souvenirs, “ensuite… le tipi est arrivé, puis les yourtes et, enfin, la cabane”. Elle propose aussi des séjours ludiques, comme un bivouac pour 24 personnes avec activité rafting. “J’ai fait des études de tourisme, et je voulais monter en France un projet innovant, mettre en avant mes compétences”, raconte cette Néerlandaise dans un français parfait. Pourquoi le Morvan ? “Pour les opportunités, l’espace, la qualité de vie.”
 
Et la femme d’affaires ne compte pas s’arrêter là, la demande est forte. Le tourisme en Bourgogne représente 6 % du PIB régional pour 22 000 emplois. Ces femmes entrepreneuses ravivent la région et font découvrir ses nombreuses richesses.
 
 
Parmi elles, la pétillante Emmanuelle Baillard et ses délicieux “nectars de Bourgogne”. A ses débuts, cette ancienne œnologue a bien eu besoin de conseils d’experts et d’accompagnement pour faire face aux cadres légaux, et à l’étiquetage nutritionnel. Aujourd’hui, sa petite entreprise compte 8 employés et réalise un chiffre d’affaires de 1 million d’euros. Son savoir-faire unique s’est intéressé initialement au cassis, et plus particulièrement à cette variété de la région, le noir de Bourgogne. Depuis, 21 références de fruits se sont ajoutées, dont la mirabelle de Lorraine ou encore la pêche de vigne. Un festival de saveurs avec, parfois, plus de 50 % de fruits dans les nectars. Son fameux chardonnay non vinifié pourrait presque faire oublier le traditionnel vin blanc. Il est utilisé depuis par certains restaurateurs. En plus d’une ouverture à l’international, elle veut proposer prochainement des circuits dans ses 7 hectares de vignes, et ouvrir une boutique vendant sa gamme de sirops, coulis, nectars, confitures et gelées. Une épice originale, le poivre de cassis, a même fait son apparition.
 
Pendant ce temps, Catheleijne et le gérant du camping Etang du goulot ne se lassent pas d’évoquer l’atmosphère familiale de l’été dernier. “Le camping est le dernier bastion d’une vraie mixité sociale et culturelle”, explique Jérôme Lequime, également professeur de philosophie. “Certains ont économisé toute leur vie pour s’offrir un camping-car et louer pour plusieurs jours un emplacement à 15 euros. D’autres ne sont pas des campeurs, mais veulent faire une nouvelle expérience avec les logements insolites.” Pour lui, le camping est une histoire de famille. Son père était le propriétaire de plusieurs lieux d’accueil dans la région. Mais Jérôme s’émerveille sans cesse des hasards de la vie que cette région favorise. Ce matin encore, il a pris en stop un retraité belge, parti à l’aventure depuis mars dernier. A pied. Aujourd’hui, il était un peu las. Son sac à dos pesait. Jérôme lui a offert transport et hospitalité. C’est aussi ça, la Bourgogne.
 
 
La Libre, Momento, Escapade, Bougogne, logements insolitesEn descendant plus au Sud, à une centaine de kilomètres de Lormes, notre retraité aura peut-être la chance de découvrir les maisons flottantes de Marielle Teyre-Kirat. Trois maisons en bois, sur un étang de 2,8 ha situé au Creusot, une ville industrielle rendue plus attractive grâce à ce projet. Lune d’Eau, au nom de nénuphar, est la plus lumineuse. L’espace peut accueillir de 2 à 8 personnes pour un prix allant de 850 à 1 200 euros/semaine, suivant les saisons. La pièce principale est longée par une grande baie vitrée. Et tout le monde est presque unanime : la nuit fut reposante. “Flotter apporte un sentiment de sécurité et de sérénité”, confirme Marielle, la fondatrice d’Aqualogis, né en 2005. “De plus, l’eau est un miroir qui démultiplie la lumière, et c’est ce que j’ai essayé de valoriser. J’accueille tous types de clientèle. Et c’est vrai que je vois beaucoup de gens stressés. Ils viennent ici juste pour se relaxer.
 
Marielle a trouvé son inspiration aux Pays-Bas, au Canada et en Suède. Mais elle voulait une structure innovante et une maison de bien-être. Quand on lui demande si du projet à la réalité, elle a parfois déchanté, sa réponse est sans hésitation : “Nous avons vraiment cogité et tout blindé au départ. J’en fais toujours un peu plus, de façon à être sûre d’affronter le moins de problèmes par la suite.” Bientôt, Aqualogis continuera à se développer sur d’autres étangs de la région. Cette experte européenne en habitat flottant voit dans ces habitations la réponse à toutes les catastrophes naturelles des zones inondées et inondables.
 
 
Ph.: S.J.

Les commentaires sont fermés.