Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

08/12/2013

Le jardin sous la couette

La Libre, Momento, Dehors, hiver, jardin, protectionHabillez votre jardin, il doit affronter l’hiver. Emmitouflez vos plantes, elles ne supportent pas toutes ses rigueurs de la même manière. Voici quelques bons plans.

Conseils de saison: Marie Pascale Vasseur et Marie Noëlle Cruysmans


OUI, IL EST BIENTÔT TEMPS de se reposer ! Mais il est encore le moment de fournir un dernier effort et de préparer la mise en hibernation du jardin. Combattre le froid et l’humidité, les principaux soucis du jardinier.

Pour commencer, mettez les voiles ! Ou pour nous, l’occasion de vous faire une petite apologie du voile d’hivernage qui promet aux plantes d’attendre douillettement le printemps. Qu’elles soient en pleine terre ou en pots. Vous l’aurez compris, le voile d’hivernage non tissé est vraiment indispensable. Aussi incontournable dans la cabane de jardin qu’une fourche-bêche, un arrosoir ou un sécateur. En réalité, il s’agit d’un film de couleur blanche en polypropylène dont la densité varie de 10 g/m² à 60 g/m². Si le film est épais, ou s’il est plié en deux ou en trois, la protection en sera d’autant meilleure. Transparent, il laisse passer la lumière; léger, il est perméable à l’eau et à l’air. Ecran contre le vent, il maintient une couche d’air à l’intérieur qui permet aux plantes de respirer. Un véritable effet de serre agréable à la mi-saison. Le port du voile évite aussi le développement des moisissures. Ce qui n’est pas le cas du plastique bien plus nuisible qu’il n’y paraît. L’humidité s’y condense et les plantes finissent souvent par pourrir tristement. En enveloppant les pots et les végétaux fragiles, il fait incontestablement gagner quelques précieux degrés. Quatre, environ. Rapidement posé, le jardinier, souvent pris de court, intervient dans les plus brefs délais.

Une suggestion. Pour ne laisser passer aucun courant d’air froid, choisissez un système de fermeture adéquat. Nous avons opté pour les pinces à linge toujours à portée de main dans les poches du tablier. En bois, c’est plus esthétique. Peut-être préférez-vous la ficelle ou le raphia. Enfin, si vous avez peur d’abîmer rameaux et bourgeons, installez une petite armature en bambou tout autour de la plante. Pour les rosiers tige ou tout autre arbuste greffé sur un tronc, coupez quelques longues bandes de voile et entourez le point de greffe ou de soudure, soit le bourrelet, l’endroit le plus fragile. Attention aux hausses de température. Ventilez les plantes et enlevez temporairement ce bouclier anti-froid. Notamment la journée.

Etes-vous convaincu ? Essayez-le et, croyez-nous, vous ne pourrez plus vous en passer. Les jeunes plantes l’apprécieront pour affronter leur premier hiver. Au début du printemps, vous couvrirez les semis frileux. Au potager, vous protégerez vos légumes de différents parasites. Comme, par exemple, le poireau de la mouche mineuse qui le ronge à l’intérieur. En fin de saison, au garage ou dans la cave, vous recouvrirez pommes et poires pour les conserver plus longtemps. Où le trouver ? Dans les grandes surfaces de bricolage et les jardineries. Il se décline au mètre ou sous forme de housses de différentes tailles.

Emmailloter les pots. La plupart des plantes en pleine terre n’ont pas besoin de soins, en revanche, celles en pots doivent être abritées. Etant donné le volume réduit de terre dans le contenant, leurs racines sont plus exposées au froid. En outre, si le pot est en terre cuite, il peut éclater au premier gel. Il existe plusieurs solutions. Le voile non tissé bien entendu, une natte, une cannisse, un paillon de paille ou de brande de bruyère bien épaisse. Le long des troncs des arbustes – comme ceux du Midi égarés sous nos latitudes –, ils font office de manchon. Le feutre de jardin convient également ainsi que les vieux sacs en toile de jute, sans oublier le plastique à bulles. Des bulles d’air collées en deux ou trois couches de film polyéthylène. Ces feuilles de plastique à bulles sont présentées généralement en grands rouleaux, coupées à la taille désirée et récupérées chaque année à la fin de l’hiver. On les dispose aussi à l’intérieur des serres, des vérandas et devant les portes et fenêtres vitrées. A dénicher dans les bricos et les jardineries.

N’oubliez pas de glisser en dessous des pots une cale en bois, une brique ou des “pieds” en terre cuite dans le but de les surélever, de les isoler du sol et d’empêcher que l’eau de pluie ne stagne dans la terre. En d’autres mots, pour que l’eau s’écoule. Sachez qu’on perd plus souvent une plante suite à l’humidité stagnante qu’à cause du froid. Surtout dans les terres argileuses. Si vous êtes à la tête d’une collection de pots, groupez-les, les uns contre les autres, le long d’une façade abritée.

Paillez les plantes fragiles. Quelques-unes originaires du Sud ne peuvent se débrouiller toutes seules sous nos cieux. Heureusement qu’il y a les feuilles mortes, un cadeau pour le jardinier. On n’imagine pas les services rendus par ces feuilles tombées sous les arbres et les arbustes. Et dire qu’il y en a qui les jettent à la déchetterie ! Surtout pas ! Ratissez-les, ramassez-les et disposez-les au pied et par-dessus les frileuses en formant un dôme pour les mettre à l’abri. Retenues dans un pot de terre cuite retourné, par des branches de sapin ou du grillage à poule, ou encore simplement par une couche de terre. Les plus coriaces comme celles de chêne, platane, châtaignier, érable plane se décomposent moins vite et seront donc plus efficaces. Broyez-les avec une tondeuse à gazon, pour faciliter leur étalement et limiter leur dispersion par le vent. Les frondes de fougères font également l’affaire. Idéales, car filtrantes, elles ne se dégradent pas trop rapidement et laissent parfaitement circuler l’eau et l’air. Pour ceux qui peuvent facilement s’en procurer, la paille est aussi extrêmement efficace, même si, parfois, on lui reproche d’absorber trop d’humidité. Sinon les copeaux ou le foin bien sec.

Les cloches traditionnelles de verre ou de plastique abritent les souches de vivaces fragiles ou les jeunes boutures. Quant à la serre, elle demeure le meilleur système pour garder la chaleur le jour et éviter sa déperdition la nuit. Idéale.

Vive la neige ! La neige, c’est bien plus gai que la pluie. Les enfants l’affirment, les jardiniers aussi. Les flocons n’agressent pas le sol comme les gouttes d’eau peuvent le faire, et le manteau neigeux lui assure une protection très efficace. Il isole les plantes et les empêche de geler. Le seul défaut de la neige est son poids, surtout lorsqu’elle est fondante. Elle pourrait alors casser les branches des arbres et arbustes et plier les dernières graminées et vivaces encore en place. L’occasion de s’équiper, de faire le tour du jardin et de la secouer sans tarder.

Derniers conseils de saison. N’oubliez pas, si vous ne l’avez pas encore fait, de rentrer dahlias et tuyau d’arrosage, de planter les derniers bulbes qui traînent encore dans un coin du garage, de couvrir la terre nue avec du compost, des feuilles mortes ou du paillis. Si vous n’avez rien sous la main, taillez quelques tiges de vivaces et de graminées et broyez-les à l’aide de votre tondeuse, puis épandez-les directement sur les zones à recouvrir. Inspectez vos outils, graissez les parties métalliques, passer une couche d’huile de lin sur les manches en bois et aiguisez les outils tranchants.

Et maintenant, tout est fin prêt pour un repos bien mérité !


Ph.: MNC & MPV

Les commentaires sont fermés.