Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

18/03/2014

Au service des plus faibles

La Libre, Momento, Vie de château, Beveren, Ter WelleTer Welle, petit château des religieuses cher à la supérieure Piers, sert encore aux enfants et poursuit son but social initié en 1723.
 
Philippe Farcy


TER WELLE SE TROUVE EN périphérie sud de Beveren. Jadis retirée au bout d’une drève de hêtres longue d’une centaine de mètres, bordée de petits canaux et isolée bien faiblement sur une île, la bâtisse de quatre ailes inégales formant une cour intérieure servait au bien-être des enfants abandonnés, surtout des jeunes filles à scolariser. Au fil du temps, l’assistance s’étendit aux personnes âgées, aux gens mal traités par la vie. C’était là l’office des religieuses regroupées dans l’Ordre de Notre-Dame de la Présentation, fondé par Anne-Françoise Piers, la fille d’un bourgmestre de Beveren au XVIIe siècle. La communauté changea son siège en 1881 en s’installant dans la rue du Cloître.
 
Le château présente deux ailes du XVIIe siècle sur les versants nord et est. On accède au terre-plein castral en empruntant un pont puis un passage couvert du XIXe siècle dont les montants profilés en pierre bleue du portail sont un reste d’époque gothique. Le blason des Piers se trouve dans le passage couvert; “mais la position de ses couleurs noir et jaune est inversée”, nous dit Christophe de Fossa, de l’Office généalogique et héraldique de Belgique.
 
Le premier pignon, sur le flanc nord-est, est presque aveugle. On voit d’emblée que la maison repose sur de très hauts soubassements sans jour. Les façades sont montées en briques, enduites et percées de hautes baies inégales.
 
À l’arrière, on trouve plusieurs baies à croisées en pierre bleue. Le versant ouest possède une aile classique à laquelle on accède par un pont dormant d’une seule arche. L’aile sud est occupée par une chapelle au pignon baroque et au chevet daté de 1751, l’année même du décès d’Anne-Françoise Piers, à 87 ans.
 
On sait que mère Piers et son héritière spirituelle en charge de la communauté, mère Van Reusel, commandèrent les travaux aux architectes Bernard De Wilde, de Gand, et Jean-Baptiste Manderschaidt, de Saint-Nicolas. Le maître-autel (1866), réalisé par l’ébéniste Pickery, de Bruges, est orné d’une toile figurant la “Présentation de la Vierge au Temple”, par L. Piqué, peintre natif de Deinze.
 
La commune de Beveren est propriétaire des lieux depuis le 27 juin 1978. 1974 marqua la date du classement de l’édifice et de quelques abords qui ne peuvent qu’être maigres, car l’extension de la ville et la construction de bâtiments pour les services sociaux de la cité ont rendu la zone moins idyllique que jadis. Juste en face du château, dans les années 1856-1862, on construisit de petits bâtiments scolaires qui ne manquent pas de charme.
 
La seigneurie de Ter Welle a appartenu, selon le site du patrimoine flamand, aux Vilain XIIII (signalés en 1414), puis en 1592 aux van Pottelsberghe (Charles), suivis par les del Plano et enfin par les Foulon d’Anteville. Mlle Piers acheta le domaine en 1723 à Louis-Charles d’Anteville. Le château a été restauré et les travaux furent réceptionnés en 2009.
 
Visite extérieure possible.
 
 
Ph.: Ph. Fy.

Les commentaires sont fermés.