Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

07/04/2014

Queen Mary, le paquebot hanté

La Libre, Momento, Escapade, paquebot, hanté, Queen Mary, Long Beach, CalifornieAmarré au port de Long Beach, le Queen Mary s’est mué en hôtel et offre son lot de frissons aux résidents.
 
Slim Allagui


LE QUEEN MARY, SEUL SURVIVANT des paquebots prestigieux des années trente, est amarré depuis 1967 au port de Long Beach, au sud de Los Angeles. Il attire plus de deux millions de visiteurs par an, à la recherche d’une belle époque révolue, mystérieuse aussi, marquée par ses histoires de fantômes qui hantent encore ce navire mythique aux phénomènes étranges inexpliqués.
 
 
Dad, dis, quand est-ce qu’on va partir ?”, demande Janice, 5 ans, qui tire la main de son père sur la passerelle du Queen Mary. Bob, un commerçant de Seattle, est venu à Long Beach avec sa femme Jennifer, et leur fillette, pour passer un week-end à bord du paquebot, visible de loin avec ses trois cheminées et sa couleur noir et blanc. “Des amis nous ont parlé de leur expérience inoubliable pendant cette croisière terrestre hors du temps. Alors on est venu voir et revivre, pendant deux jours, l’atmosphère de ce bateau légendaire et son faste d’antan.”
 
 Lancé le 27 mai 1936 à Southampton, après 10 ans de travaux aux chantiers de Clydebank en Écosse, le paquebot a effectué plus de mille traversées outre-Atlantique, entre l’Angleterre et les États-Unis, avant de prendre sa retraite en décembre 1967 et de devenir un hôtel-musée flottant, une des grandes attractions de la Californie.
 
C’était le bateau le plus rapide du monde, le plus luxueux aussi”, raconte d’une voix passionnée et théâtrale le guide James, dans sa tenue rutilante de capitaine, qui connaît par cœur son histoire et ses mythes, à un groupe de touristes très attentifs, lors d’une visite organisée.
 
Le long de la promenade historique de première classe qui a vu défiler la jet-set européenne et américaine, des vedettes du monde du cinéma aux notables des cours royales et de la politique, James nous emmène avec force anecdotes, dans un tour des lieux. “Fermez les yeux, dit-il, et imaginez-vous, 70 ans en arrière. Vous verriez par exemple Bob Hope et Clark Gable flâner sur le pont, ou le duc et la duchesse de Windsor se prélasser sur des chaises longues, ou bien Winston Churchill, avec son inséparable cigare, boire un gin dans le bar art déco du navire”.
 
Le décor des années trente est soigneusement préservé pour le grand bonheur des nostalgiques de l’époque.
 
 
Le couple Barroux Lopez de la région parisienne fait partie des admirateurs de ce navire, synonyme d’élégance et d’art de vivre. “Nous sommes des amoureux du Queen Mary que nous visitons chaque année pour y dormir une ou deux nuits”, confie Caroline. “C’est un paquebot qui nous fascine. Même à quai on a l’impression de prendre le large, de vivre son épopée mémorable.” À l’instar des autres touristes, elle “aime l’ambiance surannée des années 30. Les salles de réception sont magnifiques, le bar chic et incontournable. On a l’impression de faire un grand bond en arrière à 120 dollars la nuit. C’est mon mari, qui nourrit une passion pour les bateaux, qui me l’a fait découvrir”, affirme-t-elle.
 
Certes, dans les 364 cabines d’époque, “la robinetterie a bien vieilli, mais qu’importe si les tuyaux grincent un peu et que l’on entend tout, jusqu’à la discussion intime des voisins. Nous adorons y revenir à chaque voyage aux États-Unis. Mais ce n’est pas à cause des fantômes. Je n’y crois pas, même si il y a des phénomènes étranges selon l’équipage”, souligne-t-elle.
 
 
En effet, les fantômes qui hanteraient les lieux sont l’autre grande attraction du Queen Mary, qui attire bon nombre de curieux et d’amateurs de phénomènes étranges. “On dit que le fantôme de Winston Churchill rode toujours et qu’on peut sentir aujourd’hui jusqu’à l’odeur de son cigare”, raconte le guide James en montrant la suite luxueuse habitée par l’ex-Premier ministre britannique. Selon la légende, il y aurait planifié le Jour J du Débarquement en France, le 6 juin 1944, en jouant avec des maquettes de bateaux dans sa baignoire.
 
L’histoire des fantômes remonte aux années de guerre, période à laquelle le Queen Mary a été transformé en navire de transport de troupes australiennes et néo-zélandaises vers l’Europe. Repeint dans une couleur de camouflage, dépouillé de tout son mobilier de luxe, il a été baptisé le “Gray Ghost”, le fantôme gris.
 
Cible première de la Kriegsmarine, Hitler aurait même offert 250000 dollars au capitaine de l’U-boot qui le coulerait. Le Queen Mary était insaisissable en raison de sa grande vitesse. En 1942, il a percuté accidentellement un croiseur léger qui l’escortait, entraînant la perte de 338 marins qu’il n’a pas secourus afin d’éviter d’être rattrapé par les sous-marins ennemis. Les soldats noyés hanteraient depuis le Queen Mary où l’équipage aurait entendu des gémissements, des pleurs, des bruits étranges dans la salle des machines, au point d’impact de la collision avec le navire d’escorte.
 
Certains passagers, lors de la reprise du trafic commercial après la guerre, auraient vu de leur côté des apparitions la nuit dans les coursives du navire. Des phénomènes bizarres surviendraient dans la piscine de première classe où une petite fille et une femme se seraient noyées dans les années 30 et 60 : traces de pas humides, communications avec les esprits. Bob Davis, qui y a travaillé dans les années 80, raconte, dans l’émission “zone paranormale” de la chaîne TMC, être “entré en contact avec l’esprit de la fillette noyée qui recherchait sa mère”.
 
 
Depuis maintenant plus de 70 ans, les témoignages se multiplient sur ce navire devenu l’un des lieux les plus hantés de la planète. C’est pourquoi les amateurs de mystères se pressent aux visites guidées de jour comme de nuit : descente dramatique dans les entrailles sombres du navire, atmosphère lugubre et suspense digne de Hitchcock. “J’ai la chair de poule”, reconnaît Jane qui s’accroche à son mari John en regardant la piscine abandonnée hantée par les fantômes.
 
Chaque vendredi, le Queen Mary propose un tour à minuit où les visiteurs, équipés d’enregistreurs audio et autres détecteurs de mouvements, tentent de communiquer avec les revenants. Beaucoup y croient, comme le chasseur de fantômes Peter James qui a identifié plus de 150 apparitions à bord, de quoi aiguiser l’appétit des amateurs des esprits. La légende du Queen Mary, le bateau fantôme, est plus vivante que jamais.
 
 
Ph.: Queen Mary Pictures

Les commentaires sont fermés.