Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

01/04/2014

Sur tous les fronts !

La Libre, Momento, Routes, Mercedes, GLAMercedes, avec son GLA, un SUV compact, se la joue aventurier chic.

J.-F. Christiaens


LA GAMME COMPACTE DE MERCEDES n’a plus rien à envier à celle de BMW ou Audi. En quelques mois, c’est une famille complète que le constructeur allemand a développée sur la base de sa nouvelle plateforme traction. Au choix, les clients peuvent dorénavant choisir entre la berline Classe A, le monovolume Classe B, le coupé 4 portes CLA et, c’est nouveau, le SUV compact GLA. Pour l’anecdote, on épinglera l’arrivée prochaine d’un 5e larron : une déclinaison break de chasse du coupé CLA.
 
En attendant, c’est donc un habit de SUV que la Classe A endosse pour tailler des croupières aux Audi Q3, BMW X1 et autres Range Rover Evoque.
 
En plus de s’offrir des renforts de carrosserie spécifiques, cette GLA prend de l’altitude par rapport à la Classe A. Trois hauteurs de caisse sont proposées : normale, pour un usage polyvalent; basse pour un comportement et un look plus sportifs; haute pour s’aventurer plus sereinement en dehors des sentiers battus. Mais il faudra choisir au moment de l’achat : les suspensions de ce GLA restent toujours statiques et ne peuvent donc moduler l’assiette en fonction des circonstances.
 
 
Dans l’habitacle, on retrouve sans surprise la planche de bord de la Classe A. Compte tenu de son dessin soigné, c’est plutôt une bonne nouvelle. On retrouve par contre aussi, malheureusement, ses matériaux parfois creux et de qualité inégale.
 
Aux places arrière, l’impression d’espace est renforcée par la hauteur plus élevée du pavillon du GLA. Mais les centimètres supplémentaires ajoutés à la carrosserie par rapport à la Classe A bénéficient exclusivement au coffre. De quoi gagner sensiblement en polyvalence d’usage avec un volume qui passe de 341 à 421 l. Le GLA permet même de bénéficier de 60 l  supplémentaires grâce à une option redressant, au besoin, légèrement l’inclinaison des dossiers arrière. Mais on ne retrouve pas, même en option, la banquette coulissante du monovolume Classe B.
 
 
Sur la route
 
En conduite dynamique, l’assiette rehaussée du GLA ne nuit vraiment pas à son comportement routier. Mieux : tout en conservant le dynamisme de la Classe A, ses suspensions retravaillées lui permettent d’offrir un confort de marche un peu plus prévenant qu’à bord de la berline. Mais le toucher de route reste globalement assez ferme. La transmission intégrale proposée sur la quasi-totalité des moteurs assure une motricité optimale par tous les temps. La version off-road, avec ses suspensions rehaussées, montre une belle polyvalence en dehors des sentiers battus. Bien plus que la majorité des concurrentes, hormis le Range Rover Evoque, davantage taillées pour les villes. On apprécie également le bon calibrage de la direction, des boîtes de vitesses et des freins. À l’usage, on aurait peut-être juste apprécié une meilleure visibilité arrière.
 
 
Moteurs !
 
Si l’on parcourt peu de kilomètres, on s’orientera préférentiellement vers les nouveaux 4 cylindres à essence. Notamment le petit 1.6 l turbo de 156 ch (GLA 200) déjà largement convaincant pour une utilisation classique. Il faudra par contre se contenter des roues avant motrices, car il s’agit de la seule mécanique indisponible en transmission intégrale. Si le portefeuille le permet, le 2.0 l turbo de 211 ch (GLA 250) offre des prestations plus soutenues, voire même sportives. Mais le budget s’envole alors en même temps que les performances (35 453 €). Côté diesel, on reste un peu sur sa faim. Pour le moment, on ne dispose que du gros 2.1 l dans ses versions 136 ch (200 CDI) ou 163 ch (220 CDI). Moins séduisant que les modernes 1.6 l diesel de la concurrence, ce moteur impose de composer avec son côté rugueux et assez sonore en accélération.
 
 
Ph.: Mercedes

08:00 Publié dans Routes | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : la libre, momento, routes, mercedes, gla | |

Les commentaires sont fermés.