Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

17/12/2013

De haie en haie

La Libre, Momento, Dehors, jardin, haie, créationPour clore son terrain, se protéger des regards et du vent, donner une structure hivernale au jardin, la haie offre bien des possibilités. Le choix se fait en fonction de l’environnement et des besoins.

Sélection: Marie Noëlle Cruysmans et Marie Pascale Vasseur


LA HAIE DONNE LE TON au jardin et en renforce le style. Elle forme le cadre. Avant de l’implanter, il faut déterminer le rôle principal que l’on veut lui voir remplir. Le choix se fera selon le critère jugé essentiel : opacité, couleur, brise-vent, facilité de taille, etc. Les végétaux susceptibles d’être utilisés sont nombreux. Une première sélection s’impose. La future haie doit-elle avoir un feuillage persistant ou caduc ? La première garde ses feuilles en hiver et reste opaque toute l’année, et la seconde perd son feuillage en automne. Souhaitez-vous une haie classique à tailler régulièrement ou une haie libre qui pousse à sa guise, quitte à en rectifier l’aspect de temps à autre ? Sachant que l’une demande plus d’entretien et que l’autre prend plus de place. Ces premiers points établis, il ne reste plus qu’à choisir… Voici quelques suggestions pour une haie classique taillée parmi le très large éventail des arbustes susceptibles de s’y prêter.

Le lierre, Hedera helix
Dans les endroits où la place est comptée, il est toujours possible de faire grimper du lierre sur un grillage installé au préalable. La variété la plus simple à petites feuilles convient très bien. Après quelques années, l’écran est total et nécessite une taille d’appoint de temps en temps. Comme pour les autres plantes, même si le lierre est assez peu exigeant, il faudra l’arroser la première année. Il demande un sol fertile pas trop sec. En règle générale, soigner la plantation en ajoutant dans le trou de la matière organique est toujours un gage de réussite.

La Libre, Momento, Dehors, jardin, haie, créationLe laurier, Prunus laurocerasus
C’est le laurier-cerise. Pas trop exigeant en matière de sol et d’exposition, sa faiblesse est sa rusticité limite quand les températures chutent vertigineusement. Les derniers hivers ont été pénibles pour bien des haies implantées depuis de longues années. Tout le monde n’aime pas ses grandes feuilles coriaces un peu luisantes. Mais il existe des variétés plus sophistiquées telles que ‘Caucasica’ pour des haies assez hautes et ‘Otto Luyken’ pour des haies plus basses. Le Prunus lusitanica, ou laurier du Portugal, est une belle alternative qui s’est avérée plus résistante qu’on ne l’imaginait.

Le hêtre, Fagus sylvatica
Ce concurrent du charme a presque tout pour lui. Il préfère les climats humides, il supporte l’ombre. Taillé, il peut être maintenu à une hauteur de 2 à 3 m. Il pousse relativement vite. Son feuillage marcescent d’une jolie couleur chamois persiste sur les rameaux en attendant les premières feuilles du printemps. Il existe une variété à feuillage pourpre. Il craint les sols secs en climat chaud. Trop d’humidité stagnante ne lui convient pas non plus. A l’achat, il est légèrement plus cher que le charme. Il existe une variété à feuillage pourpre.

La Libre, Momento, Dehors, jardin, haie, créationLe charme, Carpinus betulus
Il préfère les climats froids et a besoin de lumière pour bien se développer. Cet arbre supporte la taille, c’est pourquoi on en fait des haies et des charmilles. Il dépérit dans les sols trop secs ou trop humides. Son feuillage est marcescent, c’est-à-dire qu’il persiste sur les branches une partie de l’hiver. Il perd ses feuilles quand il gèle, c’est pourquoi, on dit qu’il est moins marcescent que le hêtre. En revanche, il donne des haies plus fines. Il pousse rapidement et demande à la plantation un ajout de compost. Il débourre plus tôt que le hêtre.

L'if, Taxus baccata
Ce conifère à feuillage persistant d’un beau vert profond présente l’avantage de très bien supporter la taille et de pouvoir repartir sur le bois après une coupe sévère. Il s’accommode des situations ombragées. Il offre un écran végétal très dense. On le dit de croissance très lente, mais il pousse plus vite qu’on ne le croit habituellement quand on le plante petit. La reprise et la croissance des sujets de 0,50 cm sont assez rapides. Il n’apprécie pas les sols trop lourds et trop humides. Elégant, il se plie à bien des fantaisies, puisqu’on en fait même des topiaires. En revanche, il est assez onéreux.

La Libre, Momento, Dehors, jardin, haie, créationLe troene commun, Ligustrum vulgare
Le plus courant et le plus abordable des arbustes de haies. Il pousse bien presque partout, sauf en climat méditerranéen où il est remplacé par le troène du Japon. Une taille sévère est nécessaire les premières années pour obtenir dès la base de la plante une ramification suffisante. Il doit être planté serré pour obtenir une haie homogène. Quand il n’est pas taillé trop sévèrement, il donne des petites fleurs blanches parfumées suivies de baies noires. Il existe de nombreuses variétés à feuillages panachés de blanc ou de jaune et même entièrement doré. La variété ‘Atrovirens’ a un feuillage plus persistant, mais qui ne résiste que jusqu’à -15°.

Le thuya, Thuja plicata
Le thuya fut pendant longtemps le roi des haies à feuillage persistant, sans doute parce qu’il poussait à peu près partout, à l’exception des sols trop secs et superficiels. Très décrié, parfois surnommé le béton vert, il prend des dimensions difficiles à contrôler qui ne conviennent pas aux petits jardins en hauteur comme en épaisseur. Il s’agit en réalité d’un conifère géant de Californie. Cet inconvénient apparaît d’autant plus rapidement s’il n’a pas été taillé régulièrement dans les premières années suivant la plantation. Il est difficile de le maintenir en dessous de 6 m en terre pauvre et de 12 m en terre fertile.


Ph.: MNC & MPV

11:55 Publié dans Dehors | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : la libre, momento, dehors, jardin, haie, création | |

Les commentaires sont fermés.