Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

04/01/2014

Mots et questions de jardin

La Libre, Momento, Dehors, jardinage, principes de baseLe jardinage a ses mots et ses expressions comme beaucoup d’activités. Hermétiques pour les non-pratiquants, ils deviennent vite familiers à celui qui s’y intéresse. Les maux aussi.

Vocabulons: Marie Noëlle Cruysmans et Marie Pascale Vasseur

QUELQUES MÈTRES CARRÉS de terre vous tendent les bras, l’envie d’y plonger les mains vous prend. Peu importe qu’on n’y connaisse pas grand-chose. L’essentiel est d’oser. Organiser et entretenir un jardin ou une terrasse s’apprend au fil des jours. Nul secours à attendre d’imposants ouvrages dont l’aridité éprouve la patience des mieux intentionnés. Au final, le plus important est d’y prendre plaisir et que le résultat soit satisfaisant aux yeux de son propriétaire.
 
 
Motte, racines nues, conteneur
En ce moment, vous trouverez les arbres et les arbustes de votre choix, soit en mottes, soit à racines nues, soit en conteneur. On parle de plantes en motte quand les racines sont entourées de terre maintenue par un filet. Il est important que celle-ci soit bien compacte pour qu’elle ne se désagrège pas lors de la plantation. Les plantes à racines nues s’achètent, elles, entre le mois de novembre et la fin février. Avant de planter, faites tremper les racines dans l’eau. Ne les laissez jamais trop longtemps à l’air libre. Elles sécheraient, ce qu’il faut éviter. En conteneur, il s’agit le plus souvent d’un pot rigide en plastique noir dans lequel la plante a grandi. Plus le litrage est élevé, plus la plante est à l’aise. Si les racines ont envahi tout le pot, défaites-les délicatement, même si vous devez en couper quelques-unes. La plantation d’une plante en conteneur peut se faire toute l’année, si la météo le permet. Quel que soit le mode de culture, il ne faut jamais planter par temps de gel, de neige ou de pluies diluviennes.
 
Tout sur le sol
Une question revient sans cesse quand on jardine, quelle est la nature de votre sol ?
La terre de votre jardin peut être lourde, c’est-à-dire argileuse, tourbeuse ou limoneuse, ou encore sableuse. Le succès de vos plantations dépend de sa qualité. Le jardinier doit tenir compte de son terrain et en connaître la nature. Il sera alors plus facile de choisir les plantes qui lui conviennent. Quelques adaptations ponctuelles sont toujours possibles pour une plante spécifique en ajoutant une terre plus appropriée dans le trou de plantation. Cela ne se fait que d’une manière limitée.
 
 
Planter selon les règles de l’art
La plantation d’un arbre ou d’un arbuste est une opération d’une importance capitale. Elle conditionne toute sa vie future. Faites un grand trou. Ameublissez bien les côtés et le fond pour que les racines y pénètrent facilement. Plantez en ayant soin que le collet soit au niveau de la surface de la terre. Remplissez la cavité avec votre terre mélangée à du terreau et quelques engrais organiques si nécessaire. Tassez autour des racines. Terminez par un bon arrosage. Une mauvaise plantation, trop serrée dans un trou trop étroit, un manque de nourriture, une terre trop compacte ou trop pauvre hypothèquent la reprise. La plante ne pourra croître correctement. Ainsi, voit-on parfois des sujets végéter de longues années durant. La mise en terre se rapproche alors davantage d’une mise en bière. L’emplacement peut ne pas convenir, ou le sol. Les exigences culturales de la plante doivent être respectées pour parvenir à un résultat agréable aux deux parties.
 
 
La taille, un casse-tête ?
La taille n’est pas indispensable, même si pour certains sujets, elle stimule la croissance ou la floraison (les fruitiers, par exemple). Tout devient plus logique quand on connaît le pedigree de son “interlocuteur”. Si vous taillez le lilas en février ou en mars, vous couperez tous les boutons floraux. En revanche, le buddleia, l’arbre aux papillons, se taille au printemps, pour qu’il ne devienne pas trop haut et ne se développe pas au détriment des fleurs. Les arbustes qui fleurissent à partir de juillet (comme le buddleia) peuvent être taillés à chaque printemps. Les arbustes qui fleurissent avant juillet seront retaillés immédiatement après la floraison. Les arbustes à baies ne se taillent pas. Essayez toujours de préserver la forme naturelle (sauf quand il s’agit de haies). Eliminez les branches mortes et celles qui se font concurrence ou se blessent. Faites des tailles bien nettes sans déchirements.
 
 
Mise en jauge
Les plantes à racines nues attendent la plantation dans une tranchée, une jauge. Lorsque le jardinier met en jauge, il se contente d’enfouir les racines ou les mottes dans une tranchée avant de les recouvrir de terre. Les végétaux sont généralement inclinés pour limiter la prise au vent. La mise en jauge permet de les conserver pendant plusieurs semaines, lors de leur repos végétatif. Les racines sont de cette façon protégées du dessèchement et du gel.
 
 
Qu’est-ce qu’un jardin réussi ?
A chaque époque, son jardin. Alors que dans les années septante, on privilégiait le principe d’unité, le jardin ne pouvait pas être compartimenté en petits centres d’intérêts. Aujourd’hui, on n’hésite pas à créer des petites chambres, même dans les plus petits d’entre eux pour susciter envie de découverte et mystère. De nos jours, la notion d’équilibre et d’échelle prime. Evitez de planter des arbres disproportionnés au terrain. Le cèdre du Liban, couvrant de son ombre après quelques années maison et jardin, est un classique à proscrire. Disséminer des plantes minuscules dans un vaste espace est tout aussi étrange. Maintenir une harmonie entre tous les éléments grâce à une structure et un dessin qui rendent l’ensemble beau, même en hiver, est de loin préférable. Votre jardin est réussi si, en le regardant, il fait briller les jours de son propriétaire.
 
 
Ph.: MNC & MPV

Les commentaires sont fermés.